B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Peiper Joachim(1915-1976)

Né le 30 janvier 1915, fils d'un capitaine de l'armée vétéran de la première guerre mondiale, Joachim Peiper choisit de suivre les traces de son père et adhère aux Jeunesses Hitlériennes avec le désir de rentrer dans la Waffen SS. En janvier 1935, il entre à la SS Junkerschule à Brunnswick, où on lui inculque une solide formation militaire et politique...

En 1936, il est promu Unterbannführer puis Untersturmführer et est muté comme adjudant auprès d'Himmler. Il collabore avec les différents commandants des camps de concentration. En avril 1940 il est Obersturmführer et combat en France où il gagne sa croix de fer de première classe. Il part ensuite en Russie où il se distingue notamment début 1943 à Stary Oskol où il sauve 1 500 blessés de la 320è division. Il se retrouve en Italie avec son unité et est cantonné près de la ville de Cuneo. C'est la période de désarmement des forces Italiennes, et Peiper intervient sur le village de Boves qu'il fait bombarder afin de récupérer certains de ses hommes capturés. Durant ce bombardement 33 civils perdent la vie. Il organise ensuite dans la région la chasse aux Juifs qu’il interne dans le camp de Borgo San Dalmazzo d’où ils seront déportés sur Auschwitz via Drancy.

Il repart en Russie, est nommé Sturmbannführer et y commande jusqu’au début de 1944 un régiment de Panzers. Il se retrouve en décembre 1944 dans les Ardennes où il commande un régiment blindé. Durant son avancée non loin de la commune de Malmédy, se joue un nouveau drame dont les victimes sont plusieurs dizaines de prisonniers Américains, qui sont abattus sans armes.

Nommé Obersturmbannführer, Peiper combat en Hongrie et est promu Standartenführer. Il est fait prisonnier et interné à Nuremberg où il est jugé pour crimes de guerre pour le massacre de Malmédy. Il est condamné à mort le 26 juillet 1946, mais le Lt colonel Everett Willis (avocat de la défense) démontre que les interrogatoires et l'instruction ont de graves manquements et sont entachés d'irrégularités : la peine de mort est commuée en prison à vie. Peiper est libéré en 1956.

En 1959 il habite en France dans le petit village de Traves près de Vesoul, essayant de vivre normalement et à l'écart. En 1968, l'histoire le rattrape : l'Italie désire le faire condamner pour la destruction et la mort des 33 habitants de Boves, mais les preuves manquent. Peiper fait l'objet d'une violente campagne, et le 14 juillet 1976 sa maison est incendiée. On retrouve son corps carbonisé à l'intérieur.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)