B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Schleicher Kurt von(1882-1934)

(Brandebourg, 4 juillet 1882 - Neubabelsberg, aujourd’hui rattaché à Berlin, 30 juin 1934)
D’une vieille famille d’officiers prussiens, à l’état-major des troupes et au commandement suprême de l’armée (OHL) pendant la Première Guerre mondiale, Schleicher se distingue dès 1918-1919 comme chef de section politique à l’état-major de Groener et gagne une influence croissante au sein de la direction de l’armée au cours des années suivantes, assurant la liaison entre l’armée et les milieux politiques.

Après le renvoi de Seeckt à l’automne 1926, il est chef de service au ministère des Armées, nommé en 1929 chef de la section (Ministeramt) nouvellement constituée - par extension du département des forces armées - et promu peu après au grade de général de division ; il devient le véritable chef de la politique militaire et conduit en coulisses, avec ardeur et ambition, des intrigues complexes. Au printemps 1930, sans doute pour la première fois, il s’intéresse à la nomination du chancelier et intervient auprès d’Hindenburg en faveur de Brüning dont il espère qu’il soutiendra sa politique de réarmement. En juin 1932, la chute du ministre des Armées, Groener, dont il était jusque-là très proche (Schleicher prend sa succession), ainsi que celle du chancelier lui-même à l’été 1932 peuvent lui être imputées dans une large mesure.

Le nouveau chancelier Papen est son candidat, qu’il compte utiliser purement et simplement comme porte-parole de ses propres idées. Mais lorsque ce dernier suit une autre voie, il l’abandonne. De même qu’il avait déjà en 1932 retenu Groener d’agir contre les SA, il refuse à présent à Papen le soutien de l’armée pour lutter ouvertement contre le national-socialisme. Aussi doit-il prendre lui-même la tête du gouvernement en décembre 1932. Mais son projet consistant à éliminer le NSDAP en concluant une alliance avec l’aile prolétarienne de Gregor Strasser et à l’intégrer dans l’Etat échoue. La collaboration avec les syndicats que souhaite Schleicher - il entend résoudre la question sociale de manière démocratique et attache du prix au fait de passer pour un «général social» - demeure impossible en raison du refus opposé par la direction du SPD.

Hindenburg, dont il a perdu la confiance à cause de son comportement à l’égard de Papen, n’est pas prêt, en janvier 1933, à lui donner les pleins pouvoirs que Schleicher avait lui-même refusés en décembre et qu’il réclame à présent comme dernier recours, pour dissoudre le Reichstag et s’opposer par la force à Hitler. Comme il ne veut pas d’une dictature militaire mise en place par la Reichswehr, il doit donc céder la place à Hitler le 30 janvier.

Celui-ci se venge du général politisé, qu’il considère désormais comme son ennemi le plus dangereux, lors de la « Nuit des longs-couteaux » (juin 1934), au cours de laquelle des SS en civil l’abattent avec sa femme dans leur appartement.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)