B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Fondements idéologiques et législation
1.1. Fondements idéologiques
1.2. La législation

2. L’opération T4
2.1. Préparation
2.2. Mise en œuvre
2.3. La fin de T4

3. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
3.1. L’euthanasie sauvage
3.2. La première phase : avril 1941 – avril 1943
3.3. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
3.4. Bilan de 14f3

4. Les procédés techniques
4.1. Les chambres à gaz
4.2. Les camions à gaz

5. Les centres de T4 et de 14f3
5.1. Bernburg
5.2. Brandenburg
5.3. Grafeneck
5.4. Hadamar
5.5. Hartheim
5.6. Sonnenstein

6. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
6.1. Koscian
6.2. Owinska
6.3. Kobierzyn
6.4. Les autres actions en Pologne

7. Documents
7.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
7.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
7.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannenmüller
7.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

8. Quelques médecins participant à l’action T4

9. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

10. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard

11. Prélude

12. Prémisses : de l’eugénisme à l'euthanasie étatique : l’hygiène raciale
12.1. L’eugénisme (Eugenik) ou « hygiène raciale » (Rassenhygiene)
12.2. Une autre problématique : l'euthanasie
12.3. Eugénisme et euthanasie des nouveau-nés infirmes
12.4. La psychiatrie au service du projet hitlérien
12.5. L’engagement des psychiatres, biologistes et médecins au coté du pouvoir

13. Fondements idéologiques et législation nazie
13.1. Fondements idéologiques
13.2. La législation

14. L’euthanasie des enfants

15. L’opération T4
15.1. Préparation
15.2. Mise en œuvre
15.3. La fin de T4

16. La résurrection de T4
16.1. L’euthanasie sauvage
16.2. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
16.3. La première phase : avril 1941 – avril 1943
16.4. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
16.5. Bilan de 14f3

17. Les procédés techniques
17.1. Les chambres à gaz
17.2. Les camions à gaz

18. Les centres de T4 et de 14f3
18.1. Bernburg
18.2. Brandeburg
18.3. Grafeneck
18.4. Hadamar
18.5. Hartheim
18.6. Sonnenstein

19. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
19.1. Koscian
19.2. Owinska
19.3. Kobierzyn
19.4. Les autres actions en Pologne

20. Documents
20.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
20.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
20.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannmüller
20.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

21. Quelques médecins participant à l’action T4

22. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

23. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard
Bas de boite

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : les opérations « T4 » et « 14F3 » (2ième guerre mondiale 1939-1945)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Les procédés techniques

Les chambres à gaz
Les camions à gaz

2. Les camions à gaz

Mais l’aménagement et l’utilisation de chambres spécifiques dans les divers instituts n’est pas le seul procédé utilisé par les nazis pour l’élimination des « indignes de vivre ». Le mot « Gaswagen » désigne une invention propre au Troisième Reich : il s’agit d’un camion dont le châssis supporte une superstructure hermétiquement fermée dans laquelle des êtres humains sont tués par l’introduction de gaz d’échappement. Ce terme vit le jour après l’objet qu’il désignait. « Gaswagen : c’est la dénomination courante qu’on a adoptée par la suite ». Dans les documents de l’époque on ne le rencontre jamais. Il y est seulement question de « Sonder-Wagen », « Sonderfahrzeuge », « Spezialwagen » et de « S-Wagen ». Dans une lettre du 11 avril 1942, il est fait allusion, par souci de dissimulation, à des « Entlausungswagen », véhicules d’épouillage.

A partir de décembre 1939, dans des hôpitaux psychiatriques de Poméranie, de Prusse Orientale et de Pologne, plus tard à Soldau (Dzialdowo), des malades mentaux sont tués à l’aide d’une remorque hermétiquement fermée, portant l’inscription « Cafés Kaisers », que tirait un engin tracteur. Ce véhicule fonctionne selon le même principe que les chambres à gaz installées dans les « Euthanasie-Anstalten ». Au moyen de tuyaux, on introduit dans une remorque du CO provenant d’une bonbonne de gaz fixée sur le véhicule tracteur. C’est en fait une chambre à gaz montée sur roues. Ce travail « expérimental » est réalisé par le « Sonderkommando Lange », lequel porte le nom de son chef, Herbert Lange, SS-Obersturmführer et Kriminalrat. Une lettre du Höherer SS-et Polizeiführer Koppe au SS-Gruppenführer Sporrenberg décrit l’action de ce commando à Soldau : « Le Sonderkommando désigné sous le nom de Lange et placé sous mon autorité pour l’exécution de tâches particulières a été détaché et envoyé à Soldau en Prusse Orientale, conformément à l’accord passé avec le Reichssicherheitshauptamt pour la période du 21 mai au 8 juin 1940, et pendant ce temps il a évacué 1.558 malades du camp de transit de Soldau. » Il est vraisemblable que ces camions « Cafés Kaiser » aient été utilisés uniquement par le commando de Lange dans cette région de Pologne et de Prusse. Il est même possible que Lange lui-même ait conçu et fait construire ce type de camion en collaboration avec le RSHA de Berlin, et qu’il ait reçu l’ordre de procéder à l’expérimentation pratique de ces véhicules dans cette région.

Le Spezialkommando Lange fut congédié peu après son intervention à Soldau. On ne trouve plus trace alors de ces remorques « Kaiser's Kaffee Geschäft », qui ne semblent pas avoir fait leurs preuves. Sans doute que le système des bouteilles de CO est-il trop compliqué, surtout que ces bouteilles ne se trouvent pas facilement. Il faut trouver un autre procédé. Ce sera chose faite par l’adaptation aux remorques de camions des gaz d’échappement du moteur du véhicule. Les camions à gaz connaîtront alors une nouvelle « carrière », mais seront principalement utilisés par les Einsatzgruppen, alors que le personnel T4 se recyclera dans les chambres à gaz de l’action Reihard… en combinant d’ailleurs les deux procédés : chambres à gaz en dur, mais alimentées par des moteurs, en l’occurrence ceux de puissants tanks russes, car ce ne sont plus des dizaines, mais des centaines de personnes qu’il faut gazer en une seule fois. L’usage du Zyclon B à Auschwitz viendra donner la touche technique finale à cette industrie de mort…

C’est donc à ce programme d’euthanasie que l’on doit l’invention des chambres à gaz et les premiers gazages connus dans le Reich de 1.000 ans…

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)