B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

L’art en France au XVIIIè siècle

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

6. La gravure

La taille-douce est le procédé courant, les sujets de genre et de moeurs surpassent tous les autres. Les familles de graveurs continuent au XVIIIè : les Audran, Tardieu, Aveline, Baron, Duvivier, Tournay... De grands ateliers se forment, sous la direction de J. Ph. Le Bas et J.-G. Wille. Les estampes se vendent rue Saint-Jacques, et les marchands éditent des catalogues de leurs fonds ; Odieuvre (1711), Tardieu (1747), Moyreau (1749), Joullain (1760), Basan (1765), etc…

De grands recueils d'estampes sont publiés : la galerie du Luxembourg, en 1710, le recueil Crozat (1732 et 1742), qui reproduit les plus beaux dessins et tableaux conservés en France, avec des notices de J.-P. Mariette. Enfin, le recueil de Jullienne, d'après l'oeuvre de Watteau, est achevé en 1735. Chardin fut gravé par Cochin le Père (1688-1754), également brillant traducteur de Watteau, Lancret, C: A. Coypel et J.F. de Troy. Cochin le Fils (1715-1790), auteur des Menus-Plaisirs (1739), dessine les cérémonies et les fêtes de la Cour. Boucher sera copié pendant un demi-siècle par tous les graveurs.

Charles-Nicolas Cochin le Père (1688-1754) : l’Académie des Sciences et des beaux-arts par Sébastien Leclerc. Gravure
Charles-Nicolas Cochin le Père (1688-1754) : l'Académie des Sciences et des beaux-arts par Sébastien Leclerc. Gravure
Charles-Nicolas Cochin le Fils (1715-1790) : portrait d’une jeune femme. Los Angeles, musée Paul Getty
Charles-Nicolas Cochin le Fils (1715-1790) : portrait d’une jeune femme. Los Angeles, musée Paul Getty

La « gravure en petit » triomphe après 1750, avec les vignettes des livres, et cette transformation de la technique s'adaptera mieux aux peintures de Greuze, aux gouaches de Baudouin et aux dessins de Moreau le Jeune. Les gravures en manière de crayon (inventées par François et reprises par le Liégeois Demarteau), de pastel ou de lavis sont utilisées dans la seconde moitié du XVIIIè. En 1736, les Gautier-Dagoty, Janinet et Debucourt emploient la gravure en couleurs. Vers 1780, la gravure en pointillé sert à N.-H. Regnault pour ses transcriptions de Fragonard (le coloriage à la main est réservé aux gravures de mode et aux images d'Epinal de chez Pellerin.

Arnaud-Eloi. Gautier d’Agoty : Écorché vu de dos. Manière noire en couleurs, 1773 (60 x 41 cm). Cette planche appartient aux quinze illustrant le Cours complet d’anatomie peint et gravé en couleurs naturelles et expliqué par M. Jadelot, professeur d’anatomie à Nancy. Paris, BNF
Arnaud-Eloi. Gautier d’Agoty : Écorché vu de dos. Manière noire en couleurs, 1773 (60 x 41 cm). Cette planche appartient aux quinze illustrant le Cours complet d’anatomie peint et gravé en couleurs naturelles et expliqué par M. Jadelot, professeur d’anatomie à Nancy. Paris, BNF
Nicolas Bernard Lépicié : La Maîtresse d’école. d’après une peinture de Jean-Baptiste Siméon Chardin  Burin, 1740 (22,5 x 21,3 cm). Paris, BNF, Estampes
Nicolas Bernard Lépicié : La Maîtresse d’école. d’après une peinture de Jean-Baptiste Siméon Chardin Burin, 1740 (22,5 x 21,3 cm). Paris, BNF, Estampes

Les portraits sont gravés par les Drevet et Jean Daullé (1703-1763), et les paysages par Jacques Rigaud (1681-v.1753), Moreau l'Aîné (1740-1806) et J. J. de Boissieu (1734-1810).

Jean Daullé (1703-1763) : Portrait de Jean Racine. 1762
Jean Daullé (1703-1763) : Portrait de Jean Racine. 1762
Jean Daullé (1703-1763) : Hyacinthe Rigaud. 1742
Jean Daullé (1703-1763) : Hyacinthe Rigaud. 1742
Jacques Rigaud (1681-v.1753) : le Bassin D’Encelade. Extrait du « Recueil Choisi des Plus Belles Vue des Palais, Châteaux et Maisons Royale de Paris ». Paris, Joubert et Brazin, vers 1780. Gravure originale colorée à une date ultérieure.
Jacques Rigaud (1681-v.1753) : le Bassin D'Encelade. Extrait du « Recueil Choisi des Plus Belles Vue des Palais, Châteaux et Maisons Royale de Paris ». Paris, Joubert et Brazin, vers 1780. Gravure originale colorée à une date ultérieure.
Jean Jacques de Boissieu (1734-1810) : Le champ de blé. 1772 . Eau-forte d’après Ruysdael, tirée du Cabinet de Monsieur le Comte de Baudouin
Jean Jacques de Boissieu (1734-1810) : Le champ de blé. 1772 . Eau-forte d'après Ruysdael, tirée du Cabinet de Monsieur le Comte de Baudouin

Les graveurs d'ornement sont très nombreux : Cochin le Fils, Augustin de Saint-Aubin, Gravelot, mais P.-Ph. Choffard (1730-1809) est le meilleur ornemaniste de la « petite estampe ».

Augustin de Saint-Aubin (1736-1807) : Benjamin Franklin, 1777. Gravure d’après un dessin de Charles Chochin
Augustin de Saint-Aubin (1736-1807) : Benjamin Franklin, 1777. Gravure d’après un dessin de Charles Chochin
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)