B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Goebbels(1897-1945)

Fils d’un comptable catholique, Goebbels naît à Rheydt, Rhénanie le 29 octobre 1897 et grandit dans le milieu de la petite bourgeoisie. Il touche une bourse de la fondation Albertus Magnus pour mener jusqu’au doctorat ses études de langue et de littérature allemande.

Sa rencontre avec Hitler lors de ses études à Munich, en 1922, marque un tournant dans sa vie qu’il considère lui-même comme une révélation et une renaissance. Radicalement débarrassé de toutes les valeurs éthiques traditionnelles, tout en conservant des notions empruntées à la religion, il devient le propagandiste le plus virulent du national-socialisme et de son Führer.

Petit et boiteux, de type plutôt méditerranéen, il ne correspond guère à l’idéal de la « race des seigneurs ». C’est un solitaire, mal aimé dans les rangs du parti, ce qui ne l’empêchera pas de faire une ascension rapide : en 1922, il adhère au NSDAP et dirige la rédaction de différents organes du parti ; en 1926, après avoir quitté le groupe de Gregor Strasser, il est nommé gauleiter de Berlin (il y publie l’« Attaque » - « Der Angriff » - de 1927 à 1933, un hebdomadaire de sa création) ; en 1928, il est élu député du Reichstag et devient directeur de la propagande du NDSAP ; enfin, après l’arrivée de Hitler au pouvoir, il est promu ministre de l’information et de la Propagande du IIIè Reich, le 13 mars 1933.

Son travail de propagande prend alors toute son ampleur. Comme la presse, la radio, le cinéma, mais aussi toutes les activités de la vie littéraire et artistique dépendent de lui, il parvient peu à peu à mettre au pas la culture (loi du 31 mai 1938 sur la confiscation des produits de l’art dégénéré) en s’attaquant tout particulièrement à ses représentants juifs. Malgré l’opposition de Wilhelm Furtwängler, il écarte des hommes comme Otto Klemperer et Max Reinhardt ; des peintres comme Max Pechstein et Karl Schmidt-Rottluff se voient interdits de peinture ; Paul Hindemith, Thomas Mann, Albert Einstein émigrent.

Les pogroms de novembre 1938 contre les juifs, dont il est l’instigateur, illustrent les moyens qu’il met en œuvre. Il aime à se montrer en famille, entouré de ses enfants, même si ses multiples liaisons amoureuses ont plus d’une fois menacé de briser cette image idyllique. Quand la guerre éclate, il renforce son action. Il maîtrise et utilise avec habileté les effets de propagande, il s’efforce de déchaîner les instincts des masses avec cynisme et sang-froid, comme dans son discours du 18 février 1943 au Palais des Sports de Berlin.

Il atteint le sommet du pouvoir en août 1944, quand la direction de la « guerre totale » lui incombe. Dans ses commentaires hebdomadaires publiés dans la revue « Das Reich », il essaie de maintenir l’espoir d’une victoire finale en mélangeant mensonges et vérités. Mais la victoire qu’il avait promise au combat national-socialiste lui échappe. Il tiendra à ce que sa mort et celle de Hitler soient exemplaires pour le peuple, qui ne mérite que de périr faute d’avoir su vaincre.

Désigné comme chancelier du Reich dans le testament de Hitler dont il reste l’un des derniers fidèles après l’abandon de Himmler et de Goering, il se donne la mort avec sa femme Magda le 1er mai 1945, après qu’elle eut empoisonné leurs six enfants

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)