B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Généralités
1.1. Principes architecturaux
1.2. Les voûtes romanes
1.3. Le « système » roman
1.4. Caractères de l’architecture romane

2. L’art roman en Alsace
2.1. Généralités
2.2. Architecture
2.3. Sculpture
2.4. Peinture, enluminure et vitrail
2.5. Objets d’art : ferronnerie et orfèvrerie

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim
3.1. Histoire
3.2. extérieur
3.3. L'intérieur
3.4. Datation - filiation

4. Andlau : sainte Richarde
4.1. Histoire
4.2. A crypte
4.3. Porche et Portail
4.4. La frise historiée

5. Epfig : sainte Marguerite
5.1. Description
5.2. Datation et origine

6. Eschau : saint Trophime
6.1. Histoire
6.2. L'extérieur
6.3. L'intérieur
6.4. Originalité et datation
6.5. E cloître

7. Hohenbourg – sainte Odile
7.1. Histoire
7.2. Le monastère du XIIè
7.3. La chapelle de la Croix
7.4. La stèle historiée

8. Lautenbach : la collégiale Saint Miche et Saint Gangolf
8.1. Histoire
8.2. Plan et transformations
8.3. Le porche
8.4. Les sculptures

9. Abbatiale de Noirmoutier
9.1. Histoire
9.2. Structures et volumes
9.3. Ordonnance et décor de la façade
9.4. L' intérieur
9.5. Les parties gothiques
9.6. Conclusion

10. Abbatiale de Murbach
10.1. Histoire
10.2. L'extérieur
10.3. L'intérieur
10.4. La nef disparue
10.5. Datation

11. Neuwiller les Saverne : saints Pierre et Paul
11.1. Histoire
11.2. Les chapelles du chevet
11.3. La crypte
11.4. Interprétation et date de construction

12. L’octogone d’Ottmarsheim
12.1. Histoire
12.2. L'extérieur
12.3. L'intérieur
12.4. Ottmarsheim et Aix la Chapelle

13. Sainte Foy de Sélestat
13.1. Histoire
13.2. L'extérieur
13.3. L'intérieur
13.4. Notes archéologiques

14. Autres édifices ou parties d’édifices romans en Alsace
14.1. Feldbach : le prieuré
14.2. Guebwiller : Saint Léger
14.3. Gueberschwihr : le clocher
14.4. Pfaffenheim : saint Martin
14.5. Hattstatt : sainte Colombe
14.6. Wintzfelden : abbaye de Schwartzenthann
14.7. Marbach : l’abbaye
14.8. Sigolsheim : Saints Pierre et Paul
14.9. Kaysersberg : l’église d’Alspach.
14.10. Kaysersberg : tympan de l’église Sainte Croix
14.11. Dorlisheim
14.12. Altorf : saint Cyriaque
14.13. Avolsheim : le Dompeter
14.14. Avolsheim : le Baptistère
14.15. Obersteigen
14.16. Strasbourg : le chœur et le crypte de la cathédrale
14.17. Strasbourg : le cloître de saint Pierre le Jeune
14.18. Strasbourg : saint Thomas : le sarcophage de l’évêque Adeloch
14.19. Hohatzenheim
14.20. Saint Jean les Saverne
14.21. Berg
14.22. Surbourg : l’abbatiale
14.23. Altenstadt : Saint Ulric
14.24. Clochers romans
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’art roman en Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Andlau : sainte Richarde

Histoire
A crypte
Porche et Portail
La frise historiée

4.3. Porche et Portail

4.3.1. E porche

Une massive construction rectangulaire précède l'édifice et est aussi large que lui. Elle comprend deux étages à décor roman surmontés d'une tour à beffroi octogonal. La galerie date du début du XVIIIè.

Andlau, abbatiale sainte Richarde : le massif occidental. On distingue la frise sculptée au dessus du portail
Andlau, abbatiale sainte Richarde : le massif occidental. On distingue la frise sculptée au dessus du portail

Profond, le porche est entouré d'escaliers à vis à gros noyau menant aux tribunes couvrant les bas-côtés, et à la loge centrale ouvrant sur la nef. Une frise sculptée souligne la séparation des étages en façade, elle même décorée de simples plates bandes.

A l'intérieur, quatre arcades en plein cintre à double rouleau soutiennent la voûte d'arêtes. Aux coins, de petites colonnettes engagées suggèrent un voûtement primitif d'ogives.

4.3.2. Le portail

Le portail est un joyau de la sculpture romane d'Alsace. Toutes les surfaces sont sculptées de bas-reliefs exécutés en cuvette et méplat, hormis le tympan, en ronde bosse.

Andlau : le porche de l’abbatiale
Andlau : le porche de l’abbatiale

La structure est celle d'un cadre rectangulaire flanqué de pieds-droits massifs surmontés d'un arc de décharge à la lunette (tympan) rempli d'un groupe en ronde bosse. Cette ordonnance archaïque rappelle les portes de Surbourg et d'Altenstadt (début XIè), mais le style des sculptures est plus récent.

4.3.2.1. Le tympan

Toute la composition converge vers le tympan où le Christ trônant remet les clefs à Pierre et le livre à Paul. Le groupe est encadré par deux scènes de chasse : frondeur poursuivant l'oiseau qui grappille sur un magnifique pied de vigne, et archer chassant un oiseau sur un arbre auquel grimpe un enfant nu.

Andlau : le porche de l’abbatiale
Andlau : le porche de l’abbatiale

Cette remise des clefs, symbole du Paradis Nouveau, a comme modèle de nombreuses scènes paléochrétiennes (sarcophages) et une mosaïque de l'ancienne basilique Saint Pierre de Rome, disparue aujourd'hui. Mais le sculpteur enrichit la scène : la vigne, symbole de l'arbre de Vie, s'oppose à l'arbre dépérissant ; l'enfant nu, symbole de l'âme, grimpe à l'arbre Cosmique vers le ciel (Chanson du Graal, ou scène de l'église de Hattstatt) ; la chasse à l'oiseau peut être interprétée comme l'image de l'âme chassée par le malin.

4.3.2.2. Le linteau

Le linteau répond au tympan en narrant l'histoire du paradis terrestre : c'est l'histoire d'Adam et d'Eve se déroulant sans discontinuer de la création de la femme à l'expulsion du Paradis, ponctuée par le thème de l'arbre : arbre de vie à gauche, sous lequel est couché Adam, arbre de la Science du bien et du mal où s'enroule le serpent au centre, « Arbre sec » et sans fruit sous lequel est assis le premier couple après la faute.

Andlau, abbatiale sainte Richarde : frise sculptée du massif occidental. Le jardin d’Eden
Andlau, abbatiale sainte Richarde : frise sculptée du massif occidental. Le jardin d’Eden

La présence de cette scène n'a rien d'insolite si l'on songe que le vestibule du sanctuaire était en général destiné aux pénitents.

4.3.2.3. Montants et pilastres

Les montants sont ornés d'un entrelacs de rinceaux chargés d'oiseaux et de quadrupèdes. Ils sont flanqués de pilastres représentant chacun une superposition de cinq arcades soutenues à leur base par un atlante barbu.

Andlau : détail du bas relief du portail
Andlau : détail du bas relief du portail

Ces arcades abritent des couples en conversation se montrant le tympan : ce sont les bienfaiteurs de l'abbaye. Certains ont leur nom gravé sur les archivoltes ou les bandes horizontales.

Andlau : détail du piédroit du portail de l’abbatiale : décors floraux avec animal
Andlau : détail du piédroit du portail de l’abbatiale : décors floraux avec animal

4.3.2.4. Conclusion

Ce thème paradisiaque d'Andlau est en relation avec le nom porté par le vestibule, qui souvent se nommait le Paradis. Il est encore accentué par les trois groupes en haut relief qui décorent l'arche du porche : Samson et le lion à droite, David et Goliath à gauche, et sur la clé le Christ foulant le dragon, alors que Richarde lui offre la charte de donation de l'abbaye.

Andlau, abbatiale sainte Richarde : frise sculptée du massif occidental. Création d’Eve
Andlau, abbatiale sainte Richarde : frise sculptée du massif occidental. Création d’Eve

Icone texte Articles connexes
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)