B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Groener Wilhelm(1867-1939)

Wilhelm Groener naît le 22 novembre 1867 à Ludwigsbourg (Württemberg). Fils de militaire, il entre dans l’armée du Wurtemberg en 1884, est nommé adjudant en 1890 et entre en 1893 dans l’Académie militaire de Berlin. En 1889 il est nommé capitaine à l’état major où il travaille dans le secteur des voies ferrées.

Après avoir commandé une compagnie à Metz de 1902 à 1904 il commande un bataille d’infanterie à Stuttgart, puis, dans le cadre du plan Schlieffen il est chargé de planifier la construction d’un réseau de voies ferrées pour le prochain conflit contre la France. C’est lui qui transporte des millions d’hommes et tout le matériel vers les champs de bataille du nord de la France, ce qui lui vaut, pour son efficacité, de nombreuses distinctions. En 1915 il est nommé major général.

Se capacités d’organisateur lui permettent d’être affecté au ministère de la guerre, section alimentation, et il est chargé d’approvisionner le Reich en céréales provenant de Roumanie. En 1917, à cause de dissensions au sein du ministère, il est nommé chef d’état major général sur le front de l’Ukraine. En novembre 1918, après la démission de Luddendorf, il est chargé d’organiser le retrait et la démobilisation de l’armée du Reich, avec l’appui de Hindenburg. Il se prononce pour l’armistice et pour l’abdication de Guillaume II, espérant ainsi sauver la monarchie en Allemagne. Il refuse la demande du kaiser d’écraser la révolution bolchevique naissante, conscient que l’armée ne marcherait pas derrière l’empereur.

Le 10 novembre 1918 il passe un accord avec le chancelier Ebert : en échange de la protection par l’armée du « Conseil des délégués du peuple » contre les radicaux d’extrême gauche, le pouvoir garantirait l’autonomie de la direction de l’armée. Le 23 juin 1919, il plaide en faveur de la signature du traité de Versailles, craignant qu’en cas de reprise du conflit l’unité du Reich ne soit brisée. Le 25 juin, après la démission de Hindenburg, il devient le chef d’état major de l’armée. Le 30 septembre, il démissionne, car son alliance avec Ebert lui a fait perdre la confiance de nombreux officiers supérieurs.

En 1920, sur demande insistance d’Ebert, il prend la direction du ministère des communications de la Reichswehr et travaille au développement du réseau ferré. En 1923, suite à la chute du cabinet Cuno, il se retire de la vie politique. Il est rappelé en 1928 au service du nouveau ministère de l’armée. A coté du développement de la Reichswehr, il s’emploie à ancrer l’armée dans la république de Weimar… Son second mariage lui fait cependant perdre la confiance de Hindenburg.

En 1931 il est nommé ministre de l’intérieur par le chancelier Brüning. Il est spécialement chargé de contrôler la montée de la SA et d’apaiser les tensions internes à l’Allemagne. En avril 1932 il interdit la SA et la SS dans plusieurs Länder ; mais son subordonné, le général Kurt von Schleicher veut quant à lui collaborer avec les formations nazies. Dans ce but, il influence fortement Hindenburg pour de débarrasser de Groener et prend des contacts avec les nazis. En mai 1932, sur pression de Schleicher, Groener démissionne de ses fonctions de ministre de la Reichswehr et de ministre de l’intérieur. Il se retire définitivement de la politique. Il décède le 15 septembre 1939 à Bornstedt (près de Potsdam) où il rédigeait ses mémoires.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)