B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Höfle Hermann(1911-1962)

Hermann Julius Höfle naît à Salzbourg on 19 juin 1911. Il rejoint le NSDAP le 1 août 1933 alors qu’il avait déjà adhéré au parti nazi autrichien trois ans auparavant.

Mécanicien de formation, il dirige une compagnie de taxis à Salzbourg. Höfle rejoint les SS fin 1935 ou janvier 1936. Emprisonné à Salzbourg, il est libéré au bout d’un an et devient responsable d’une unité SS, la Sturmbann 1/76. La première grande action à laquelle il participe est la Reichskristallnacht. Il impressionne fortement Adolf Eichmann qui le recommande à Globocnik.

Après une formation dans l'école des officiers SS de Dachau, Höfle sert brièvement dans les Sudètes avant le ddébut de la guerre. Après l'invasion de la Pologne il sert dans le « Selbstschutz » à Nowy Sacz en Pologne méridionale. À partir de novembre 1940 il supervise les camps de travail juifs qui réalisent sur la frontière des fortifications et un réseau des fossés antichar près de Belzec et Lublin.

Höfle, avec un certain nombre d'autres acteurs de l’Aktion Reinhard, est chargé de la mise en place de bases SS dans les secteurs nouvellement conquis après Barbarossa. En 1941 Höfle opère à Mogilev. Puis il est à nouveau envoyé à Lublin, où il participe à la planification de l'Aktion Reinhard. Le 16 mars 1942 il participe à la réunion entre les SS de l'Aktion Reinhard et les membres de l'administration civile allemande pour discuter de l’organisation des déportations à Belzec. Il s’installe dans la caserne Julius Schreck à Lublin où il est le chef de l’état major de Globocnik pour l’Aktion Reinhard.

Höfle joue aussi un rôle majeur dans des actions de déportation à Mielec, Lublin, Rzeszow, Varsovie et Bialystok, et escorte Eichmann lorsque ce dernier visite Belzec et Treblinka. Il est également responsable des convois de Juifs en provenance d'Allemagne, de Terezin (Theresienstadt) et de Slovaquie et arrivant à Lublin.

Selon des témoignages, il a personnellement « sélectionné » des jeunes hommes de ces convois pour les envoyer à Majdanek. C’est lui qui a organisé les « sélections » des convois partant pour Belzec et à Sobibor afin d’y prélever un quota de « Juifs du travail ». Cette sélection a lieu à Lublin, sur la rampe du camp du « Flugplatz » ou à la gare de Naleczow à 30 kilomètres de Lublin, de laquelle les convois sont envoyés dans les « ghettos d’attente » d’Opole Lubelskie, Konskowola, Deblin, ou directement à Sobibor. Les sélections de Naleczow concernent principalement les Juifs déportés de Slovaquie…

Ces procédures mises en place par Höfle durant les premières semaines de l'Aktion Reinhard servent plus tard aux déportations d'autres ghettos, particulièrement Varsovie. C’est Höfle lui même qui s’occupe de Varsovie : le mercredi 22 juillet 1942, à 10 heures, une semaine après son arrivé, il se rend au Judenrat et fait part à Czerniakow, le Président du Judenrat, « que tous les juifs indépendamment de leur sexe et de leur âge, à certaines exceptions, seront expulsé vers l'est... A 16h. un contingent de 6 000 personnes devra être fourni. Et ceci sera la quote-part minimum quotidienne. » Dès midi sur les affiches officielles sont placardées dans les rues du ghetto, avec les phrases dictées par Höfle, mais rédigées par le Judenrat.

Zygmunt Warman, membre du Judenrat de Varsovie, a déclaré qu'au cours de cette réunion avec Czerniakow, Höfle a commandé au Judenrat la réalisation de boîtes en bois mesurant 150 x 70 centimètres. « C'était une commande très étrange pour nous. Beaucoup plus tard nous nous sommes rendus compte que ces boîtes étaient destinées à recueillir les objets de valeur à Treblinka : les dents en or et les bijoux qui ont été récupérées et qui ne sont pas allés directement dans les poches des bourreaux... ».

Lors de la « grande action » dans le ghetto de Varsovie, selon les mémoires de Samuel Puterman, Höfle se rendait dans les rues du ghetto et à l'Umschlagplatz. Il était indifférent à tout qu'il voyait… Seul l’intéressait le nombre de déportés à Treblinka. Chaque soir l’Unterscharführer responsable du comptage des personnes chargées dans les trains, rapportait à Höfle la statistique quotidienne des juifs expédiés à Treblinka. Le même procédé sera suivi lors des déportations d'autres ghettos, et les rapports sur le chiffre de victimes atterriront sur le bureau de Höfle à Lublin…

Höfle connaissait exactement les conditions dans lesquelles s’effectuaient les transports et savait que beaucoup de gens mourraient avant d’arriver à destination. Il savait également que des rumeurs courraient dans le ghetto au sujet de Treblinka… Cela lui était totalement indifférent.

Höfle a quatre enfants. Deux d'entre eux, des jumeaux, meurent de maladie à Lublin. À leur enterrement, surmontant sa peine, il aurait crié : « C'est un punition pour les enfants de Varsovie ! ». Höfle reste à Lublin après que Globocnik soit parti pour Trieste en septembre 1943, et est fortement impliqué dans l'« Aktion Erntefest » en novembre 1943, lorsque les détenus des camps de travail juifs de la zone de Lublin sont massacrés. Après avoir quitté Lublin, il sert quelque temps à Bruxelles et en Hollande, puis rejoint Globocnik à Trieste. Il est capturé avec Globocnik, Lerch et Michalsen en Carinthie le 31 mai 1945.

Il n’est pas immédiatement inquiété par la justice. Libre, il réside successivement en Italie, Autriche et Allemagne. Il est finalement arrêté en 1961 à Salzbourg. Transféré à Vienne, il se pend dans sa cellule le 20 août 1962.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)