B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Schacht Hjalmar(1877-1970)

(Tingleff, Schleswig, 1877 - Munich, 4 juin 1970). Schacht fait des études d’économie politique et entre en 1903 à la Dresdner Bank où il exerce son activité pendant treize ans. Pendant la Première Guerre mondiale, il est chargé de la création de billets de banque belges à Bruxelles. Nommé en 1916 directeur de la Banque nationale d’Allemagne, qui fusionne en 1922 avec la banque de Darmstadt, il est, après la guerre, confondateur du parti démocrate allemand auquel il appartiendra jusqu’en 1926.

En sa qualité de commissaire à la monnaie, il joue un rôle décisif en 1923-1924 dans la stabilisation du mark. Son activité de président de la Reichsbank, poste auquel en décembre 1923, il est préféré à l’ancien secrétaire d’Etat Helfferich, est marquée par son combat contre l’endettement à l’étranger qu’il dénonce et qu’il cherche à empêcher de manière souvent brutale. En 1929, il est nommé chef de la délégation allemande à la conférence des experts de Paris, aux côtés du directeur de la fédération de l’acier, Albert Vögler, qui démissionne au cours des négociations. C’est à ce titre que durant l’été 1929, il accepte le plan Young, mais il s’en éloigne peu après, en reprochant au gouvernement d’avoir défiguré « son » plan par des concessions ; en mars 1930, après les décisions de La Haye, il démissionne de son poste. Son livre « La Fin des réparations » (1931), dans lequel il cherche à justifier son attitude, et plus encore son discours retentissant à la conférence de Herzbourg, le 11 octobre 1931, rendent patente son opposition aux gouvernants démocrates tout en accélérant son rapprochement des milieux d’extrême droite.

En novembre 1932, avec d’autres dirigeants économiques et la grande bourgeoisie, il défend Hitler auprès d’Hindenburg. Après avoir été nommé directeur de la Reichsbank en mars 1933, bien qu’il soit étranger à la doctrine hitlérienne, il soutient le programme national-socialiste de création d’emplois et permet le réarmement de l’Allemagne grâce à ce que l’on nomme le Mefowechsel (traités acceptées par la société de recherches métallurgiques et qui ont financé le réarmement allemand).

De 1934 à 1937, il est chargé provisoirement des fonctions de ministre de l’Economie du Reich. Il découvre alors que les dépenses publiques se développent de manière inquiétante et tente vainement de détourner Hitler de la voie dans laquelle il s’est engagé. L’affaire Fritsch (1938) lui donne l’occasion de se séparer du national-socialisme. En janvier 1939, Hitler le relève de ses fonctions de président de la Reichsbank à la suite d’un mémoire sévère (divergences avec Göring) ; il conserve néanmoins le titre de ministre sans portefeuille jusqu’en 1944. Il est arrêté après l’attentat contre Hitler (20 juillet 1944) et envoyé à Dachau, mais survit à la fin de la guerre et est acquitté au procès de Nuremberg (1946). Intercepté en 1951 à Lod, en Israël, lors d'un vol international, il est reconduit à l'aéroport sans être inquiété. Il meurt en 1970.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)