B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le ghetto de Zamosc

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. La liquidation du ghetto

La liquidation du ghetto commence le 16 octobre 1942. Environ 4.000 juifs sont rassemblés sur la place du marché. 300 sont sélectionnés et laissés dans le ghetto pour récupérer toutes les affaires et nettoyer le ghetto. Le reste des Juifs entame une marche de 21 kilomètres sur Izbica (Giesebitz en Allemand), ghetto de transit pour les Juifs étrangers et point de rassemblement pour la déportation des Juifs polonais des régions de Krasnystaw et de Zamosc. Beaucoup de déportés sont tués lors de cette marche. A Izbica, impossible de « loger » tous les déportés. Ils sont donc parqués en plein air sans aucune nourriture. Jekutiel Cwilich, un survivant de Zamosc, décrit la situation à Izbica : « Les juifs sont arrivés à Izbica de nuit. Il y avait déjà beaucoup d'autres juifs sur place, y compris des Juifs de Tchécoslovaquie et d'autres petites villes près d’Izbica. Il y avait beaucoup de personnes se reposant sur leur valise dans chaque maison où il avait été possible d’entrer. Les rues étaient pleines de personnes qui se sont assises et ont dormi sur leurs valises. Izbica ressemblait à une grande gare avec tout ce monde attendant un train. »

Par groupes, ils sont envoyés à Belzec et à Sobibor. Rudolf Reder, l’unique survivant de Belzec, a décrit l'arrivée d'un train de Zamosc le 15 novembre 1942 : « Il faisait froid. La terre était couverte de neige et de boue. Dans de telles conditions et au milieu d'une tempête de neige, un grand convoi est arrivé de Zamosc. Le Judenrat entier était dans le train. Après que tous se furent déshabillés et furent nus, comme d'habitude, les hommes ont été poussés vers les chambres de gaz et les femmes dans la baraque pour avoir la tête rasée. Mais le chef du Judenrat a été obligé de rester derrière dans la cour. Les gardes ukrainiens ont emmené le convoi et le détachement complet des SS de Belzec a entouré le chef juif. Je ne connais pas son nom. J'ai vu un homme d'un certain âge, pâle comme la mort, mais complètement calme. Les SS ont ordonné à l'orchestre d’attendre les ordres dans la cour. L'orchestre, six musiciens, était habituellement posté dans le secteur situé entre les chambres de gaz et les fosses communes et jouait à toute heure - jour après jour - avec des instruments pris aux morts. Je travaillais tout près à des travaux de construction, et j’ai vu tout qui s'est passé. Les SS ont ordonné à l'orchestre de jouer le « Es geht alles vorüber, es geht alles vorbei » (Tout passe, tout s’en va) et « Drei Lilien » (trois lis) sur des flûtes, des violons et des harmonicas. Cela a duré un moment. Ensuite ils ont placé le chef du Judenrat contre un mur et ont commencé à le battre à la tête et au visage avec des fouets. Ceux qui l'ont torturé ainsi étaient Irmann - un gros homme de la Gestapo -, Schwartz, Schmidt et certains des gardes ukrainiens. Leur victime a été obligée de danser et de sauter au son de la musique tout en étant battu. Après quelques heures, on lui a donné à manger le quart d'un pain - tout en continuant à le battre. Il est resté là, couvert de sang, indifférent, très calme. Je ne l'ai pas entendu gémir une seule fois. Son calvaire a duré sept heures. Les SS présents riaient et s’esclaffaient : « Das ist eine höhere Person, Präsident des Judenrates ! » « Voici une personnalité ! Voici le président du Judenrat ! » Ils braillaient fort et malicieusement. Il était six heures du soir lorsque Schmidt, de la Gestapo, l'a poussé au bord d’une fosse, lui a logé une balle dans la tête et a donné un coup de pied dans son corps pour le basculer sur la pile des victimes gazées. »

Ce chef de Judenrat n'est pas Garfinkel, qui s'est échappé de Zamosc et a survécu à la guerre, vivant plus tard à Londres. Le récit de Reder n’est pas tout à fait exact : l’évènement s’est passé non le 15 novembre, mais le 2 novembre, jour où la plupart des juifs de Zamosc ont été déportés à Belzec. Dans le transport que Reder décrit, se trouve le vice-président du Judenrat de Zamosc Azriel Szeps, avec tous les membres du Judenrat de Zamosc et leurs familles ; ils sont envoyés à Belzec dans le même convoi. Le reste des juifs de Zamosc d’Izbica est liquidé lors d’une exécution en masse en novembre 1942 dans le cimetière juif.

Les 300 derniers Juifs du ghetto de Zamosc laissés sur place sont tués en mars 1943. La plupart des camps de travail restant autour de Zamosc sont démantelées en mai 1943 et les travailleurs Juifs, environ 1.000, sont envoyés à Majdanek. Parmi eux se trouve Mordechaj Sztrygler qui survuvra à Majdanek et pourra témoigner du destin des derniers juifs de Zamosc.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)