B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Kirdorf Emil(1847-1938)

Emil Kirdorf naît à Mettmann près de Düsseldorf le 8 avril 1847, dans une famille possédant une petite entreprise de textile. Il se forme dans la profession paternelle et reprend l’atelier paternel en 1864. L’entreprise de son père s’écroule en 1870. Grâce à son frère, il se reconvertit dans la gestion administrative de la mine de charbon « Holland » à Wattenscheid. Il réussit à asssainir cette entreprise défaillante et en 1873 est nommé directeur commercial de la « Gelsenkirchener Bergwerk-AG » (GBAG), dont fait partie la mine « Holland ». Lorsqu’il quittera cette entreprise en 1926, il en aura fait la première houillère d’Europe…

En 1889, il est à l’origine de la création du Syndicat « patronal » du charbon de Rhénanie-Westphalie dont la GBAG est l’âme. Il devient incontournable en Allemagne. En 1891 il est l’un des membres fondateurs de la ligue pangermaniste et entre ainsi en politique. A partir de 1903 il s’attaque à la diversification des activités de la GBAG qu’il lance dans l’exploitation de minerai de fer et la production d’acier, ce qui le met en concurrence avec les consortiums d’August Thyssen (1842-1926) et de Hugo Stinnes, magnats de l’acier, ainsi qu’avec les syndicats des mineurs… L’expansion de son groupe entraîne la paupérisation des ouvriers et des mineurs… En 1910 il créé la « Adolf-Emil-Hütte » à Esch qui doit, avec les mines de Lorraine et du Luxembourg, agrandir encore son empire de l’acier. Durant le premier conflit mondial, il se fait le champion de la politique d’annexions, particulièrement en France (celle des mines du Nord), Belgique et Luxembourg…

En 1918, avec les industriels de la Ruhr et Gustav Krupp von Bohlen und Halbach il exige l’abdication de Guillaume II afin d’éviter une révolution bolchevique et la perte de leurs empires industriels… Par les clauses du traité de Versailles, il abandonne tous ses investissements en Lorraine et au Luxembourg. Il ne peut éviter en 1920 le rachat par Stinnes d’une grande partie de ses entreprises de Rhénanie Westphalie, affaiblies par les conditions de paix… En 1924, il refuse pour motifs nationalistes les propositions du plan Dawes, et en 1925 la GBAG entre à son corps défendant dans le consortium de l’acier de Stinnes et Thyssen. Aigri par ces échecs successifs, il abandonne la présidence de la GBAG.

Le 4 juin 1927, Kirdorf rencontre avec d’autres industriels de la Ruhr Adolf Hitler à Munich. Conquis, il adhère au NSDAP… mais s’en retire en 1928 à cause des dissensions internes au parti où l’aile anticapitaliste de Gregor Strasser exerce une grande influence. Il garde cependant d’étroits contacts avec Hitler. Il soutien Hugenberg et le DNVP et finance ce parti entre 1928 et 1933, tout en se sentant idéologiquement plus proche du NSDAP. En 1929 il est l’invité d’honneur du congrès nazi de Nuremberg puis invite Hitler à rencontrer des industriels de la Ruhr.

Il se rapporche encore de Hitler après la crise de 1929, misant sur la politique de réarmement du Führer. Entre 1931 et 1938, par l’intermédiaire de Kunk et en accord avec Fritz Thyssen, ce sont des millions de marks qui financent le NSDAP, matérialisant l’appui de la grande industrie à la politique de Hitler. En 1934, Kirdorf entre à nouveau au Parti. Mais à partir de 1935, il se retire de la vie publique pour raison de santé. Il décède à Mülheim sur la Ruhr le 13 juillet 1938. Hitler participe aux cérémonies funéraires à Gelsenkirchen.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)