B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Stark Hans(1921-1991)

Hans Stark naît en1921 in Darmstadt dans une famille de la petite bourgeoisie. Son père, policier, est très ambitieux pour lui et veut qu’il « réussisse ». Il n’hésite pas à le battre régulièrement pour l’endurcir. Le jeune Hans se réfugie volontiers derrière sa mère… En août 1933, le père, qui voit dans l’ascension d’Adolf Hitler (dont par ailleurs il pense que c’est le sauveur de l’Allemagne), une possibilité d’avancement dans la carrière, adhère au NSDAP.

Hans Stark suit ses études au lycée de sa ville, qu’il stoppe à l’âge de 16 ans sans diplôme, car il se porte volontaire pour le service militaire. Il est refusé car trop jeune. Déçu, il se tourne vers la SS dans laquelle il est accepté. Il entre donc dans l’école de formation SS à Brandenburg et échappe ainsi aux corrections et humiliations paternelles. Il n’en sera que plus insensible aux souffrances du prochain et adhère totalement à l’idéologie SS de la force, de la violence et de l’inhumanité.

Après trois mois de formation il est affecté au camp de concentration de Sachsenhausen. Il y apprend ce que jusqu’à présent il n’avait jamais connu : le sentiment de force et de puissance, et la perception du pouvoir sur le destin d’autres hommes que sa position lui confère. Après très peu de temps, cette conscience de sa propre valeur s’affirme très fortement, au point qu’il fait la joie et le bonheur de son père, fier de voir son fils appartenir à l’« élite » du Reich. En 1938 Hans Stark est affecté au KL Buchenwald. Il y fait preuve de brutalité et de sadisme. Promu, il grimpe rapidement dans la hiérarchie SS.

Deux ans plus tard, à l’âge de 19 ans, Stark et envoyé à Auschwitz. Il est nommé « Blockführer », se comporte avec les « Häftlinge » avec bestialité et exécute très souvent des prisonniers sans en avoir reçu l’ordre. Il participe notamment aux exécutions dans le Block 11 du Stammlager… Les témoignages de détenus sont nombreux, qui prouvent que Stark est l’un des SS les plus brutaux. Il ne connaît aucune compassion et prend même plaisir aux supplications de grâce des détenus. Il veut prouver à tout le monde, que malgré son jeune âge, il est capable d’être un SS à part entière. Ce qui le pousse aussi à verser souvent le Zyklon B par les ouvertures des chambres à gaz… En décembre 1941 il retourne pour quelque temps à Darmstadt pour y passer son bac. Paradoxalement, il y sera aidé par les détenus polonais d’Auschwitz, qui lui donnent des cours, comme par exemple de littérature allemande… En mars 1942 il passe son bac avec succès, traitant notamment du thème : « La libérations de l’Allemagne des chaînes du traité de Versailles par Adolf Hitler. » Il retourne à Auschwitz, son diplôme en poche, et y continue sont activité jusqu’à la fin.

Peu avant la libération du camp par l’Armée Rouge, Stark s’enfuit à Darmstadt. Il réussit à détruire toutes les preuves et tous les documents de sa vie de nazi, de sorte que les Alliés ne voient en lui qu’un « nazi passif » et ne l’inquiètent pas. Il poursuit des études et devient enseignant en agronomie dans un lycée agricole à Cologne. Il se marie et devient père de deux enfants. Il se garde naturellement de raconter son passé. Mais en 1959 il est arrêté, car un rescapé d’Auschwitz évoque son nom au ministère public à Francfort. Il est mis en examen puis emprisonné pendant quatre années, mais est libéré à la veille du procès d’Auschwitz, car on le tient toujours pour un « nazi passif »…

Le procès, qui démarre en 1963, traîne en longueur, car les accusés se couvrent mutuellement. Aucun ne nie avoir donné la mort, mais tous affirment que s’ils l’on fait, c’est uniquement parce qu’ils avaient à obéit aux ordres. Stark ne témoigne d’aucun remords ni regret, même s’il avoue que les mises à mort pas gaz sont lâches et inhumaines. La sentence tombe en 1965 : Stark est jugé pour « crime d’un nombre inconnu de personnes, dont au moins 340 cas avérés. » Comme lors de ces évènements il était encore mineur, il est condamné, d’après le droit des mineurs, à 10 ans de prison, la peine maximale.

Libéré en 1969, il travaille dans une usine chimique… Il y développe des herbicides… comme le fut le Zyklon B, puis est chargé de mission auprès des syndicats agricoles. Hans Stark meurt en 1991. L’entreprise chimique dans laquelle il avait travaillé honora avec insistance la mémoire de ce « collaborateur » de longue date…

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)