B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Erzberger Matthias(1875-1921)

(Emmanuel, Wurttemberg, 20 septembre 1875 - Griesbach, Bade, 26 août 1921). Fils d’un catholique, à la fois tailleur et facteur, Erzberger est instituteur pendant deux ans puis, en 1896, il prend la rédaction de la « Deutsches Volksblatt », organe du parti catholique (Zentrum) à Stuttgart. Dès 1903, il est élu député de l’aile gauche du Zentrum au Reichstag, où il se fait bientôt un nom par sa prodigieuse vitalité et par les nombreux essais et articles qu’il publie dans les journaux. C’est surtout sur le plan financier qu’il se distingue (réforme des Finances de 1909 et contribution aux armements de 1913); il passe pour être le meilleur expert concernant les questions coloniales et budgétaires.

Pendant la Première Guerre mondiale, il se voit confier diverses missions diplomatiques. D’abord favorable à une politique d’annexions, il comprend en 1917 la gravité de la situation et s’allie avec les sociaux-démocrates et le parti du progrès pour devenir un des plus ardents défenseurs d’une paix négociée. Impliqué dans la chute de Bethmann-Hollweg, il n’est pas en revanche favorable à l’abdication de l’empereur. Après avoir été nommé secrétaire droite sans portefeuille le 3 octobre 1918, il signe l’armistice du 11 novembre à Compiègne, comme membre de la commission d’armistice, et mène les négociations relatives à son application.

Nommé vice-chancelier au cabinet de Bauer, le 21 juin 1919 puis ministre des Finances, il réalise l’œuvre essentielle de sa carrière, à savoir la grande réforme financière, qui renforce considérablement la puissance financière du Reich et le dote pour la première fois d’une gestion fiscale.

Cette législation fiscale, dont il espère autant une réforme sociale que la création d’un droite unifié, aiguise en fait l’hostilité dont font déjà preuve les partis de droite. Le pamphlet de Helfferich « A bas Erzberger ! » (1919) marque le paroxysme des attaques dont il est l’objet et déclenche un procès en diffamation au printemps 1920. Cependant Erzberger ne réussit pas à prouver son innocence face aux attaques de l’ancien chef de la politique financière du Reich, qui mène contre lui une âpre lutte depuis la résolution de paix du Reichstag du 19 juillet 1917, qu’Erzberger avait fait voter.

Contraint de démissionner, il est assassiné peu après par deux anciens officiers de marine, membres de l’« Ordre germanique » ultranationaliste.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)