B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Les petits ghettos

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Lituanie

Birzai, Lituanie
Jubarkas, Lituanie
Kalvartya, Lituanie
Kedainiai, Lituanie
Kelme, Lituanie
Kretinga, Lituanie
Kupiskis, Lituanie
Kybartai, Lituanie
Memel-Klaipeda, Lituanie
Panevezys, Lituanie
Plunge, Lituanie
Raseniai, Lituanie
Rokiskis, Lituanie
Sakiai, Lituanie
Seduva, Lituanie
Siaulai, Lituanie
Taurage, Lituanie
Ukmerge-Vilkomir, Lituanie
Utena, Lituanie
Vilkaviskis, Lituanie
Zagare, Lituanie
Zarasai, Lituanie

3.17. Taurage, Lituanie

Ville de l’ouest de la Lithuanie, Taurage (Tavrig) est une ville de la province de Kovno de 1795 à 1918. En 1847 il y a 410 juifs dans la ville et en 1897 numéro 3.364 (54% de la population totale). La population juive est évacuée en Russie en 1915. En 1923 il y a 1.772 juifs (32% de la population). Lorsque le 20 mars 1939 Memel devient allemande, Taurage accueille de nombreux réfugiés Juifs qui fuient la botte nazie. En juin 1940, Taurage est annexée par l’Union Soviétique. La ville est « soviétisée » : nationalisations, suppressions des association, restriction du culte, mesures économiques. Le niveau de vite chute consudérablement appauvrissant la classe moyenne composée principalement par les Juifs. Début juin 1941, 17 familles juives sont exilées à Komi en Union Soviétique.

L'armée allemande occupe Tavrig le 22 juin 1941, après un intense bombardement qui détruit de nombreuses maisons. Beaucoup d’habitants, dont nombre de Juifs avaient fui. Lorsqu’ils reviennent, les Juifs trouvent leurs maisons pillées par les Lituaniens… Comme le ville se situe sur la bande frontalière de 25km de large séparant la Lituanie de la Grande Allemagne, elle tombe sous la responsabilité de l’Einsatzgruppe de Stahlecker qui délègue au chef de la Gestapo de Tilsit Hans Böhme la tâche de « nettoyer » la région de ses Juifs et des communistes …

Dans les premiers jours, la ville est aux mains des nationalistes lituaniens qui multiplient brimades, vexations, brutalités, viols et meurtres : le rabbin Levi Shpitz est tué car il refuse d’établir une liste de communistes juifs ; le Dr.Y.Shapira, 80 ans, est obligé par un SS allemand de creuser une fosse avec l’aide de deux femmes pour enterrer un cheval mort ; la fosse creusée, l’allemand lui loge une balle dans la tête et ordonne aux femmes d’enterre homme et bête… Entre le 3 et le 10 juillet, un groupe de 122 hommes Juifs est exterminé près de la route menant à Shilel (Silale).

Puis arrive le chef de la Gestapo Schwarz, chargé d’identifier avec l’aide du maire Jonas Jurgilas les communistes et les personnalités en vue de la ville. Sous ses ordres, le chef de la police locale F.Mintautas et ses policiers emprisonnent 300 hommes juifs et 25 communistes non-Juifs (une partie de ces dernier sera libérée plus tard). Détenus dans la caserne du 7ème régiment d'infanterie de l'ex armée lituanienne, ils sont exécutés le 22 juillet lors d’une « Aktion » à laquelle Böhme participe personnellement, car il veut en faire un « banc d’essai » pour ses hommes, devant servir de modèle pour leurs futures actions : les victimes sont emmenées au village voisin de Vizbutai (Vizhbutai) où des fossés antichar avaient été creusés. Elles sont obligées d'approfondir les fossés, puis de se déshabiller et de s’agenouiller au bord des fosses, dos tournés aux tueurs. D’une balle dans la nuque, les hommes de la Gestapo et les policiers lituaniens les basculent dans la fosse… Chaque jour des hommes et des femmes sont arrêtés, soit dians pour le travail obligatoire : aucun n’est jamais revenu. Ils sont assassinés et enterrés dans des fosses autour de Taurage.

Le 6 septembre 1941, le commandant de la zone V.Milimas publie une circulaire régulant la vie des Juifs restants : spoliation de tous les biens juifs, limitation des libertés, port de l’étoile, interdiction d’acheter de la nourriture dans les magasins non juifs, interdiction de travailler (hormis quelques artisans qualifiés) et institution du travail forcé géré par l’occupant, création d’un ghetto, d’un Judenrat et d’une police juive… Les Juifs sont rapidement concentrés dans des hangars à camion inachevés de la rue de Vytautas, que l'armée soviétique avait commencé à construire. L’endroit est entouré de barbelés et gardé par des policiers lituaniens. Chaque femme « apte au travail » et chaque enfant assez fort est envoyé au travail obligatoire, avec interdiction d’apporter de la nourriture au ghetto. Rapidement, les conditions de vie deviennent épouvantables.

Le 13 septembre, on demande aux habitants du ghetto de se préparer à partir pour un autre ghetto bien mieux aménagé. Le 16 arrivent des camions pour transporter tout le monde ver la nouvelle destination. Arrivés à 6km au nord ouest de la ville, les camions déchargent leur cargaison humaine à 100 mètres de la route de Shilel, près de la plantation du village d'Antosunija. Les policiers lituaniens, déjà ivres, entrent alors en action. C’est un horrible massacre : obligés de se déshabiller, 513 vieillards, femmes et enfants sont amenés au bord des fosses et massacrés. Certains enfants ne sont pas exécutés par balles, mais fracassés contre des arbres ou des rochers… Certains juifs arrivent à se cacher. Dénoncés par des paysans, ils sont massacrés à leur tour.

Les quelques artisans spécialisés laissés en vie à Taurage sont assassinés après quelques semaines. Seul le tanneur F. Itzkovitz et sa famille survivront quelques mois de plus. Il se pendra lorsque les nazis assassineront les siens. Selon les sources soviétiques, environ 3.000 hommes, femmes et les enfants sont enterrés dans les fosses communes de la plantation près du village d'Antosunija, et approximativement 900 hommes près du village de Vizbutai.

Après la guerre quelques juifs reviennent à Taurage, mais leur nombre diminue d’année en année. En 1989, ils sont encore 8…



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)