B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’Alsace au temps des « malgré nous »

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

8. L’incorporation de force

Introduction
Le décret
Résistances et désertions
Tambow
L'incorporation dans la Waffen SS
Bilan

8.6. Bilan

Sur les 130.000 incorporés de force Alsaciens et Mosellans, environ 88.000 vont revenir au pays. 42.500 sont morts, dont près de 32.000 Alsaciens. 40.000 ont été blessés. Parmi les morts, 22.000 sont morts dans l’armée Allemande, les autres sous les balles de l’armée rouge, immédiatement fusillés, ou dans les divers camps soviétiques.

Le nombre de tués sur le front augmenta notablement à partir de l'été 1944 ; les annonces de décès seront de plus en plus nombreuses dans la presse alsacienne. Près de 15.000 décès sont ainsi notifiés aux familles, jusqu'à la veille de la libération avec l'indication « gefallen für Gross-Deutschland » (« mort pour la grande Allemagne »).

A la fin du conflit, le bilan sera encore plus lourd, en raison de la violence des derniers combats et des conditions de détention extrêmement dures dans les camps de prisonniers soviétiques comme à Tambow.

Le nombre des évadés de la Wehrmacht est particulièrement impressionnant. Plus de 15 % des Alsaciens qui ont été incorporés ont déserté d'une manière ou d'une autre. Si on y rajoute les réfractaires, on constate que près du quart des effectifs concernés par l'obligation militaire sous toutes ses formes s'est soustrait à la Wehrmacht, ce qui constitue incontestablement un record.

« Les incorporés de force d'Alsace et de Moselle se trouvèrent du mauvais côté et ne purent donner de sens à leur combat. »(Alfred WAHL, introduction du colloque Mémoire de la Seconde Guerre Mondiale organisé à Metz les 68/10/1983) L'inadéquation entre la cause de l'événement (victimes de la conscription allemande) et de ses effets (avoir servi de chair à canon pour un pays qui n'était pas le leur) a engendré chez de nombreux incorporés de force dans l'armée allemande des séquelles psychologiques et post-traumatiques. Un congrès médical a eu lieu à Rouffach en 1988, visant à établir la nature des troubles post-traumatiques chez les incorporés de force, car nombreux furent les survivants qui ne parvinrent pas à intégrer cette aventure.

Prisonniers de leur vécu, devant la difficulté de communiquer avec l'entourage et l'incompréhension, quand n'est pas manifestée une certaine indifférence, voire de la désapprobation, nombre d’incorporés de force trouveront refuge dans l'association des Anciens Combattants.



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)