B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Dietrich (Sepp) Joseph(1892-1966)

Josef Dietrich naît le 28 mai 1892 à Hawangen en Bavière d’une famille de paysans. Il est employé dans une exploitation agricole. Après 1907, il est apprenti en hôtellerie et voyage en Italie, Suède, Autriche. Le 18 octobre1911, il s'engage dans l'armée royale bavaroise au Premier Régiment Bavarois de Ulhans. Le 17 novembre 1911, Dietrich fait une terrible chute de cheval et il est renvoyé du régiment. De 1911 à 1914, il vivote comme garçon à tout faire. Le 06 août 1914 il s'engage à nouveau dans l'armée. Il est blessé en novembre 1914 et a nouveau en janvier 1915. Il combat ensuite au sein du 13ème détachement de Panzer. Il quitte l'armée en mars 1919.

Il rejoint la Landespolizei de Bavière et y fera carrière jusqu'en 1927. En 1923 il prend un congé sans solde pour s'engager dans le Freikorps « Oberland » et se battre contre les insurgés polonais de Haute Silésie et participe au putsch de Munich. Le 1 mai 1928, il adhère au parti nazi et entre dans la « Allgemeine SS ». Il est affecté à Munich et son ascension dans l'Ordre Noir est très rapide. SS-Sturmführer en juin 1928, il est promu SS-Strurmbanführer le 1 août 1928, puis SS-Standartenführer en septembre 1929. Gauführer Oberbayern, il prend le commandement de la SS-Brigade « Bayern » de septembre 1929 à juillet 1930. Parallèlement, il assure la sécurité rapprochée du Führer.

En 1930 il entre au Reichstag. Il reste parlementaire jusqu'à la fin de la guerre. Le 29 février 1932 il est à la tête d'une unité créée pour assurer la sécurité du futur Reichskanzler, la future « Leibstandarte SS Adolf Hitler » ou LSSAH.

En juin 1934, les hommes de la Leibsdandarte SS Adolf Hitler jouent un rôle important dans la « Nuit des longs couteaux ». Dietrich accompagne fidèlement son Führer. Hitler, conscient de la dévotion de son subordonné, lui accorde toute sa confiance jusque dans les derniers jours de sa vie. En septembre 1939, l'unité sert en Pologne. C'est durant cette campagne que des SS commandés par Dietrich se distinguent pour la première fois. Un SS-Oberscharführer un autre Grenadier enferment une cinquantaine de juifs polonais dans une synagogue avant de les passer par les armes. Envoyés devant un tribunal militaire, les deux SS échappent à la peine capitale et ne sont condamnés qu'à de légères peines de prison...

En 1940, les SS de Dietrich sont engagés aux Pays-Bas, dans la région de Dunkerque et près d'Amiens. En avril 1941, Dietrich est engagé dans la campagne des Balkans au sein de la 12è Armée. Moins d'un mois plus tard la LSSAH devient une division engagée dans l'opération « Barbarossa ». Elle participe à la conquête de l'Ukraine et combat à Taganrog, où, sur ordre de Dietrich, elle ne fait. aucun prisonnier. La division s'empare de Rostow le 21 novembre. Durant l'été 1942, la LSSHA est ramené à l'Ouest et est basée près de Paris. Fin 1942, les SS participent à l'invasion de la zone libre. Le 4 juin 1943, Dietrich quitte le commandement de la LSSAH, et travaille à la constitution de ce qui deviendra le 27 juillet 1943 le Ier SS-Panzer-Korps. En septembre il supervise le désarmement de l'armée italienne et retrouve la LSSAH, envoyée dans le Nord de l'Italie pour lutter contre les partisans. Dietrich, avec l'appui de Himmler, couvre de nombreuses exactions commises par les Waffen-SS. Erwin Rommel, commandant en chef du front italien, multiplie sans succès les protestations auprès de Himmler et de Dietrich

En janvier 1944, Dietrich s’installe en Belgique. Dans les heures qui suivent le débarquement, il rejoint Paris. Il est chargé par von Rundstedt, de préparer une contre-attaque sur les plages tombées entre les mains des alliés. Dietrich dispose alors de la Panzer Lehr Division, de la 21è Panzer-Division et bien sûr de la Hitlerjugend. Mais il est contraint de se battre en défensive, en interdisant notamment aux blindés anglo-canadiens la prise de la ville de Caen.

Le 16 décembre 1944 Dietrich et ses troupes sont engagés dans la contre-offensive des Ardennes. Chargée de l'effort principal vers le Nord, la 6è Panzer devait se diriger vers la Meuse puis s'emparer d'Anvers. Au cours de la progression, plusieurs massacres sont commis par des troupes SS, dont celui de président, au cours duquel 86 GI's prisonniers sont massacrés par des unités de la 6è Panzer de Peiper... En janvier 1945, la 6è Panzer a perdu plus de 24 000 hommes et une grande partie de son matériel. En mars 1945, on retrouve Dietrich et sa 6è SS-Panzer-Armee en Hongrie, où il tente de ralentir l'avance de l'Armée Rouge près du lac Balaton. C'est un échec. Dietrich se replie sur Bratislava avec les débris de son armée blindée et finit en Autriche. Le 8 mai 1945 il se constitue prisonnier, accompagné de son épouse, auprès du général George Smith Patton.

Il est gardé prisonnier. En décembre 1946, un procès concernant le massacre de Malmédy est organisé à Dachau. Sur les 74 Waffen-SS jugés, 43 sont condamnés à mort, 22 à la prison à perpétuité, et 8 à des peines variables. Jugé coupable, car responsable supérieur de la 6è Panzer, Dietrich est condamné à la réclusion à perpétuité avec 25 ans incompressibles. Il n'en purge que neuf à la forteresse de Landsberg avant d'être finalement remis en liberté en octobre 1955. Quelques mois plus tard, il est à nouveau interpellé et remis derrière les barreaux. On l'accuse de meurtres et de complicité de meurtres dans le cadre d'une enquête sur la « nuit des longs couteaux » et l'assassinat de plusieurs leaders des Sturm Abteilung (SA) dont Ernst Röhm. A nouveau jugé, il est à nouveau condamné, cette fois-ci à 18 mois de prison ; il bénéficie d'une mesure de clémence en février 1959, due à son état de santé et ses problèmes cardiovasculaires.

Il s'installe à Luwingsburg avec sa famille et est très actif dans l'association des anciens combattants de la Waffen-SS, le HIAG. Le 21 avril 1966, à l'âge de 74 ans, il décède à son domicile d'une attaque cardiaque. Plus de 6 000 anciens de la Waffen-SS, tous grades confondus, assistent à ses obsèques tandis que son éloge funèbre est lu par Wilhelm Bittrich.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)