B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Ravensbrück, camp de concentration nazi

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Vie quotidienne

LÂ’administration
Sévices
Exécutions
Le Jugendlager dÂ’Uckermark
Les enfants de Ravensbrück

3.5. Les enfants de Ravensbrück

Une des principales caractéristiques du camp de Ravensbrück est que des centaines d'enfants y sont prisonniers. La barbarie nazie fut sans limite vis-à-vis d’eux et leur sort fut absolument épouvantable. Les enfants étaient condamnés à mort avant même leur naissance. Les nouveaux-nés étaient immédiatement arrachés des bras de leur mère et noyés ou tout simplement jetés dans un seau pour y mourir. Dans la majorité des cas, cela se faisait en présence de la mère. Les nombreux témoignages enregistrés après la guerre font état d'enfants jeté au feu, enterrés vivants, empoisonnés, étranglés, noyés. Les médecins SS les utilisent également pour des expériences médicales ou stérilisent des jeunes filles, quelquefois à peine âgée de 8 ans, par exposition directe des organes génitaux aux rayons X (Dr. Clauberg).

Ravensbrück : enfants… vous avez dit « enfants » 
Ravensbrück : enfants… vous avez dit « enfants » 

Au début de l'existence de Ravensbrück, les enfants sont immédiatement tués. Le médecin SS Rosenthal et son amie Gerda Quernheim avortent de force les prisonnières, souvent dans des conditions bestiales. Par après, certains enfants sont laissés en vie à la naissance mais les conditions de vie en vigueur dans le camp ne font dans la plupart des cas que retarder leur mort. Seuls les enfants les plus vigoureux peuvent survivre. Ils doivent aider les femmes à exécuter les travaux les plus lourds, de jour comme de nuit. De ces enfants, quelques-uns seulement ont survécu à la guerre.

Quant aux enfants plus âgés, à Ravensbrück, leur sort est inhumain. « Les enfants avaient au camp le même régime que les adultes. Aucun adoucissement ne leur était accordé. À leur arrivée, ils étaient généralement dépouillés, rasés et fouillés comme les adultes, et recevaient, selon les époques, un uniforme rayé ou une défroque peinte d'une croix devant et derrière. Nous les voyions traîner dans des loques trop grandes et lamentables, qui d'ailleurs n'étaient jamais changées. Les enfants étaient présents aux appels. Le matin, ils se levaient aux hurlements de la sirène, à 3 h 30 ou 4 heures selon les périodes. Ils recevaient une tasse du breuvage appelé café et sortaient, dans le froid, qui atteignait moins 33°C, sous la neige, la pluie et le vent glacial de la Baltique. Il fallait rester immobile, debout pendant une heure, deux, et parfois davantage. Les vêtements restaient parfois mouillés pendant plusieurs jours. A la fin de l'appel, ils retournaient à leur Block, les plus grands poussant les plus petits. Certains essayaient alors de retrouver dans des jeux leur monde rêvé d'autrefois. La plupart ne jouaient pas, mais adoptaient les activités des adultes : épouillage, discussions sur la nourriture. Enfin, la majeure partie du temps de beaucoup d'entre eux se passait sur la paillasse. Ils étaient trop affaiblis pour se livrer à la moindre activité. Seule la solidarité qui régnait entre les prisonnières permit d'entourer un peu ces enfants. »

Ravensbrück : enfants
Ravensbrück : enfants


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)