B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Ribbentrop Joachim von(1883-1946)

Joachim von Ribbentrop naît le 30 avril 1883 à Wesel en Rhéanie, d’un père officier et d’une mère grande propriétaire. Dans ce milieu aisé, il étudie les langues en en 1910 part au Canada où il fréquente la haute société et monte une affaire d’import-export de vins.

A la veille de la guerre il rentre en Allemagne et est officier durant le conflit. En 1918 il est affecté en Turquie où il est plénipotentiaire au consulat d’Istanbul. En 1919 il épouse Annelies Henkell, fille du plus grand producteur de vins mousseux d’Allemagne. Il devient représentant international de l’entreprise de son beeau père et fonde la « Schonberg & Ribbentrop », société qui a le monopole de l’importation de champagne français et de whisky anglais. Il acquiert le « Von » devant son nom, ce qui équivaut en France au titre de Baron. Puis grâce à quelques manœuvres auprès de son ami Von Papen, il fréquente les cercles aristocratiques de Berlin. C’est là qu’il rencontre Hitler.

Ribbentrop gagne, lorsqu’il rejoint le NSDAP en 1932, la faveur du Führer en raison de sa connaissance des langues étrangères et ses relations à l’extérieur du pays. Doté d’une forte ambition politique, il connaît une ascension rapide au sein du mouvement national-socialiste ; peu porté sur les questions intellectuelles et doté d’une personnalité sans envergure, il se soumet complètement à la volonté de son chef. Lorsqu’il réussit en 1935, grâce au « bureau Ribbentrop », constitué pour lui dans la Wilhelmstrasse et indépendant du ministère des Affaires étrangères, à conclure l’accord naval germano-britannique (qui aboutit en fait à autoriser l’Allemagne à se réarmer), il est envoyé à Londres comme ambassadeur (1936). Il y est peu aimé à cause de son attitude insolente et échoue dans sa mission de détente diplomatique ; il minimise la puissance de l’Angleterre et soutient Hitler dans sa politique de provocations.

En février 1938, il remplace Von Neurath à la tête du ministère des Affaires étrangères. Dès lors, il va présider à la politique d’expansion hitlérienne ; après avoir joué un rôle particulier dans le rapprochement avec l’Italie en 1937, il vient signer à Paris (6 décembre 1938) la convention rétablissant avec la France les conditions du pacte de Locarno. Quelques mois plus tard, il conclut avec Galeazzo Ciano, à Berlin, le pacte d’Acier. Il parachève son œuvre de diplomate en signant avec Staline, le 23 août 1939, après une habile préparation, le pacte germano-soviétique. En revanche, il échoue en novembre 1940 dans la négociation avec Molotov à Berlin en vue d’un partage du monde avec l’Union soviétique. Il tente également, sans plus de succès, en juin 1941, de décider le Japon à attaquer l’U.R.S.S. Vis-à-vis de la France, de 1940 à 1944, il se montre opposé à la politique de rapprochement préconisée par Otto Abetz. « Rien ne sert de discuter ses opinions, écrira l’ancien ambassadeur de France à Berlin, Robert Coulondre, il n’écoute pas, de même que ses yeux pâles, froids et vides ne voient rien. »

Bien que Hitler ait dit de lui « c’est un génie » ou « un second Bismarck », Ribbentrop encourt le mépris quasi unanime des dirigeants du Reich, sauf celui de Himmler qui demeure son ami, du moins au début de sa carrière. Le Reichsführer lui confère le grade de Gruppenführer SS et considère sa nomination, en février 1938, à la tête des Affaires étrangères comme un succès personnel. Pendant la guerre, Ribbentrop est de plus en plus relégué à l’arrière-plan, mais reste en fonction jusqu’au bout au service d’Hitler. Il sent bien que le véritable pouvoir est aux mains des SS, et malgré ses tentatives auprès de Hitler pour remettre le SD « à sa place », il s’en révèle totalement incapable…

Après la guerre, il comparaît devant le tribunal de Nuremberg. Condamné à mort il est pendu le 1 octobre 1946.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)