B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : le camp de concentration de Mauthausen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Kommandos extérieurs

Généralités
Gusen
Ebensee
Melk
Loibl
Gunskirchen

5.2. Gusen

5.2.1. Origine

Gusen : vue générale
Gusen : vue générale

Avant même la construction du camp de Gusen, des prisonniers du camp de Mauthausen doivent chaque jours marcher près de 4km jusqu'à la carrière de pierre de Gusen afin d'y travailler. Suite aux morts que cause cette marche quotidienne, la décision de construire un camp à Gusen est prise en décembre 1939. 400 prisonniers sont envoyés à Gusen pour y construire les premières baraques, les installations des SS ainsi qu'une enceinte électrifiée. Les travaux durent jusqu'en mars 1940. A cette date le commandement passe de Ziereis au capitaine SS Chmielewski. La population du camp passe de 800 à 4.000 prisonniers en moins d'un an. Le camp est entouré de murailles construites avec des moellons de granit provenant des carrières voisines et de barbelés électrifiés. Il est édifié sur une colline assez raide.

Le granit extrait des carrières de Gusen est de meilleure qualité que celui de Mauthausen. La carrière principale est située à flanc de coteau, derrière le camp. Elle est à trois niveaux, un escalier grossièrement taillé reliant entre eux le second et le troisième niveau. Une carrière plus petite est située à l'est du camp. En 1941 est construit le plus grand concasseur de pierres d'Autriche, fournissant des dalles de divers calibres.

5.2.2. Les trois Gusen, 1942-1945

Bientôt, Gusen va se développer et former trois sous ensembles :

Gusen : vue générale
Gusen : vue générale
  • Gusen I : les trois carrières, les ateliers Steyr produisant des pièces pour les mitrailleuses et une usine Messerschmitt assemblant des fuselages d'avions.
  • Gusen II, « lÂ’enfer de lÂ’enfer » : En Ă©tĂ© et automne 1943, les alliĂ©s bombardent les usines dÂ’armement allemandes. LÂ’usine Messerschmitt de Regensburg (Ratisbonne) est particulièrement touchĂ©e. Aussi les Allemands dĂ©cident de crĂ©er des usines qui soient Ă  lÂ’abri des avions de lÂ’US Air Force et de la RAF. Le 2 janvier 1944, 272 « Häftlinge » du camp principal de Mauthausen sont transfĂ©rĂ©s dans le kommando « Nebenlager Bergkristall-Bau » : le chantier de la plus importante usine souterraine dÂ’avions du Reich dĂ©marre. Derrière les carrières de Gusen I, quatre vastes tunnels souterrains, avec deux ramifications, sont creusĂ©s dans la colline En Ă©tĂ© 1944, le KZ Gusen II, le « rĂ©servoir de main dÂ’Âśuvre » de Bergkristall compte 16.000 dĂ©tenus, venant de toute lÂ’Europe, vivant et travaillant dans dÂ’Ă©pouvantables conditions. LÂ’espĂ©rance de vie est de 4 Ă  5 semainesÂ… Un homme normalement constituĂ©, en bonne santĂ© et bien nourri tiendrait au maximum 4 moisÂ… Le pire des kommndos et le « Kommando Beton », oĂą au bout de deux semaines, le dĂ©portĂ© est dĂ©clarĂ© « arbeitsunfähiger Häftling », « DĂ©tenu incapable de travailler », menĂ© directement au krematorium et rĂ©duit en cendresÂ… Le dĂ©tenu qui par malheur tombe dans les fondations oĂą le coffrage, sÂ’il nÂ’a pas la force dÂ’en sortir, est englouti vif dans le bĂ©tonÂ… Entre juin et septembre 1944, 4 hommes en moyenne par jour meurent dans les galeries. A partir de dĂ©cembre 1944, ils sont 40 !
  • Gusen III : Ă  3 km est construite en 1944 une vaste usine souterraine qui en mai 1945 ne sera pas terminĂ©e.

Gusen est plus qu’un simple kommando : c’est un véritable camp, avec crématoire, (janvier 1941), chambre à gaz, station médicale expérimentale. Les baraques de Gusen sont divisées en deux sections « A » et « B » (« Stube A », « Stube B »). Les malades, blessés ou ceux qui sont devenus trop faibles pour travailler sont entassés dans la section « B ». Ils doivent dormir à même le sol sans couverture, ils ne reçoivent ni soins, ni eau, ni nourriture, et sont condamnés à mourir de faim dans des conditions indescriptibles.

5.2.3. Expériences médicales

Gusen : vue générale
Gusen : vue générale

À Gusen sont pratiquées des expériences médicales, notamment des injections de divers liquides dans le coeur, ainsi que des interventions chirurgicales sans anesthésie. Parmi les « spécialités » de ce camp, les « Todebadeaktionen » (action « bains de la mort »). Cette méthode de meurtre est l'idée du sergent SS Jentzsch, que le capitaine SS Chmielewski reprend et met en pratique : les malades et inaptes au travail destinés au bain sont sélectionnés durant l'appel, conduits dans la « salle de bain » et placés en dessous des douches. De l'eau glaciale à haute pression est alors envoyée sur eux. La température des corps baisse et entraîne une longue agonie. Les déportés mettent souvent plus d'une demi-heure à mourir dans d'atroces souffrances.

5.2.4. Les victimes de Gusen

Gusen : libération du camp
Gusen : libération du camp

Le bilan de Gusen est terrifiant : 70.000 êtres humains sont passés par l'ensemble des trois camps de Gusen entre décembre 1940 et mai 1945. Sur ce nombre, on compte un total de 38.453 morts : 1.469 en 1940, 5.793 en 1941, 6.088 en 1942, 5.225 en 1943, 4.789 en 1944 et 10.700 en 1945 auxquels s'ajoutent 1.042 déportés dans le mois qui a suivi la libération, ainsi que 1.132 gazés à Hartheim, 1.900 invalides gazés à Mauthausen et 315 Polonais exécutés à leur arrivée de Varsovie. On compte aussi 2.000 républicains espagnols affectés à la carrière de pierre, et dont peu on survécu.

Aujourd’hui, le camp de Gusen est devenu un ensemble de lotissements modernes... Il n'en reste que deux fours crématoires.



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)