B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Généralités
1.1. Principes architecturaux
1.2. Les voûtes romanes
1.3. Le « système » roman
1.4. Caractères de l’architecture romane

2. L’art roman en Alsace
2.1. Généralités
2.2. Architecture
2.3. Sculpture
2.4. Peinture, enluminure et vitrail
2.5. Objets d’art : ferronnerie et orfèvrerie

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim
3.1. Histoire
3.2. extérieur
3.3. L'intérieur
3.4. Datation - filiation

4. Andlau : sainte Richarde
4.1. Histoire
4.2. A crypte
4.3. Porche et Portail
4.4. La frise historiée

5. Epfig : sainte Marguerite
5.1. Description
5.2. Datation et origine

6. Eschau : saint Trophime
6.1. Histoire
6.2. L'extérieur
6.3. L'intérieur
6.4. Originalité et datation
6.5. E cloître

7. Hohenbourg – sainte Odile
7.1. Histoire
7.2. Le monastère du XIIè
7.3. La chapelle de la Croix
7.4. La stèle historiée

8. Lautenbach : la collégiale Saint Miche et Saint Gangolf
8.1. Histoire
8.2. Plan et transformations
8.3. Le porche
8.4. Les sculptures

9. Abbatiale de Noirmoutier
9.1. Histoire
9.2. Structures et volumes
9.3. Ordonnance et décor de la façade
9.4. L' intérieur
9.5. Les parties gothiques
9.6. Conclusion

10. Abbatiale de Murbach
10.1. Histoire
10.2. L'extérieur
10.3. L'intérieur
10.4. La nef disparue
10.5. Datation

11. Neuwiller les Saverne : saints Pierre et Paul
11.1. Histoire
11.2. Les chapelles du chevet
11.3. La crypte
11.4. Interprétation et date de construction

12. L’octogone d’Ottmarsheim
12.1. Histoire
12.2. L'extérieur
12.3. L'intérieur
12.4. Ottmarsheim et Aix la Chapelle

13. Sainte Foy de Sélestat
13.1. Histoire
13.2. L'extérieur
13.3. L'intérieur
13.4. Notes archéologiques

14. Autres édifices ou parties d’édifices romans en Alsace
14.1. Feldbach : le prieuré
14.2. Guebwiller : Saint Léger
14.3. Gueberschwihr : le clocher
14.4. Pfaffenheim : saint Martin
14.5. Hattstatt : sainte Colombe
14.6. Wintzfelden : abbaye de Schwartzenthann
14.7. Marbach : l’abbaye
14.8. Sigolsheim : Saints Pierre et Paul
14.9. Kaysersberg : l’église d’Alspach.
14.10. Kaysersberg : tympan de l’église Sainte Croix
14.11. Dorlisheim
14.12. Altorf : saint Cyriaque
14.13. Avolsheim : le Dompeter
14.14. Avolsheim : le Baptistère
14.15. Obersteigen
14.16. Strasbourg : le chœur et le crypte de la cathédrale
14.17. Strasbourg : le cloître de saint Pierre le Jeune
14.18. Strasbourg : saint Thomas : le sarcophage de l’évêque Adeloch
14.19. Hohatzenheim
14.20. Saint Jean les Saverne
14.21. Berg
14.22. Surbourg : l’abbatiale
14.23. Altenstadt : Saint Ulric
14.24. Clochers romans
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’art roman en Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

9. Abbatiale de Noirmoutier

Histoire
Structures et volumes
Ordonnance et décor de la façade
L' intérieur
Les parties gothiques
Conclusion

A l'élancement de Murbach répond et s'oppose la robustesse de Marmoutier. Si le roman alsacien n'a guère construit d'églises aussi grandioses et « ascendantes » que Murbach, il n'a pas élevé non plus d'églises plus fortes et plus puissantes que celle de Marmoutier.

Plan de l’abbatiale de Marmoutier
Plan de l’abbatiale de Marmoutier

9.1. Histoire

La fondation de Marmoutier est entourée de légende. Deux figures se dégagent des premiers temps de son existence : Léobard, le premier abbé, et Maur le restaurateur. La prospérité du monastère venait de la « Marca Aquileiensis », vaste domaine de terres riches et de forêts. On doubla ce nom savant par celui de « Mauri Monasterium ». Marmoutier reste la plus ancienne fondation monastique d'Alsace.

Vers 590 Childebert II autorise Léobard à s'installer sur une terre du fisc. Vers 724 Thierry IV confirme à Maur la donation et accorde des privilèges. En 740 Marmoutier fait partie des édifices « pirmiens » avec Murbach, Neuwiller, Schutten et Gengenbach. En 814 Benoît d'Aniane passe au monastère et le réforme. L'abbaye est exempte de fournir un contingent militaire. Puis des associations sont créées avec La Reichenau. En 828 un incendie ravage l'abbaye. Drogon, évêque de Metz, la rétablit et en prend possession.

L’abbatiale de Marmoutier vue de la route de Reutenbourg
L’abbatiale de Marmoutier vue de la route de Reutenbourg

En 975 l’évêque Erchambauld consacre l'église et l'abbaye hélas au bord de la ruine, car les évêques de Metz ne laissent aux moines que la portion congrue des bénéfices des terres. En 1115, Richwin, prieur, fonde un monastère destiné à des bénédictines (Sindelsberg), puis un prieuré dans le domaine vosgien de l'abbaye (Saint Quirin). Entre 1132 et 1146 l'abbé Meinhard tente de restaurer la fortune immobilière de Marmoutier appauvrie par deux siècles d'inféodations répétées. En 1163 Frédéric Barberousse confirme l'abbaye dans ses possessions et privilèges accordés par l'évêque de Metz. En 1179 une bulle papale confirme l'abbaye dans ses droits : libre élection de l'abbé, droit de sépulture dans le cimetière pour toute personne originaire de la marche, autorisation de chanter l'office en temps d'interdit, droit de prélever 8 chaudrons de sel par an à Moyenvic et Marsal.

Marmoutier : l’abbatiale : façade romane
Marmoutier : l’abbatiale : façade romane

En 1220, après les luttes entre Philippe de Souabe et Otton IV et les exactions des avoués, Henri de Veringen, évêque de Strasbourg incorpore à l'abbaye les revenus de l'église supérieure de Marmoutier. 1225 marque le début de la construction de l'église abbatiale ; l’œuvre sera poursuivie sous les abbés Otton (1224-1245), Jean (1253-1288) et Conrad (1288-1301). Aux XIV-XVèmes surgissent de grosses difficultés financières. Malgré l'incorporation à l'abbaye des revenus de Westhoffen, Zeinheim, Sindelsberg (dissous en 1488), Duntzenheim, rien n'arrête le désastre : en 1512 il n'y a pas d'abbé et les dettes s'élèvent à 6 000 florins. La ruine arrive en 1525 avec la guerre des paysans, puis l'occupation par les reîtres de Mansfeld en 1621.

Le renouveau commence en 1705 par le rachat de la marche, l'érection de nouveaux bâtiments (1737-1751) et celle du chœur des moines (1761-1769). La Révolution interrompt brutalement cet essor:la communauté est dispersée, les bâtiments vendus, mais la façade est sauvée.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)