B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Fondements idéologiques et législation
1.1. Fondements idéologiques
1.2. La législation

2. L’opération T4
2.1. Préparation
2.2. Mise en œuvre
2.3. La fin de T4

3. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
3.1. L’euthanasie sauvage
3.2. La première phase : avril 1941 – avril 1943
3.3. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
3.4. Bilan de 14f3

4. Les procédés techniques
4.1. Les chambres à gaz
4.2. Les camions à gaz

5. Les centres de T4 et de 14f3
5.1. Bernburg
5.2. Brandenburg
5.3. Grafeneck
5.4. Hadamar
5.5. Hartheim
5.6. Sonnenstein

6. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
6.1. Koscian
6.2. Owinska
6.3. Kobierzyn
6.4. Les autres actions en Pologne

7. Documents
7.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
7.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
7.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannenmüller
7.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

8. Quelques médecins participant à l’action T4

9. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

10. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard

11. Prélude

12. Prémisses : de l’eugénisme à l'euthanasie étatique : l’hygiène raciale
12.1. L’eugénisme (Eugenik) ou « hygiène raciale » (Rassenhygiene)
12.2. Une autre problématique : l'euthanasie
12.3. Eugénisme et euthanasie des nouveau-nés infirmes
12.4. La psychiatrie au service du projet hitlérien
12.5. L’engagement des psychiatres, biologistes et médecins au coté du pouvoir

13. Fondements idéologiques et législation nazie
13.1. Fondements idéologiques
13.2. La législation

14. L’euthanasie des enfants

15. L’opération T4
15.1. Préparation
15.2. Mise en œuvre
15.3. La fin de T4

16. La résurrection de T4
16.1. L’euthanasie sauvage
16.2. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
16.3. La première phase : avril 1941 – avril 1943
16.4. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
16.5. Bilan de 14f3

17. Les procédés techniques
17.1. Les chambres à gaz
17.2. Les camions à gaz

18. Les centres de T4 et de 14f3
18.1. Bernburg
18.2. Brandeburg
18.3. Grafeneck
18.4. Hadamar
18.5. Hartheim
18.6. Sonnenstein

19. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
19.1. Koscian
19.2. Owinska
19.3. Kobierzyn
19.4. Les autres actions en Pologne

20. Documents
20.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
20.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
20.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannmüller
20.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

21. Quelques médecins participant à l’action T4

22. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

23. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard
Bas de boite

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : les opérations « T4 » et « 14F3 » (2ième guerre mondiale 1939-1945)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Prémisses : de l’eugénisme à l'euthanasie étatique : l’hygiène raciale

L’eugénisme (Eugenik) ou « hygiène raciale » (Rassenhygiene)
Une autre problématique : l'euthanasie
Eugénisme et euthanasie des nouveau-nés infirmes
La psychiatrie au service du projet hitlérien
L’engagement des psychiatres, biologistes et médecins au coté du pouvoir

L'euthanasie de plus de 150 000 patients allemands dans le cadre des opérations T4, l’Aktion Brandt et 14f13 a pu se dérouler sans difficultés sur le plan médical, grâce à la collaboration, à l'adhésion ou à la tolérance de la majorité des psychiatres et du corps médical allemand, sans lesquelles elle n'aurait pas été possible. Aucun psychiatre ni médecin n'a jamais été obligé de participer directement aux différentes actions d'euthanasie : il ne s'agissait pas d'un « ordre » (Befehl) mais d'une « autorisation » (Ermächtigung) avec dotation de « pleins pouvoirs » (Vollmacht). Mais nombreux sont les scientifiques qui se jettent sur les « matériaux humains » fournis par l'euthanasie : non seulement des cerveaux, mais aussi des victimes encore vivantes servant de matériel d’expérimentation avant d’être éliminées… A commencer par les «chercheurs » des deux plus prestigieux instituts allemands, l'Institut Kaiser-Wilhelm de Recherche sur le Cerveau de Berlin et l'Institut Allemand de Recherche Psychiatrique de Munich. Les cas de résistance de la part des médecins et psychiatres ont été extrêmement rares. T4 ne fut donc en aucun cas le fait de quelques SS sadiques, médecins illuminés ou « pseudo-scientifiques », illuminés, mais de l'ensemble de la profession psychiatrique, de psychiatres normaux, habituels et représentatifs de leur science.

Le Kaiser-Wilhelm Institut de Berlin, fondé en 1912. Haut lieu de Science… mais pas toujours de Conscience
Le Kaiser-Wilhelm Institut de Berlin, fondé en 1912. Haut lieu de Science… mais pas toujours de Conscience

Les psychiatres furent massivement impliqués et jouèrent un rôle considérable dans la « biocratie » du IIIè Reich et le bilan est effrayant, allant des 360 000 stérilisations de malades « héréditaires » (96% des stérilisés sont des patients psychiatriques) à l’« euthanasie sauvage » de psychotiques jugés « incurables » et handicapés mentaux, euthanasie laissée à la libre initiative des psychiatres ayant pleins pouvoirs, en passant par la castration des homosexuels, la déportation des « asociaux », l'extermination des criminels et des Tziganes… C’est le professeur Ernst Rüdin et ses collaborateurs de l'Institut Allemand de Recherche Psychiatrique (actuel Max-Planck Institut für Psychiatrie) qui légitiment scientifiquement la loi sur l’eugénisme (6 des 8 maladies entrant dans le cadre de cette loi relèvent du secteur psychiatrique) ; la presque totalité des professeurs de psychiatrie siège dans les « Tribunaux de santé héréditaire » statuant sur les stérilisations ; l'un des principaux artisans de la loi sur le mariage est le professeur de psychiatrie Weygandt ; la direction scientifique du « traitement » des homosexuels est confiée à un psychiatre, le docteur Rodenberg, par ailleurs expert de l’opération T4 ; le sort des « asociaux » et des criminels dépend des travaux et décisions communs entre les services de police et les psychiatres généticiens spécialisés en « biologie criminelle », alors que le responsable scientifique de l'extermination des Tziganes est le pédo-psychiatre-généticien R. Ritter… Ainsi la « banalité du mal » s'intègre elle aussi sans heurt dans la « normalité psychiatrique » et le « quotidien médical banal » (Alltägliche Medizin).

Chaque hôpital psychiatrique, chaque université, chaque institut de recherche est concerné et participe, qu'un tel degré de collusion ne pouvait pas être « uniquement le fruit de l'égarement de quelques individus, mais qu'il avait pour origine des défaillances de la psychiatrie (…) elle-même » (Benno Müller-Hill). La dictature politique seule, pas plus que la psychopathologie de tel ou tel, ne suffisent à expliquer tout ce qu'ont fait les psychiatres, médecins et chercheurs. Si le crime a été possible, c’est que la science psychiatrique l’a rendu possible, par une lente dérive remontant bien avant l’apparition du nazisme…

2.4. La psychiatrie au service du projet hitlérien

Avec le lien entre eugénisme et euthanasie, le pas était franchi, et lorsque le projet hitlérien se met en place, à quelques exceptions près, tous les grands médecins psychiatres d’Allemagne y apportent leur contribution. Avant 1933 en Allemagne et après 1933 dans les autres pays, la majorité des eugénistes n'a en effet jamais évolué jusqu'à l'euthanasie. Des pays démocratiques comme la Suède ou les États-Unis, qui mettent en place des lois de stérilisation eugénique, n'en arriveront jamais à l'euthanasie étatique. Mais en Allemagne, la conjonction des théories eugénistes de la psychiatrie allemande et de l’évolution politique allemande entre 1933 et 1939 débouche irrémédiablement sur l’euthanasie. Il existe des liens indéniables entre la logique eugéniste de la psychiatrie allemande et la logique nazie de l'euthanasie au nom de l'intérêt collectif.

Tübingen 1937 : le 9è congrès de la « Société allemande d’anthropologie physique » voit se réunir entre autres les docteurs Eugen Fischer, Otmar von Verschuer, Alfred Ploetz et Josef Mengele qui posent avec d’autres congressistes. Durant ce congrès, les participants décident de changer le nom de leur organisation : elle s’appellera désormais « Société allemande pour l’hygiène raciale ». Mengele se trouve à gauche du second rang.
Tübingen 1937 : le 9è congrès de la « Société allemande d’anthropologie physique » voit se réunir entre autres les docteurs Eugen Fischer, Otmar von Verschuer, Alfred Ploetz et Josef Mengele qui posent avec d’autres congressistes. Durant ce congrès, les participants décident de changer le nom de leur organisation : elle s’appellera désormais « Société allemande pour l’hygiène raciale ». Mengele se trouve à gauche du second rang.

Il y a donc d’incontestables liens entre eugénisme et euthanasie étatique, liens qui tiennent à la proximité de leurs matrices idéologiques respectives. Le cadre conceptuel nazi de l'euthanasie au nom de l'intérêt collectif partage cinq éléments essentiels avec l'eugénisme :

  • La prééminence de la « santé collective » sur la santé de l’individu : il existe une légitimité collective supérieure au simple bien-être des patients concernés. La valeur essentielle n'est plus l'individu malade qu'il faut aider mais la santé collective. Le traitement passe par l'éradication médicale - la stérilisation ou l'extermination, l’extirpation des « cellules malades » du corps collectif, le « Volk ». Ainsi l’éminent neurologue Viktor von Weizsäcker de l'Université de Heidelberg expliquait que les médecins « prendre part de façon responsable au sacrifice de l'individu pour la collectivité » dans ce cadre de la politique nazie de l'élimination des « vies sans valeur » ou des « capacités de fécondation sans valeur »…
  • Viktor von Weizsäcke
    Viktor von Weizsäcke
  • La logique de l'efficacité nationale : dans la logique de l'eugénisme, il s'agit de maximiser l'efficacité nationale, en améliorant le « capital humain » biomédical de la nation et en éradiquant préventivement les individus médicalement ou socialement onéreux. Les théories nazies de la pureté de la race vont exactement dans le même sens. Pour le professeur Hoche, la situation de l'Allemagne exige la « plus grande productivité de tous » et il n’y a plus de place pour « les moitiés, les quarts et les huitièmes d'aptitude au travail ». Agissant au nom de l’intérêt collectif, l'État peut ainsi estimer qu'un individu socialement « inutile » voire « nuisible » et qui coûte cher à la société, par les soins permanent et l'encadrement qu'il exige, doit être « euthanasié ». Ainsi la médecine devient peu à peu une médecine du rendement, de la productivité, une « Leistungsmedizin », produisant des « technocrates médicaux » qui font froidement le tri entre les patients d'après un calcul économique.
  • « Au nom de la race... » : le « bon sang allemand »
    « Au nom de la race... » : le « bon sang allemand »
  • Une éthique naturaliste fondée sur le darwinisme : L'éthique des eugénistes radicaux et des nazis est une éthique « naturaliste » : Les actions humaines doivent s'inspirer des « lois de la Nature » : la « Nature » progresse en laissant périr, sans descendance, tous les « faibles » et « ratés » : ils représentent les « variations inférieures » de l'espèce. La nature répare ainsi d'elle-même ses « erreurs » grâce à la « sélection naturelle ». Dans l'eugénisme comme dans l'euthanasie étatique, la médecine ne fait ainsi que corriger ses propres « effets pervers ». La conception chrétienne selon laquelle il faut maintenir en vie coûte que coûte, même les plus faibles, est battue en brèche par la conception « naturaliste » nazie pour qui la conservation de tels individus va totalement à l'encontre de la nature.
  • Le déterminisme biologique : le postulat « cérébraliste », selon lequel les maladies mentales sont des maladies du cerveau (« Geisteskrankheiten sind Gehirnkrankheiten ») devient le paradigme majeur de la psychiatrie académique allemande à partir des années 1880. Selon ce postulat, l'homme n'est plus le sujet libre et décisionnaire des philosophes libéraux, mais l'objet de sa biologie cérébrale. Prisonnier de sa « nature » biologique, il peut difficilement échapper à sa condition de « fou », de « psychopathe sexuel »,d’« homosexuel », de « criminel » ou d'« asocial ». Ce déterminisme biologique ne laisse pas d'autre choix aux hygiénistes qui veulent éradiquer ces maux de la société, que d'éliminer les porteurs de telles prédispositions…
  • « Le bon choix d’un époux… ». La « biologisation » des qualités humaines est un des éléments fondamentaux de l’eugénisme et de l’hygiène raciale nazie. De telles affiches  largement diffusées devaient contribuer à des unions maritales dans le sens de l’hygiène raciale telle qu’entendue par les idéologues
    « Le bon choix d’un époux… ». La « biologisation » des qualités humaines est un des éléments fondamentaux de l’eugénisme et de l’hygiène raciale nazie. De telles affiches largement diffusées devaient contribuer à des unions maritales dans le sens de l’hygiène raciale telle qu’entendue par les idéologues
  • Le « matérialisme biologique » contre la tradition biblique : l'éthique « humaniste » judéo-chrétienne reste le dernier obstacle qui empêche alors de franchir le pas de l'euthanasie. Quelques rares psychiatres eugénistes résisteront au nom de cette éthique, comme Bonhoeffer ou Ewald. Pour eux, la dignité et le droit à la vie d'un individu est totalement indépendant de l'état de son cerveau, il est inconditionnel et un handicapé mental ou un aliéné incurable reste un être humain méritant le même respect que tout autre être humain. Au contraire, pour les « matérialistes biologistes », l'état d'humanité est déterminé, dans l'échelle de l'évolution biologique, par un certain nombre de conditions cérébrales et neurocognitive. Si l'essence humaine n'est pas une donnée transcendante par rapport à la matière biologique mais en découle, alors un moindre développement cérébral implique un moindre degré d'humanité. En-deçà d'un certain niveau évolutif, la qualité d'humanité s'estompe et disparaît. Il n'y a plus qu'une "écorce humaine vide" sans humanité. En psychiatrie, ce matérialisme cérébral entraîne une infériorisation des patients. Les handicapés mentaux ne sont pas des « hommes » au sens plein du terme mais des « inférieurs », des « Minderwertigen »… Le professeur Werner Catel, pédiatre renommé, va jusqu’à parler au sujet d'handicapés mentaux graves d'une « massa carnis », « amas de viande »… dans une telle optique, supprimer un handicapé n'est pas plus répréhensible que de tuer un chimpanzé

Ainsi, pour la majorité des psychiatres allemands, la « suppression des existences indignes d'être vécues » apparaît comme une forme extrême et radicalisée de l'eugénisme négatif dans un contexte politique où tout ce qui semble bénéfique pour la collectivité nationale est autorisé. Pour le Prof. Pohlisch, en 1941, le problème est simple : « Que vise l'eugénisme à la fin ? Que notre peuple possède autant d'hommes de valeur que possible et aussi peu d'hommes inférieurs que possible. » Mais les eugénistes allemands sont conscients que la stérilisation n'apporte qu’une solution lente et incomplète. Ils savent, d’après une loi de génétique des populations établie par W. Weinberg, statisticien médical renommé, nazi convaincu et fondateur de la Société d'Hygiène Raciale de Stuttgart… qu’il faudra cinq siècles pour réduire de 1% à 0,1% l'apparition d'une maladie génétique récessive dans une population en stérilisant les seuls malades homozygotes… Pour tous, les Schneider, les Nitsche, les Politsch, l'euthanasie vient donc remédier à la lenteur de la stérilisation - solution à très long terme. À court terme, l’élimination immédiate des « lebensunwerten Lebens » permet à l'État de réaliser de substantielles économies.


Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)