B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’art en France entre 1800 et 1850

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Histoire et culture française

Histoire : 18001850
Culture
Architecture
Sculpture
Peinture
Arts de la couleur
Gravure et photographie
Objets dÂ’art
Mobilier et décor

2.2. Culture

2.2.1. Les lettres

Le classicisme officiel est exposé par Quatremère de Quincy dans son « Essai sur l'idéal ». Ni l'abbé Delille, ni Fontanes, grand maître de l'Université de Napoléon, ni Ducis, ni N. Lemercier, ni les idéologues, froids condillaciens, ne représentent la pensée française, mais deux méconnus, psychologues très en avance sur leur temps, Benjamin Constant (1767-1830) et le philosophe de la volonté Maine de Biran (1766-1824). Mme de Staël, ennemie de Napoléon, fait connaître la culture allemande (« De l'Allemagne », 1810) en même temps que les émigrés introduisent la pensée germanique (bibliothèque germanique, cours de littérature dramatique de Schlegel traduit en 1813) ou anglaise (Chateaubriand). Le « Génie du christianisme » avec « Atala » (1801) libère le romantisme, et « René » (1804) déchaîne le mal du siècle, la même année que l'« Obermann » d’Etienne Pivert de Senancour (1770-1846). La Restauration propose un retour vers l'idéal du Moyen Âge chrétien (sacre de Charles X à Reims en 1825, dernière exaltation du sentiment monarchique). L'éclectisme spiritualiste de Victor Cousin se veut parallèle au mouvement de restauration en politique et déclare que « l'âme de l'humanité est une âme poétique ».

Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy 1755-1849 par Bonneville
Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy 1755-1849 par Bonneville
Benjamin Constant de Rebecque
Benjamin Constant de Rebecque
Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, « Madame de Staël » par François Gérard
Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, « Madame de Staël » par François Gérard
Victor Cousin (1792-1867). Gravure de Charpentier A. Aubert, d’après un portrait de François Séraphin Delpech. Vers 1820
Victor Cousin (1792-1867). Gravure de Charpentier A. Aubert, d’après un portrait de François Séraphin Delpech. Vers 1820

Le romantisme est le triomphe de la poésie : V. Hugo (1802-1885), le chef de l'école, « écho sonore » de l'époque, est le plus grand lyrique de la poésie française avec Lamartine, Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Gérard de Nerval. La même exaltation de la forme et de l'imagination se retrouve dans le théâtre. Le drame tente tous les grands écrivains : Hugo, Vigny sont hantés par Shakespeare et la bataille d'Hernani (1830) est un véritable symbole. Le mélodrame populaire comme le roman d'imagination (A. Dupas et le roman historique, Eugène Sue et le succès du feuilleton) sont la démocratisation de la tragédie et du roman.

Victor Hugo et son fils
Victor Hugo et son fils
Victor Hugo et son fils
Victor Hugo et son fils
Alfred de Vigny âgé de 17 ans, en uniforme de la Maison du Roi, par F.J. Kinston
Alfred de Vigny âgé de 17 ans, en uniforme de la Maison du Roi, par F.J. Kinston
Alfred de Musset par Charles Landelle
Alfred de Musset par Charles Landelle
Eugène Sue par François G.G. Lepaule. Paris, musée Carnavalet
Eugène Sue par François G.G. Lepaule. Paris, musée Carnavalet

Le roman, domaine du rêve et de l'expression des passions, triomphe avec deux génies : Stendhal (1783-1842) et Honoré de Balzac (1799-1850). L'histoire, élan du sentiment national, consolation des revers militaires, voire refuge de l'imagination, triomphe. Mais en même temps, elle se forge une méthode qui deviendra scientifique, une fois finis les égarements romantiques, notamment avec la fondation de l'Ecole des chartes en 1827. François Guizot (1787-1874), Augustin Thierry (1795-1856) équilibrent érudition et imagination, ce que ne fait pas Michelet (1798-1874), disciple de Vico, lyrique emporté par des passions (Histoire de France). Alexis de Tocqueville (1805-1859) est doué d'un sens politique génial. L'utopique Saint-Simon veut édifier une religion de l'humanité dont les savants seraient les prêtres. Le rêve de phalanstère de Charles Fourier touchera George Sand et Zola ; Louis Blanc et surtout Pierre Joseph Proudhon (1809-1865) prônent le socialisme.

Honoré de Balzac
Honoré de Balzac
Honoré de Balzac
Honoré de Balzac
François Guizot
François Guizot
Jules Michelet
Jules Michelet
Alexis de Tocqueville par Théodore Chassériau (1850)
Alexis de Tocqueville par Théodore Chassériau (1850)
Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825)
Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825)
Charles Fourier
Charles Fourier
Pierre Joseph Proudhon (1809-1865
Pierre Joseph Proudhon (1809-1865

2.2.2. Les sciences

L'enthousiasme du XVIIIè siècle s'accentue au XIXè pour les spéculations mathématiques (Lagrange, Monge, Lazare Carnot, Laplace), la physique (Arago découvre la théorie des couleurs complémentaires en1811, Ampère, Fresnel, Gay-Lussac), la chimie (Lavoisier, Ampère, Berthollet, Sainte Claire Deville), la zoologie, la géologie et la botanique (Lamarck, Cuvier, créateur de la paléontologie, Geoffroy Saint-Hilaire).

Lazare Carnot. Mathématicien et grand révolutionnaire. Collection école polytechnique
Lazare Carnot. Mathématicien et grand révolutionnaire. Collection école polytechnique
Joseph Louis Lagrange. (1736-1813)
Joseph Louis Lagrange. (1736-1813)
Gaspar Monge. Collection Ă©cole polytechnique
Gaspar Monge. Collection Ă©cole polytechnique
Georges Léopold Chrétien Frédéric Dagobert, baron Cuvier (1769-1832). Portrait par Mathieu Ignace van Brée, 1798
Georges Léopold Chrétien Frédéric Dagobert, baron Cuvier (1769-1832). Portrait par Mathieu Ignace van Brée, 1798
Etienne Geoffroy Saint Hilaire (1772 - 1844
Etienne Geoffroy Saint Hilaire (1772 - 1844
Claude Berthollet. Collection Ă©cole polytechnique
Claude Berthollet. Collection Ă©cole polytechnique

2.2.3. La musique

L'opéra traditionnel se maintient jusqu'à la Restauration avec l'Italien Cherubini (1760-1842), Méhul, Spontini, Boieldieu. Rossini aura, en 1823, la direction du Théâtre italien. Paris, après la Révolution, reprend vite son prestige de ville musicale, et le milieu romantique littéraire et mondain attire Chopin (1810-1849) et Liszt (1811-1886), qui, avec Berlioz (1803-1869), seront les musiciens d'avant-garde ; mais les Français inclinent vers la mélodie italienne et le ballet (Gisèle d'A. Adam). Giacomo Meyerbeer, Allemand italianisé, crée à Paris en 1831, un opéra romantique, « Robert le Diable ». Halévy est son disciple.

Jean-Auguste-Dominique Ingres : Luigi Cherubini et la Muse de la poésie lyrique. 1842. Huile sur toile. Louvre, Paris, France
Jean-Auguste-Dominique Ingres : Luigi Cherubini et la Muse de la poésie lyrique. 1842. Huile sur toile. Louvre, Paris, France
François Adrien Boieldieu (1775-1834)
François Adrien Boieldieu (1775-1834)
Frédéric Chopin : portrait (photo) en 1848
Frédéric Chopin : portrait (photo) en 1848
Franz Liszt : Portait par Wilhelm von Kaulbac
Franz Liszt : Portait par Wilhelm von Kaulbac
Giacomo Meyerbeer
Giacomo Meyerbeer

2.2.4. LÂ’histoire artistique

La coupure entre les artistes et la doctrine officielle de l'art académique, qui influencera la majeure partie d'un public retardataire (Berlioz et Delacroix souffrent toute leur vie de l'incompréhension du « bourgeois »), s'accentue au long du siècle. Le drame de l'artiste seul en face de la société qui le rejette se noue vers 1830.

Le Français reste, par un goût de ne pas être dupe de soi (Musset), et par celui de la lucidité qu'il abdique rarement (Berlioz, Balzac, Delacroix), un romantique de mode ; Chateaubriand jeune, Victor Hugo et Michelet sont les seuls romantiques de passion. Dès 1850, d'ailleurs, la réaction est générale.

Les musées ont une grande importance, avec la création de 22 musées départementaux par le Premier consul. Capitale est l'importance du Louvre où, jusqu'en 1815, s'accumulent les trésors pris par Napoléon dans ses conquêtes. Les oeuvres rendues après le congrès de Vienne, le musée s'enrichit des collections espagnoles de Louis-Philippe, que le roi reprendra en 1848. En 1818, le Luxembourg devient le musée moderne. Versailles est dévolu par Louis-Philippe aux gloires de la France. A. Lenoir, dans le musée des Monuments français (1796-1816), malgré des erreurs d'époque, sauve tout ce qui n'avait pas été détruit par le vandalisme révolutionnaire.



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)