B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Aleksandrow Lodzki

2. Augustow

3. Baranowicze

4. Bedzin

5. Belchatow

6. Belz

7. Belzyce

8. Biala

9. Biala Podlaska

10. Biecz

11. Bielsk

12. Bielsko - Bielitz

13. Bilgoraj

14. Boguslav

15. Braslaw

16. Brest Litovst

17. Brzeg

18. Brzesc Kujawski

19. Brzeziny

20. Buchach - Buczacz

21. Busko-Zdroj

22. Bydgoszcz

23. Bytom

24. Chelm

25. Chmielnik

26. Chortkov

27. Chorzow

28. Chrzanow

29. Ciechanow (Zichenau)

30. Dabrowa Gornicza

31. Dabrowa Tarnowska

32. David-Gorodok (Davidgrodek)

33. Dereczyn (Derechin)

34. Dokshitsy

35. Dolina

36. Drohobycz

37. Druja

38. Dubno

39. Dyatlovo

40. Dzialoszyce

41. Frystzak

42. Gabin

43. Gdansk

44. Glebokie

45. Glinyany

46. Glusk

47. Gniezno

48. Gora Kalwaria

49. Horodenka (Gorodenka)

50. Grajewo

51. Grodzisk Mazowiecki

52. Grojec

53. HrubieSzow

54. Inowroclaw

55. Iwje

56. Izbica Lubelska

57. Janow Lubelski

58. Jaroslaw

59. Jaslo

60. Jedrzejow

61. Kaluszyn

62. Kamenka-Bugskaya

63. Katowice

64. Kletsk

65. Klodawa

66. Kobrin

67. Kock

68. Kolo

69. Konin

70. Konskowola

71. Kosov

72. Kosow Lacki

73. Kowel

74. Krasnik

75. Kremenets

76. Krosno

77. Krynki

78. Krzepice

79. Kutno

80. Kuty

81. Lachva

82. Lancut

83. Leczna

84. Leczyca

85. Leszno

86. Lezajsk

87. Lida

88. Lipno

89. Lomza

90. Losice

91. Lowicz

92. Lubaczow

93. Lubartow

94. Lubraniec

95. Lukow

96. Lutomiersk

97. Lutzk (Luck)

98. Makow Mazowiecki

99. Mielec

100. Minsk Mazowiecki

101. Mir

102. Mlawa

103. Modliborzyce

104. Nesviz

105. Nowogrodek

106. Novy Dvor

107. Nowy Dwor Mazowiecki

108. Nowy Sacz

109. Olkusz

110. Opatow

111. Opoczno

112. Opole Lubelskie

113. Ostrog

114. Ostroleka

115. Ostrow Mazowiecka

116. Ostrowiec

117. Ostryna

118. Oswiecim Auschwitz

119. Otwock

120. Ozery

121. Ozorkow

122. Pabianice

123. Parczew

124. Piaseczno

125. Pinczow

126. Pinsk

127. Piotrowice

128. Plock

129. Plonsk

130. Podgaisty

131. Poznan

132. Pruzhany

133. Przedborz

134. Przysucha

135. Przytyk

136. Pulawy

137. Pultusk

138. Radun

139. Radymno

140. Radziwillow

141. Radzyn

142. Rejowiec

143. RĂ©gion de Cracovie

144. Rogatin (Rohatyn)

145. Rovno

146. Rozwadow

147. Ruzhany

148. Rypin

149. Sambor

150. Sandomierz

151. Sanok

152. Sarny

153. Sieradz

154. Sierpc

155. Haute Silésie Orientale

156. Skalat

157. Skarzysko-Kamienna

158. Skidel

159. Skierniewice

160. Skole

161. Slonim

162. Smorgon

163. Snyatyn

164. Sochaczew

165. Sokal

166. Sokolka

167. Sokolow Podlaski

168. Sosnowiec

169. Staszow

170. Stolin

171. Stopnica

172. Stryj

173. Strykow

174. Suwalki

175. Szczercow

176. Szydlowiec

177. Tarnobrzeg

178. Tarnogrod

179. Tarnopol

180. Tlumach

181. Tomaszow Lubelski est

182. Tomaszow Mazowiecki

183. Tuchin

184. Turka

185. Tyszowce

186. Wadowice

187. Warthegau

188. Wegrow

189. Wieliczka

190. Wielun

191. Wloclawek

192. Wlodawa

193. Wlodzimierz

194. Wolbrom

195. Wolkowysk

196. Wolomin

197. Wolozyn

198. Wyszogrod

199. Wyszkow

200. Zabludow

201. Zambrow

202. Zbarazh

203. Zdunska Wola

204. Zelechow

205. Zgierz

206. Zloczow (Zolochev)

207. Zwolen

208. Zychlin

209. Zyrardow
Bas de boite

Diffusé par CashTrafic

Les petits ghettos polonais (Nazisme - 2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

155. Haute Silésie Orientale

«Ostoberschlesien» en allemand, la Haute Silésie Orientale est une zone fortement industrialisée se situant à à l'est de la Silésie polonaise (Slask) incorporée au Reich. Son centre est Zaglebie.

Dès le début de l’occupation, les Allemands s’emparent des mines et des grandes usines: le 17 novembre 1939, la «Haupttreuhandstelle Ost» (bureau principal de tutelle à l'est) confisque toute la propriété juive. Mais, étant donné leurs situations spécifiques (travailleurs spécialisés ou hautement qualifiés), les Juifs de la région sont relativement épargnés par rapport aux autres Juifs polonais, et leurs chances de survie beaucoup plus grandes. Ainsi la plupart est maintenue sur place, et seuls 1.500 Juifs sont déportés en octobre 1939 dans le cadre de l’opération «Nisko», alors qu’arrivent 5.000 Juifs de la Silésie polonaise au printemps 1940.

Un «Judenrat central» («Zentrale der Judischen Altestenrate in Ostoberschlesien») est établi début 1940 et représente environ 45 communautés de la région avec une population totale d’environ 100.000 Juifs. Les grandes communautés relevant de la Zentrale sont celle de Bedzin (24.495), Sosnowiec (22.407), Chrzanow (6.807), Zawiercie (6.030), Dabrowa Gornicza (5.663), Oswicim-Auschwitz (5.372), et Olkusz (2.707). Son président est Moshe Merin qui mène une politique d’obéissance absolue aux nazis pour sauver sa communauté. De plus, il s’implique énormément pour ses coreligionnaires (vie culturelle, assistance, éducation) et acquiert une grande légitimité, bien que certains le considèrent comme l’homme de paille des Allemands. Aucun ghetto fermé ne sera installé avant le printemps 1943. La nourriture est relativement suffisante et les restrictions de déplacement ne sont mises en oeuvre que graduellement.

Dans la région, c’est la fameuse organisation «Albrecht Schmelt» qui est le principal employeur. La grande majorité des Juifs de la zone travaille pour elle. Le Judenrat et la police juive jouent un rôle très actif en organisant les transports de jeunes Juifs dans les camps de travail de l’organisation. Pendant longtemps, celle ci protège les Juifs. Avoir sur ses papiers un tampon de l’organisation est un véritable viatique. Mais cela ne va pas durer.

Entre mai et début juillet 1942 la plupart des petites communautés de la Haute Silésie Orientale sont liquidées. Les Juifs «improductifs» sont envoyés à Auschwitz, les jeunes envoyés dans divers camps de travail, et le reste de la population active concentré dans dix grandes villes. Dans celles-ci, pour faire de la place, des milliers de Juifs «improductifs» sont sélectionnés et envoyés à Auschwitz. Le processus atteint son apogée en août 1942, lorsque les Allemands expulsent environ 25% des Juifs de Bedzin, Sosnowiec, et Dabrowa Gornicza à Auschwitz. Les survivants sont placés sous l'autorité de l'organisation Schmelt. Comme le Judenrat et la police juive ont pris une part active dans la vague des déportations, le ressentiment envers Merin et la police juive devient véhément.

La situation se calme relativement, car aucune grande déportaion vers Auschwitz n’à lieu pendant un an, hormis la liquidation de la communauté juive de Chrzanow en février 1943. Merin regagne le terrain perdu. Cependant, un de effets de la perte de confiance en Merin après la première vague de déportation est d’activer la résistance des organisations juives qui mettent en place des plans de révolte et envoient des émissaires à Varsovie pour soutenir la révolte. Un atelier cladestain de fabrication d’explosifs est mis sur pied, et de nombreuses caches sont aménagées dans le ghetto. En juillet 1943, vingt membres du mouvement tentent d’établir le contact avec la résistance polonaise, mais ils sont surpris par les Allemands et fusillés. Puis, au printemps 43, Merin fait arrêter et remettre aux Allemands huit jeunes suspectés d’activisme communiste ; tous sont exécutés.

Au printemps 1943, un ghetto est créé à Zaglebie. Les Juifs de Bedzin sont concentrés dans le ghetto de Kamionka et ceux de Sosnowiec dans le ghetto de Srodula. Peu après la décision est prise de liquider les ghettos. Le 21 juin 1943, Merin et plusieurs responsables du Judenrat sont déportés à Auschwitz ; le jour suivant de nombreux Juifs de Bedzin et de Sosnowiec sont déportés. Suivent les communautés de Czeladz, de Strzemieszyce, et de Modrzejow. Le 1 août 1943 les ghettos de Bedzin et Sosnowiec sont définitivement liquidés et plus de 30.000 Juifs envoyés à Auschwitz. Les Allemands rencontrent une petite résistance de quelques Juifs. Le 26 août la dernière communauté de la région, Zawiercie, est liquidée. Environ 1.300 Juifs sont «conservés» pour trier tous les objets et affaires récupérés… En janvier 1944 ils sont à leur tour expédiés à Auschwitz.

Environ 80 membres et sympathisants de l'organisation sioniste «ha-No'ar ha–Tsiy», réussissent à s’échapper vers Budapest. En décembre 1943 un autre groupe de 25 membres de l’organisation «Haluts» réussissent à passer. Enfin de nombreux Juifs isolés, entre quelques douzaines et une centaine, ont réussi à passer en Slovaquie et en Hongrie.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)