B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Schenk von Stauffenberg Claus, comte(1907-1944)

Claus Schenck, comte von Stauffenberg naît à Jettingen en Bavière le 15 novembre 1907. Il est le fils du grand maréchal de la cour Alfred Stauffenberg et de Carolin, née comtesse Üxhüll-Gyllenband, elle-même déscendante directe du comte Neithardt de Gneisenau (1760-1831). La famille est profondément catholique.

Avec son frère Berthold (1905-1944) il est introduit en 1923 dans le cercle de Stefan George, qu’il nénéreront toute leur vie. En 1926 après son bac il entre dans le 17è régiment de cavalerie de Bamberg. En 1932, aux élections présidentielles, il se prononce pour Hitler contre Hindenburg. Promu lieutenant en 1934, il s’occupe de la formation militaire de la SA et du transfert des dépôts de munition de celle-ci à la Reichwehr. Il se marie en septembre et aura 5 enfants. En 1934 il entre à l’école de Cavalerie de Hanovre qui bientôt devient école de chars. Il passe en 1936 à l’école de Guerre de Berlin-Moabit et entre à l’Etat Major, où il prend part à l’osccupation des territoires des Sudètes en 1938.

En 1939 il prend part à l’invasion de la Pologne et est sollicité par Peter Graf Yorck von Wartenburg und Ulrich Graf Schwerin von Schwanenfeld (1902-1944) pour entrer dans l’Etat Major de Walther von Brauchitsch afin de participer à un putsch. Il refuse. Après avoir participé à l’offensive contre la France, il est affecté à l’Etat Major général et salue la prise en main par Hitler du haut commandemant de la Wehrmacht en décembre 1941. Mis au courant des exécutions et massacres en masse des Polonais, Juifs et prisonniers russes, mais aussi par la manière de Hitler de mener la guerre, il se noue avec la résistance de la Wehrmacht contre le Führer. Il sait que la Wehrmacht est encore peu infiltrée par le SD et la Gestapo, mais il se sent encore lié par le serment de fidélité juré à Hitler. Il n’en projette pas moins avec son frère Berthold et le cercle de Kreisau de préparer le renversement du Führer. Ils projettent de restaurer les libertés et les droits, mais refusent le rétablissement de la démocratie parlementaire.

En 1943 il est gravement blessé en Afrique, alors que sa division couvre la retraite de l’Afrikakorps de Rommel, lors d’un attaque aérienne : il perd un œil, la main droite et deux doigts de la main gauche. Après sa convalescence, il monte avec le Général Friedrich Olbricht, Alfred Ritter Mertz von Quirnheim et Henning von Tresckow le plan Walkyrie… En Octobre il est nomme à l’Etat Major génral de la Bendlerstraße à Berlin, ce qui lui permet un accès facile dans le quartier général du Führer. Il coordonne ses plans avec Goerdeler et Beck et se lie avec les résistants civils cimme Julius Leber, Wilhelm Leuschner et le cercle de Kreisau. Mais avec l’arrestation de Helmuth James comte von Moltke, le cercle de Kreisau est décapité. Le 5 juillet il apprend l’arrestation de Leber et Reichwein. Il décide alors d’agir personnellement.

Après une première tentative avortée le 11 juillet, il réussit à déposer le 20 juillet 1944 une bombre sous la table de conférence de la « Wolfsschanze » de Rastenburg et à quitter la salle. La bombe explose à 12h42. Mais Hitler est vivant. Stauffenberg est convaincu que le Führer est mort et prévient tous les conjurés… qui se découvrent. A 22h30, il est arrêté par les officiers restés fidèles. Dans la nuit, il est exécuté avec d’autres coinjurés : Werner von Haeften, Albrecht Ritter Merz von Quirnheim et Friedrich Olbricht. Beck suit peu après après une « tentative » de suicide organisée et ratée… Les conjurés sont enterrés avec leur uniformes et décorations. Himmler les fait déterrer et brûler. Leurs cendres sont dispersées. Pendant cinq mois, environ 5 000 conspirateurs présumés seront jugés: 200 seront exécutés, d’autres se suicideront, d’autres encore seront envoyés dans des camps de concentration.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)