B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le ghetto de Siedlce

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. La création du Ghetto

En avril 1940, les Allemands enregistrent tous les hommes juifs entre 16 et 60 ans, et en novembre un « ghetto ouvert » est constitué, comprenant les rues où les Juifs sont les plus nombreux à habiter et formant deux « quartiers : le quartier I avec les rues Maja (aujourd’hui Swirskiego), Orzeszkowej, Kochanowskiego, Stary Rynek (Bohaterow Getta), Browarna, Jatkowa (Czerwonego Krzyza), Targowa (Czerwonego Krzyza), Aslanowicza, Blonie, et Pusta ; le quartier II avec les rues Sienkiewicza, Kilinskiego, Przejazd, Asza, Kozia, Poprzeczna, Pulaskiego, et Przechodnia. Le quartier I est peuplé de 3.958 personnes dont 369 non-juifs, le quartier II compte 3.678 personnes dont 372 non-juifs.

En novembre 1940, le Judenrat doit une nouvelle « contribution » de 100.000 zlotys. En décembre le nombre de juifs de la ville s'élève à 13.000 personnes, car de nombreux juifs du Warthegau ont été forcés à se déplacer à Siedlce. Fin décembre 1940 paraissent les décrets habituels contraignant les habitants du ghetto : port de brassards avec l’étoile de David, marquage des magasins juifs, interdiction de se convertir…

En mars 1941, les Allemands organisent une « Aktion » de trois jours durant laquelle de nombreux Juifs sont assassinés. Le 2 août 1941, le ghetto est clos. Seuls quelques artisans polonais peuvent encore y pénétrer pour un certain temps, mais en novembre il est totalement isolé. Les Allemands y enferment aussi les Juifs des villages environnants de Czuryly, Domanice, Krzeslin, Niwiski, Skorzec, Skupie, Stara Wies, Wisniew, Wodynie, Zbuczyn, Suchozebry, et Zeliszew. En mars 1942, 12 417 Juifs vivent dans l’enceinte de ghetto. La fermeture du ghetto et la fin des relations entre Juifs et Polonais non juifs a pour principale conséquence la dégradation de conditions de vie, particulièrement en ce qui concerne la nourriture. Les conditions de vie deviennent si épouvantables qu’éclate lors de l’hiver 1941-1942 une épidémie de typhus. De plus, les occupants exigent du Judenrat de leur fournir toutes les fourrures en possession des juifs.

Le 23 mai 1942, les tziganes du powiat (comté) sont obligés d’entrer dans le ghetto avec date limite au 15 juin 1942. Il y a au moins 326 tziganes au ghetto : certains viennent de la région de Cologne. Au ghetto, ils sont obligés de porter le brassard avec la lettre « Z »…

Au ghetto, on tente d’organiser des groupes de résistance. Quelques Juifs parviennent à s’échapper et à se cacher dans des convois de militaires italiens. Plusieurs survivront. En novembre 1942, un groupe de Juifs échappés de Siedlce, qui avaient précédemment travaillé dans le domaine de Drupie dans la zone de Skorzec, forme une unité armée d’une trentaine de personnes qui opère dans les forêts de la région en lien avec d’autres unités partisanes. 6 personnes de ce groupe survivent à la fin de la guerre.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)