B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Généralités
1.1. Principes architecturaux
1.2. Les voûtes romanes
1.3. Le « système » roman
1.4. Caractères de l’architecture romane

2. L’art roman en Alsace
2.1. Généralités
2.2. Architecture
2.3. Sculpture
2.4. Peinture, enluminure et vitrail
2.5. Objets d’art : ferronnerie et orfèvrerie

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim
3.1. Histoire
3.2. extérieur
3.3. L'intérieur
3.4. Datation - filiation

4. Andlau : sainte Richarde
4.1. Histoire
4.2. A crypte
4.3. Porche et Portail
4.4. La frise historiée

5. Epfig : sainte Marguerite
5.1. Description
5.2. Datation et origine

6. Eschau : saint Trophime
6.1. Histoire
6.2. L'extérieur
6.3. L'intérieur
6.4. Originalité et datation
6.5. E cloître

7. Hohenbourg – sainte Odile
7.1. Histoire
7.2. Le monastère du XIIè
7.3. La chapelle de la Croix
7.4. La stèle historiée

8. Lautenbach : la collégiale Saint Miche et Saint Gangolf
8.1. Histoire
8.2. Plan et transformations
8.3. Le porche
8.4. Les sculptures

9. Abbatiale de Noirmoutier
9.1. Histoire
9.2. Structures et volumes
9.3. Ordonnance et décor de la façade
9.4. L' intérieur
9.5. Les parties gothiques
9.6. Conclusion

10. Abbatiale de Murbach
10.1. Histoire
10.2. L'extérieur
10.3. L'intérieur
10.4. La nef disparue
10.5. Datation

11. Neuwiller les Saverne : saints Pierre et Paul
11.1. Histoire
11.2. Les chapelles du chevet
11.3. La crypte
11.4. Interprétation et date de construction

12. L’octogone d’Ottmarsheim
12.1. Histoire
12.2. L'extérieur
12.3. L'intérieur
12.4. Ottmarsheim et Aix la Chapelle

13. Sainte Foy de Sélestat
13.1. Histoire
13.2. L'extérieur
13.3. L'intérieur
13.4. Notes archéologiques

14. Autres édifices ou parties d’édifices romans en Alsace
14.1. Feldbach : le prieuré
14.2. Guebwiller : Saint Léger
14.3. Gueberschwihr : le clocher
14.4. Pfaffenheim : saint Martin
14.5. Hattstatt : sainte Colombe
14.6. Wintzfelden : abbaye de Schwartzenthann
14.7. Marbach : l’abbaye
14.8. Sigolsheim : Saints Pierre et Paul
14.9. Kaysersberg : l’église d’Alspach.
14.10. Kaysersberg : tympan de l’église Sainte Croix
14.11. Dorlisheim
14.12. Altorf : saint Cyriaque
14.13. Avolsheim : le Dompeter
14.14. Avolsheim : le Baptistère
14.15. Obersteigen
14.16. Strasbourg : le chœur et le crypte de la cathédrale
14.17. Strasbourg : le cloître de saint Pierre le Jeune
14.18. Strasbourg : saint Thomas : le sarcophage de l’évêque Adeloch
14.19. Hohatzenheim
14.20. Saint Jean les Saverne
14.21. Berg
14.22. Surbourg : l’abbatiale
14.23. Altenstadt : Saint Ulric
14.24. Clochers romans
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’art roman en Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim

Histoire
extérieur
L'intérieur
Datation - filiation

3.2. extérieur

3.2.1. La façade et la nef

Elle reste dans la tradition rhénane : décor de lésènes et d’arcatures lombardes ; deux bandes horizontales divisent la paroi en trois registres :

  • L'étage du bas comprend sept champs; celui du centre est occupé par le portail, ceux des cotés surmontés chacun par trois arcatures. Le rétrécissement du passage du portail est réalisé par une disposition en biais des jambages (bandes plates et boudins cannelés). Un tympan semi circulaire domine la porte.
  • Rosheim : saints Pierre et Paul : le côté sud
    Rosheim : saints Pierre et Paul : le côté sud
  • L'étage du milieu repose sur un bandeau ourlé et s'arrête à la naissance du pignon principal sous une corniche à doucine.
  • l'étage supérieur : le champ central présente une rose fortement ébrasée au fond d'une niche plate en plein cintre. Les rampants du pignon sont bordés d'une corniche à arcatures aux branches étagées sous une tablette soulignée par une file de corbeaux. Une bande horizontale d'arcatures subdivise la surface triangulaire en un champ inférieur (niche centrale) et un champ supérieur (oculus).
  • Rosheim : saints Pierre et Paul : le pignon de la façade occidentale et ses bandes lombardes
    Rosheim : saints Pierre et Paul : le pignon de la façade occidentale et ses bandes lombardes
  • Le décor sculpté est constitué d'un oiseau au faîtage, de lions accroupis posant les pattes sur l'épaule d'un homme (au pied des rampants et à la base des demi pignons des collatéraux). Dans la niche du pignon se détache la statue de Saint Pierre foulant le lion. Le sens symbolique est très clair : le lion est ici le « Lion rugissant », image du diable, que l'on retrouve dans une épître de l'apôtre. L'oiseau du faîtage symbolise la résurrection.
  • Mais le décor s'étendait plus bas : le tympan garde encore les traces d'un Christ trônant entouré d'anges, et au dessus du portail il y a des traces (martelées) d'une crucifixion.
  • Rosheim: saints Pierre et Paul : le pignon de la façade occidentale et ses bandes lombardes
    Rosheim: saints Pierre et Paul : le pignon de la façade occidentale et ses bandes lombardes
  • Le décor des murs latéraux est bien plus sobre et souligne la subdivision intérieure ; dans le détail, les moulures des lésènes et arceaux se diversifient par étage.
  • Dans les bas-côtés s'ouvrent deux portes. Le portail nord est encadré de boudins continus ; au dessus et autour du portail une sorte d'auvent de pierre repose sur deux consoles. Sur la corniche reposent des animaux enchevêtrés à coté d'un personnage accroupi. Le portail sud est plus richement décoré ; arcades de deux colonnes couvertes de chevrons et de spirales avec archivolte moulurés sur chapiteaux cubiques. Largement ébrasé, il est orné d'un cordon à palmettes et d'un maillage d'anneaux.
Rosheim : saints Pierre et Paul : sculptures
Rosheim : saints Pierre et Paul : sculptures

3.2.2. Les croisillons

Les façades des croisillons sont divisées par un cordon au nord, et avec des palmettes au sud. La partie haute comporte trois champs de lésènes. Un cordon de damier sépare le pignon percé d'un oculus ; les arcatures lombardes retombent sur des modillons alternant billettes et tètes sculptées. La partie du bas comporte quatre niches plates bordées d'une double baguette.

Rosheim : saints Pierre et Paul : la base de la tour de croisée et un marmouset
Rosheim : saints Pierre et Paul : la base de la tour de croisée et un marmouset

Parmi les sculptures il y a celle du chevalier délivrant un compagnon englouti par un dragon (angle sud-ouest du croisillon sud), allégorie de la victoire du Christ, et celle d'un homme enfonçant son bras dans la gueule du dragon (oculus, face sud), allusion à l'évocation du royaume de paix dans Isaïe.

Rosheim: saints Pierre et Paul : la tour de croisée
Rosheim: saints Pierre et Paul : la tour de croisée
Rosheim : Personnage à la retombée du clocher du transept
Rosheim : Personnage à la retombée du clocher du transept

3.2.3. Les bas-côtés

Le décor des bas-côtés souligne la subdivision intérieure. L'ordonnance des bas-côtés se répète sur les murs gouttereaux, bien qu'à deux champs corresponde une travée unique à l'intérieur.

Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage assis
Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage assis
Rosheim: saints Pierre et Paul : les portes
Rosheim: saints Pierre et Paul : les portes
Rosheim : église saints Pierre et Paul : chapiteau de l’entrée latérale
Rosheim : église saints Pierre et Paul : chapiteau de l’entrée latérale

3.2.4. Le chevet

Toute la richesse du décor est répandue sur l'abside centrale. Six pilastres délimitent sept champs, dont, fait curieux, le central est plat. Au sommet, deux arcades se rejoignent sur des corbeaux « à grappes », et la corniche est décorée de quatre rangs de billettes. Les deux fenêtres latérales sont percées à cru. L'encadrement de la centrale en est d'autant plus riche : bordure de palmettes doublée d'une haute arcade retombant sur deux colonnes à fut hélicoïdal. De part et d'autre sont sculptés les symboles des évangélistes, l'Homme ayant été hélas martelé lors de la révolution de 1789.

Le décor de l'abside latérale est moins riche : lésènes sans chapiteaux et arcatures jumelées soutenues par des animaux.

La chapelle rectangulaire au sud-est est de facture plus archaïque : arceaux à double ressaut assemblés à claveaux reposant sur des pilastres bordés de tores.

Rosheim : l’église saints Pierre-et-Paul : le chevet
Rosheim : l’église saints Pierre-et-Paul : le chevet
Rosheim: saints Pierre et Paul : le chevet et ses sculptures
Rosheim: saints Pierre et Paul : le chevet et ses sculptures

3.2.5. Le clocher

Le clocher sur croisée est octogonal et de facture gothique, avec ses grandes baies en tiers point et leurs meneaux. Mais à la naissance de l'octogone, sur les glacis triangulaires de l'ancienne tour se trouvent encore deux marmousets (sur quatre) que l'on retrouve à la tour de croisée de Guebwiller.

 Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage à la retombée du clocher du transept
Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage à la retombée du clocher du transept
Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage assis
Rosheim, église saints Pierre et Paul : personnage assis

3.2.6. Conclusion

L'impression d'équilibre et de clarté n'est pas due uniquement à la grande variété du décor, mais aussi à la qualité technique des ouvrages et de la beauté du matériau mis en oeuvre. Tous les parements sont en pierre de taille, le tracé de l'appareil dépasse ceux de Murbach et de Marmoutier.

Rosheim : joyau roman, l’église saints Pierre et Paul
Rosheim : joyau roman, l’église saints Pierre et Paul

L'église saints Pierre et Paul possède des volumes nets et logiquement développés à partir du plan cruciforme. Les masses sont harmonieusement échelonnées pour culminer dans la tour de croisée. L'objectif recherché par le maître roman est d'une part l'entrecroisement des volumes du chœur et du transept, et d'autre part l'échelonnement successif des toitures coniques des absides et des pignons supérieurs s'étageant sous la verticale de la tour primitivement moins haute.

Rosheim: saints Pierre et Paul : l’édifice vue du nord
Rosheim: saints Pierre et Paul : l’édifice vue du nord

Icone texte Articles connexes
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)