B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Brunner Aloïs(1912-?)

Né le 8 avril 1912 à Rohrbrunn (Burgerland, région de l'Autriche), Alois Brunner adhère au Parti nazi autrichien le 29 mai 1931. En 1932 il s'inscrit aux cours d'une école de police privée, à Graz, tout en étant gérant de café-restaurant. En 1933, il s'engage dans la Légion autrichienne, milice paramilitaire nazie. Le 15 novembre 1938 Brunner entre dans la SS.

Il intègre la « Zentrale für Judische Auswanderung » (Office pour l'Emigration juive) dirigée par Adolf Eichmann, et devient l'adjoint de ce dernier. Il y fait montre d'un tel zèle qu’il finit par remplacer son supérieur, appelé à de plus hautes fonctions… Il organise la déportation des juifs viennois pour la Pologne en octobre 1939, dans le cadre du plan Nizko, mis au point par le chef du RSHA, Reinhard Heydrich, pour constituer une « réserve juive » au sein du Gouvernement général.

Successivement, au sein de la SS, il devient SS-Untersturmführer (sous-lieutenant) le 20 avril 1940, SS-Obersturmführer le 9 novembre 1940, SS-Hauptsturmführer le 30 janvier 1942, Inspecteur de la Sicherheitspolizei (Police de Sécurité ou Sipo, ou Gestapo) six mois plus tard.

En février 1941 il organise la déportation des juifs de Vienne pour Kielce, puis les envoie se faire exécuter à l'Est par les Einsatzkommandos à partir d'octobre de la même année. Il supervise dès février 1943, la déportation des juifs de Salonique (Grèce) en envoie de mars à mai 1943 près de 47 000 juifs à Auschwitz. L'opération Salonique ayant été un succès complet, Brunner est envoyé en France pour diriger le camp de transit de Drancy, dernière étape avant Auschwitz pour les Juifs de France. Le SS ne se contente pas de planifier les déportations (24 000 juifs envoyés à Auschwitz de juillet 1943 au 17 août 1944) : il crée son propre commando, le « Sonderkommando Brunner », qui opère dès fin août 1943 dans le sud de la France. Après le débarquement, il planifie en septembre 1944 la déportation de 13 000 juifs slovaques, via le camp de Sered.

En mars 1945, Brunner déserte et cherche à regagner l'Autriche. Il se fait appeler Schmaldienst. En mai 1945, il est prisonnier des Américains qui le libèrent peu après. Il vit dans la région d’Essen jusqu’en 1954. Identifié par les polices autrichiennes et allemandes, il s’enfuit en Syrie avec un passeport au nom de George Fisher. A Damas, il participe à la création des services secrets syriens. Les services secrets israéliens lui auraient adressé des lettres piégées (l’une d’entre elle lui aurait fait perdre un œil, l’autre déchiqueté les deux mains). Il est condamné par contumace le 2 mars 2001, à Paris, à la réclusion criminelle à perpétuité pour « crime contre l'humanité ».

Brunner vit toujours en Syrie. En 1987, il confiait au Chicago Tribune : « Les Juifs exterminés ont mérité de mourir. Je n'ai aucun regret. Et je le referais encore. »

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)