B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Guderian Heinz(1888-1954)

Heinz Guderian naît le 17 juin 1888 à Kulm (Chelmno) d’un père officier prussien. Il entre à l’école des Cadets de Berlin puis dans l’armée en 1907. En 1914 il est versé sur le front ouest comme officier de liaison. Il entre dans l’Etat major en 1917. En 1919 il est dans un corps franc chargé de veiller sur la frontière est en Baltique. Il réussit en 1920 à se maintenir dans la Reichswehr malgré les réductions des effectifs dues au traité de Versailles, et est inspecteur des troupes motorisées à Munich. Entre 1924 et 1931 il s’occupe spécialement de la motorisation de la Reichswehr et se rend compte de l’importance des blindés dans une guerre future. Il se forme en Union Soviétique au maniement des chars (alors interdits en Allemagne) et forme en Allemagne des tankistes avec… des tracteurs et des faux chars en bois.

Lorsqu’en 1935 les premières divisions de chars apparaissent, il reçoit le commandement de la seconde Panzerdivision. Major général en 1936, Lieutenant général en 1938, il entre en Autriche en 1938 à la tête de ses blindés, puis prend par à l’invasion des Sudètes et commande en septembre 1939 le corps d’armée XIX. Il participe au plan d’invasion à l’ouest, et en mai 1940 réussit la percée des Ardennes qui fait basculer le sort de la bataille de France. Il fait ensuite route vers la frontière suisse pour prendre l’armée française à revers. En juin 1941 il participe victorieusement à la bataille de Bialystok et Minsk, puis celle de Smolensk. En août il tente de convaincre Hitler de marcher sur Moscou au lieu d’attaquer l’Ukraine. En vain. Il remporte encore la victoire de Brjansk en octobre. Le 25 décembre 1941, malgré l’ordre formel de Hitler, il ordonne le retrait de ses troupes en danger de destruction devant l’offensive d’hiver des soviétiques. Il est immédiatement limogé et mis en réserve.

Rappelé après Stalingrad, en mars 1943 il est nommé inspecteur général des Panzer. Le 20 juillet 1944 il devient chef d’état major général. Plus par fidélité à Hitler que par conviction nazie, il épure l’armée avec l’aide de Rundstedt et de Keitel des officiers impliqués dans l’attentat et les laisse entre les mains du sinistre Freisler et de son tribunal civil… Le 28 mars 1945, suite à de profondes dissensions et pour soutenir la négociation d’une paix séparée, il est limogé par Hitler. Suivent trois années d’emprisonnement chez les Américains. Il écrit ses mémoires en 1951 et meurt à Schwangau le 14 mai 1954.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)