B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Généralités
1.1. Principes architecturaux
1.2. Les voûtes romanes
1.3. Le « système » roman
1.4. Caractères de l’architecture romane

2. L’art roman en Alsace
2.1. Généralités
2.2. Architecture
2.3. Sculpture
2.4. Peinture, enluminure et vitrail
2.5. Objets d’art : ferronnerie et orfèvrerie

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim
3.1. Histoire
3.2. extérieur
3.3. L'intérieur
3.4. Datation - filiation

4. Andlau : sainte Richarde
4.1. Histoire
4.2. A crypte
4.3. Porche et Portail
4.4. La frise historiée

5. Epfig : sainte Marguerite
5.1. Description
5.2. Datation et origine

6. Eschau : saint Trophime
6.1. Histoire
6.2. L'extérieur
6.3. L'intérieur
6.4. Originalité et datation
6.5. E cloître

7. Hohenbourg – sainte Odile
7.1. Histoire
7.2. Le monastère du XIIè
7.3. La chapelle de la Croix
7.4. La stèle historiée

8. Lautenbach : la collégiale Saint Miche et Saint Gangolf
8.1. Histoire
8.2. Plan et transformations
8.3. Le porche
8.4. Les sculptures

9. Abbatiale de Noirmoutier
9.1. Histoire
9.2. Structures et volumes
9.3. Ordonnance et décor de la façade
9.4. L' intérieur
9.5. Les parties gothiques
9.6. Conclusion

10. Abbatiale de Murbach
10.1. Histoire
10.2. L'extérieur
10.3. L'intérieur
10.4. La nef disparue
10.5. Datation

11. Neuwiller les Saverne : saints Pierre et Paul
11.1. Histoire
11.2. Les chapelles du chevet
11.3. La crypte
11.4. Interprétation et date de construction

12. L’octogone d’Ottmarsheim
12.1. Histoire
12.2. L'extérieur
12.3. L'intérieur
12.4. Ottmarsheim et Aix la Chapelle

13. Sainte Foy de Sélestat
13.1. Histoire
13.2. L'extérieur
13.3. L'intérieur
13.4. Notes archéologiques

14. Autres édifices ou parties d’édifices romans en Alsace
14.1. Feldbach : le prieuré
14.2. Guebwiller : Saint Léger
14.3. Gueberschwihr : le clocher
14.4. Pfaffenheim : saint Martin
14.5. Hattstatt : sainte Colombe
14.6. Wintzfelden : abbaye de Schwartzenthann
14.7. Marbach : l’abbaye
14.8. Sigolsheim : Saints Pierre et Paul
14.9. Kaysersberg : l’église d’Alspach.
14.10. Kaysersberg : tympan de l’église Sainte Croix
14.11. Dorlisheim
14.12. Altorf : saint Cyriaque
14.13. Avolsheim : le Dompeter
14.14. Avolsheim : le Baptistère
14.15. Obersteigen
14.16. Strasbourg : le chœur et le crypte de la cathédrale
14.17. Strasbourg : le cloître de saint Pierre le Jeune
14.18. Strasbourg : saint Thomas : le sarcophage de l’évêque Adeloch
14.19. Hohatzenheim
14.20. Saint Jean les Saverne
14.21. Berg
14.22. Surbourg : l’abbatiale
14.23. Altenstadt : Saint Ulric
14.24. Clochers romans
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’art roman en Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

13. Sainte Foy de Sélestat

Histoire
L'extérieur
L'intérieur
Notes archéologiques

L'édifice de Sainte Foy de Sélestat frappe immédiatement par son caractère monumental, son aspect grandiose. Le clocher du transept est un des plus beaux d'Alsace. Un sens de l'équilibre des rapports saute immédiatement aux yeux. Par le seul jeu des formes, l'architecte de Sainte Foy a su donner à l'église une majesté, une dignité, une ampleur qui sont sans rapport avec les données matérielles de l'édifice.

Il faut faire abstraction de la noirceur de l'édifice (grès rouge original) et des parties reconstruites (couronnement des tours de façade, parties hautes de la nef, chapelles latérales de la nef...)

Plan de l’abbatiale sainte Foy de Sélestat
Plan de l’abbatiale sainte Foy de Sélestat

13.3. L'intérieur

13.3.1. Le porche

Le porche est divisé transversalement en trois travées. A celle du milieu correspond le portail, les deux latérales étant percées de deux baies jumelées à colonnettes prise sous une archivolte.

Le portail est creusé de trois ressauts à colonnettes torsadées, à palmettes ou feuillages. Le tympan repose sur deux atlantes formant console. Il est plat et recouvert d'une peinture moderne.

Sélestat, église sainte Foy. Le porche
Sélestat, église sainte Foy. Le porche

Les travées latérales sont en berceau, la centrale en ogives avec clé décorée de l'agnus dei.

13.3.2. Les restaurations

L'homogénéité, la clarté de l'espace, l'équilibre de l'intérieur sont dus en grande partie à la main du restaurateur. Pour retrouver l'aspect roman il faut faire abstraction des nombreuses adjonctions de l'architecte Winckler (1889-1891) :

Sélestat : intérieur de sainte Foy
Sélestat : intérieur de sainte Foy
  • suppression du décor baroque ;
  • suppression des balustrades des tribunes et des lunettes des voûtes d'époque baroque ;
  • badigeonnage des murs ;
  • remplacement de l'ancien dallage de grès par une mosaïque ;
  • adjonction des chapiteaux couronnant les colonnes intermédiaires ;
  • raccordement de ces colonnes aux murs par des petits massifs à talus ;
  • dimensions plus grandes des fenêtres des bas-côtés et des hautes fenêtres géminées avec rose dans le fond des croisillons...

13.3.3. Nef et bas côtés

La nef compte trois travées doubles de plan carré voûtées d'ogives, auxquelles correspondent les six travées barlongues voûtées d'arêtes des bas-côtés. Surmontant le porche, la tribune est couverte en berceau.

Sainte Foy de Sélestat : chapiteau du porche
Sainte Foy de Sélestat : chapiteau du porche

L'élévation de la nef se compose des grandes arcades et des fenêtres hautes. Il y a alternance des supports selon l'usage rhénan. Le fait nouveau est la forme donnée aux supports : massif carré flanqué de quatre demi-colonnes pour les piliers principaux et faisceau de quatre demi-colonnes pour les piliers intermédiaires. Les piliers principaux supportent toute la voûte alors que les piliers intermédiaires ne jouent aucun rôle dans la structure des voûtes : leur utilité serait plutôt de raidir les murs comme dans certaines églises de France (contreforts intérieurs).

13.3.4. Transept et chœur

Le transept comprend trois travées ; seule la croisée est parfaitement carrée, voûté comme la nef avec doubleaux à double rouleau, formerets et croisées d'ogives.

Le chevet, fortement restauré, rétablit les trois baies de l'abside.

13.3.5. La crypte

Elle se situe sous la croisée et on y accède par deux escaliers coudés sis de chaque coté de l'entrée du chœur. Un vestibule barlong mène dans un caveau carré voûté d'arêtes dont les formerets retombent sur des pieds-droits engagées dans les angles. Le sol primitif devait se situer bien en dessous du dallage actuel vu la faible hauteur des impostes. Il s'agit en fait d'une chapelle rappelant la reproduction du tombeau du Christ.

13.3.6. L’ornementation sculptée

13.3.6.1. La sculpture décorative

13.3.6.2. La sculpture figurative


Icone texte Articles connexes
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)