B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : le camp de concentration de Mauthausen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

8. TĂ©moignages

Mauthausen, par le P. Riquet
L’arrivée à Mauthausen, par M. de Bouard
Assassinats dÂ’aviateurs, par M. Lampe
Les Juifs hollandais en 1941, par M. Lampe
Les gazages, par Kandhut et Scoops
SĂ©vices, par M. de Bouard
Une journée de travail, par M. de Bouard
Morts de froid, par M. de Bouard
Exécutions de 72 Yougoslaves et de 87 Juifs, par M. de Bouard
L’organisation clandestine et tentative de révolte, par M. de Bouard
Le Revier, par R. Labram
Expériences médicales à Gusen, par E. Le Chène
Ebensee, par E. Le Chène
Déposition du commandant Ziereis, par E. Le Chène
MĂ©tamorphose, par Miquel Serra i Grabulosa
Les Espagnols de Mauthausen, par André Lacaze

8.5. Les gazages, par Kandhut et Scoops

« J’ai vu moi-même l’Obersturmführer Karl Schulze, en compagnie de Kaltenbrunner, d’Eigruber, de Ziereis (...) visiter la chambre à gaz en 1942 ou 1943, je ne me souviens pas exactement de la date. A cette occasion, les détenus, hommes et femmes, ont été expulsés du Bunker et exécutés. Trois sortes de supplices ont été utilisés : la pendaison, une balle dans la nuque et le gazage. Après la séance d’exécution, les chefs SS présents sont sortis en riant de la chambre à gaz pour se rendre dans la cour du Bunker.»
Témoignage de Kandhut, ancien détenu. Archives du Musée de Mauthausen.

« Les victimes avaient été conduites dans le vestiaire, où elles devaient se déshabiller, puis elles pénétraient dans la pièce voisine où se trouvaient plusieurs gradés SS revêtus de blouses blanches. Ceux-ci mettaient une spatule de bois dans la bouche des victimes, pour voir s'il y avait des dents en or. Si c'était le cas, le détenu était marqué d'une croix de couleur sur la poitrine ou sur le dos. Puis les victimes étaient menées dans la chambre à gaz carrelée, munie d'une installation de douches... »

« À peu près quinze minutes après l'admission du gaz dans la chambre, l'accusé Roth constatait par le regard situé dans la porte qu'aucune des victimes ne bougeait plus, et mettait en marche le ventilateur qui aspirait le gaz par une cheminée et le renvoyait à l'extérieur. Puis Roth ouvrait les portes de la chambre à gaz, après avoir vérifié au moyen d'un papier de couleur préparé à cet effet qu'il ne s'y trouvait plus de gaz, et ordonnait aux détenus placés sous ses ordres de porter les cadavres à la morgue du crématorium. Avant la crémation, on coupait les longues chevelures des victimes féminines et des dentistes SS extrayaient les dents en or des victimes marquées d'une croix.»

Les attendus du jugement de Dachau

Camions à gaz :

« Tantôt le camion faisait la navette entre Mauthausen et Gusen : dans chacun des camps on y chargeait des détenus, pour la plupart invalides, et on déchargeait leurs corps à l’autre bout. Tantôt il circulait à l’intérieur du camp de Mauthausen jusqu’à ce qu’eut cessé de vivre son chargement humain, qu’il transportait ensuite au crématorium... C’étaient les SS, et en particulier le médecin du camp, le Dr Krebsbach, qui choisissaient les victimes.  »
Témoignage de Joseph Scoops, Lagerälteste du camp de quarantaine (Blocs 16-20). Jugement de Kempten.


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)