B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Alsace, le temps du Reich : 1870-1918

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Le traité de Francfort

LÂ’armistice
17 février 1871: protestation à Bordeaux
10 mai 1871: le traité
« Reichsland Elsass-Lothringen »
LÂ’option

2.2. 17 février 1871: protestation à Bordeaux

2.2.1. Les élections du 8 février 1871

Léon Gambetta, l’âme de la résistance
Léon Gambetta, l’âme de la résistance

Entre temps, le 8 février 1871 les Alsaciens déjà occupés sont autorisés, car encore français, à élire la nouvelle assemblée nationale siégeant à Bordeaux. Ils élisent en masse des « Gambettistes », favorables à la continuation de la lutte et au maintien de l’Alsace dans le giron français, au delà des clivages politiques qui séparent ces hommes : le clérical Keller, le démocrate Kuss, Gambetta, Jules Favre, Denfert, le préfet Grosjean, soit en tout 22 députés francophiles...

2.2.2. La protestation de Bordeaux

Emile Kuss, maire de Strasbourg, sur les ruines de Strasbourg bombardée. Toile de T. Schurer. Kuss mourra, terrassé par le chagrin au moment de l’annexion de 1870. L’Alsace lui fera de grandioses funérailles
Emile Kuss, maire de Strasbourg, sur les ruines de Strasbourg bombardée. Toile de T. Schurer. Kuss mourra, terrassé par le chagrin au moment de l’annexion de 1870. L’Alsace lui fera de grandioses funérailles

En pleine négociation de paix, le 17 février, Keller proteste contre la volonté du gouvernement français de « Lâcher » l’Alsace-Lorraine, « comme Alsacien et comme Français, contre un traité qui est... une injustice, un mensonge et un déshonneur ». Il réitère sa protestation le 1 mars. Mais Thiers est intraitable. Même la mort subite de Kuss, terrassé par une crise cardiaque à Bordeaux le 1er mars 1871 et les grandioses funérailles que lui font les Strasbourgeois n’y changent rien. Une importante partie de la bourgeoisie alsacienne francisée décide d'émigrer en France. L'autre partie reste en Alsace et se livre à une propagande anti-germanique violente, qui, répercutée en France donnera aux Français une vision très déformée de la situation en Alsace.

La protestation de Bordeaux lue à l’assemblée le 1 mars 1871
La protestation de Bordeaux lue à l’assemblée le 1 mars 1871

Protestation lue à Bordeaux le 1er mars 1871, à la tribune de l'Assemblée Nationale, par le député Grosjean, au nom des 27 députés Alsaciens et Lorrains :

« Les représentants de l'Alsace et de la Lorraine ont déposé, avant toute négociation de paix, sur le bureau de l'Assemblée Nationale, une déclaration affirmant de la manière la plus formelle, au nom de ces deux provinces, leur volonté et leur droit de rester françaises. Livrés, au mépris de toute justice et par un odieux abus de la force, à la domination de l'étranger, nous avons un dernier devoir à remplir. Nous déclarons encore une fois nul et non avenu un pacte qui dispose de nous sans notre consentement. La revendication de nos droits reste à jamais ouverte à tous et à chacun dans la forme et dans la mesure que notre conscience nous dictera. Au moment de quitter cette enceinte où notre dignité ne nous permet plus de siéger, et malgré l'amertume de notre douleur, la pensée suprême que nous trouvons au fond de nos coeurs est une pensée de reconnaissance pour ceux qui, pendant six mois, n'ont pas cessé de nous défendre, et d'inaltérable attachement à la patrie dont nous sommes violemment arrachés. Nous vous suivrons de nos voeux et nous attendrons, avec une confiance entière, dans l'avenir, que la France régénérée reprenne le cours de sa grande destinée. Vos frères d'Alsace et de Lorraine, séparés en ce moment de la famille commune, conserveront à la France, absente de leurs foyers, une affection filiale, jusqu'au jour où elle viendra y reprendre sa place. »

2.2.3. Les préliminaires de paix

Helmuth Karl Bernhard, comte von Moltke (1800-1891) : il ne fera aucun cadeau à la France
Helmuth Karl Bernhard, comte von Moltke (1800-1891) : il ne fera aucun cadeau à la France

Le 26 février 1871 la France signe les préliminaires de paix acceptant l’annexion par le Reich de l’Alsace et d’une partie de la Moselle. En France, la consternation le dispute à la résignation et à la révolte. Sitôt l'accord en poche, Jules Favre et Adolphe Thiers se rendent à Bordeaux et obtiennent de l'Assemblée nationale qu'elle ratifie dans l'urgence le document. C'est chose faite (83% de oui) le dimanche 2 mars, soit un jour tout juste après la date prévue pour le défilé de la victoire des troupes allemandes. À la grande irritation de l'empereur Guillaume I, de von Moltke et de Bismarck, seuls quelques bataillons d'avant-garde ont le temps de défiler dans la capitale endeuillée, devant les statues de la place de la Concorde recouvertes d'un voile noir.

Protestation lue à Bordeaux le 1er mars 1871, à la tribune de l'Assemblée Nationale, par le député Grosjean, au nom des 27 députés Alsaciens et Lorrains



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)