B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Gerstein Kurt(?-?)

Kurt Gerstein naît en 1905 à Hagen dans la Ruhr, d'un père magistrat et membre de l'Eglise évangélique. Il fait des études d’ingénieur et en 1925, adhère à l'association des étudiants chrétiens allemands. A l'arrivée de Hitler au pouvoir Gerstein adhère au parti nazi dès le mois de mai 1933 et s'engage dans la SA. En novembre 1935, il est nommé adjoint des mines de l'Etat.

Par conviction religieuse, il s’oppose à la nazification des mouvements de jeunes et des mouvements chrétiens, proteste auprès de Baldur von Schirach. Préparant en 1936 le premier Congrès des mineurs allemands, il est inculpé de diffusion de documents « hostiles à l'Etat » et arrêté le 24 septembre 1936 à Sarrebruck. Sur pression des Eglises protestantes, il est libéré au bout de six semaines de détention seulement. Il est toutefois exclu du parti et perd son emploi dans les mines.

Il fait une opposition officielle à son exclusion du NSDAP. Il est de nouveau arrêté le 14 juillet 1938 pour complot monarchiste. Emprisonné à Stuttgart, il est ensuite déporté au camp de concentration de Welzheim. Il est libéré six semaines et demi après son arrestation. Il part pour l'île grecque de Rhodes en octobre 1938. Le 22 juin 1939, son exclusion du NSDAP est transformée en congédiement ; il trouve aussitôt un emploi dans une mine de la Wintershall AG. puis demande et obtient sa mutation pour Leipzig. En août il demande sa réintégration au sein du NSDAP et accepte de rédiger des ouvrages pour la Hitlerjugend.

Gerstein est personnellement touché par l’opération T4, car l'une de ses belles-soeurs en est victime au début de 1941. C'est semble-t-il suite à ce drame que Gerstein prend la décision de s'engager dans la Waffen-SS le 10 mars 1941 et fait ses classes jusqu'au 2 juin. Différentes lettres de Gerstein à sa famille, et particulièrement à sa femme, montrent très clairement qu'il s'engage pour tout voir et témoigner. Bien noté par ses supérieurs, il est affecté à l'installation de stations d'eau potable, et chargé de la désinfection des camps militaires et des camps de concentration.

En janvier 1942, il est nommé chef des services techniques de désinfection et responsable des gaz toxiques pour l'ensemble de la SS. Le 17 août, Gerstein, en compagnie du SS Obersturmbannführer Pfannenstiel, professeur d'hygiène à l'université de Marburg/Lahn, se rend à Lublin où ils doivent convoyer un camion d'acide prussique. A Lublin, les deux hommes retrouvent le SS Gruppenführer Globocnik qui leur apprend qu'ils doivent ensemble visiter Belzec, Sobibor et Treblinka. A cette époque, les gazages s'opèrent encore avec des gaz d'échappement ; Gerstein est donc là comme « expert » afin de mettre en place des moyens d'extermination plus efficaces. Après les visites dans les trois camps, Gerstein part pour Varsovie avant de regagner Berlin par le train. Au cours de ce voyage de retour, Gerstein croise dans son wagon le baron von Otter, secrétaire de la légation de Suède à Berlin, et lui raconte ce qu'il a vu. Von Otter préviendra sa hiérarchie, déjà informée des faits en question. A Berlin, Gerstein se rend à la nonciature où on lui refuse toute entrevue avec le représentant du Pape. De même, il visite l'ambassade de Suisse et le coadjuteur de l'évêque catholique. Un de ses amis, néerlandais, préviendra Londres.

Multipliant les démarches, Gerstein porte toujours sur lui une capsule de cyanure en cas de besoin. Malgré son action, il est toujours très bien noté de ses supérieurs et est promu Obersturmführer le 19 février 1943. Hospitalisé en mars 1944 pour diabète, il l'est de nouveau à la fin de l'année. En mars 1945, il retrouve sa femme à Tübingen et se rend aux forces françaises. Il est laissé libre de ses mouvements et commence à rédiger plusieurs versions de son rapport. Le 5 mai, il remet son témoignage et est arrêté le 26 mai 1945 avant d'être conduit à Paris. Le 5 juillet, il est emprisonné au Cherche Midi, utilisé par les Allemands avant d'être, à la Libération, confié à la garde des FFI. Le 10 juillet, il est inculpé « d'assassinats et de complicité d'assassinats ». Le 25, il est retrouvé pendu. Suicide ou exécution ? le mystère reste entier.

L’histoire de Gerstein servira de cadre à la pièce de Rolf Hochhuth, jouée en 1963, « Le Vicaire », et au film de Costa Garvras, « Amen », réalisé en 2002, portant surtout sur les rapports entre le nazisme, le Vatican et Pie XII.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)