B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

L’impressionnisme (Histoire de l’art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Les évènements de l’impressionnisme

Introduction : L’impressionnisme, école ou mouvement ?
Du salon des Refusés à la première exposition : 1863-1874
Genèse du « mouvement »
L’exposition de 1874
Les autres expositions et la dislocation du groupe

4.5. Les autres expositions et la dislocation du groupe

4.5.1. Les expositions

Mais cet échec ne décourage pas les peintres. Les expositions impressionnistes se succèdent à peu près d’année en année : la seconde et la troisième en 1876 et 1877 ; la quatrième en 1879, suivie d'une autre à chacune des années suivantes, jusqu'à la septième en 1882. En 1886 aura lieu la huitième et dernière.

La troisième exposition en 1877, rue Le Peletier, présente les plus belles toiles de Sisley, dont « l'Inondation à Port Marly », et les plus éblouissants Renoir, dont la « Balançoire » et « le Bal du Moulin de la Galette ».

Claude Monet : bateaux quittant le port, Le Havre. 1874. Huile sur toile, 101 x 60 cm. Collection privé
Claude Monet : bateaux quittant le port, Le Havre. 1874. Huile sur toile, 101 x 60 cm. Collection privé
Auguste Renoir : le moulin de la Galette. 1876. Huile sur toile, 131 x 175 cm. Paris, musée d’Orsay
Auguste Renoir : le moulin de la Galette. 1876. Huile sur toile, 131 x 175 cm. Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley : Alfred Sisley : l’inondation à Port Marly. 1876. Huile sur toile, 60 x 81 cm. Paris, Musée d’Orsay
Alfred Sisley : Alfred Sisley : l’inondation à Port Marly. 1876. Huile sur toile, 60 x 81 cm. Paris, Musée d’Orsay
Alfred Sisley : Bords de Seine en Automne. 1876. Huile sur toile, 46,5 x 65,4 cm. Francfort Städelsches Kunstinstitu
Alfred Sisley : Bords de Seine en Automne. 1876. Huile sur toile, 46,5 x 65,4 cm. Francfort Städelsches Kunstinstitu

Les temps restent durs pour les artistes, toujours aussi rejeté et critiqués, en dehors d’un petit cercle d’intimes et d’initiés. Ainsi en 1878, à la vente de la « collection Hoschedé », les prix des toiles impressionnistes sont aux prix les plus bas qu'ils devaient jamais descendre : les Manet se vendent de 500 à 800 francs ; les Monet de 50 à 505 francs ; un Renoir fait 31 francs, un Pissarro 7 francs !

Camille Pissarro : coteau de l’ermitage, Pontoise. 1873. Huile sur toile, 73 cm x 61 cm. Paris, Musée d’Orsay
Camille Pissarro : coteau de l'ermitage, Pontoise. 1873. Huile sur toile, 73 cm x 61 cm. Paris, Musée d’Orsay
Claude Monet : La gare de Saint-Lazare, vue extérieure. 1877. Huile sur toile. Collection particulièr
Claude Monet : La gare de Saint-Lazare, vue extérieure. 1877. Huile sur toile. Collection particulièr
Edouard Manet : La Rue Mosnier aux paveurs. 1878. Huile sur toile, 64 cm x 80 cm. Cambridge, Fitzwilliam Museu
Edouard Manet : La Rue Mosnier aux paveurs. 1878. Huile sur toile, 64 cm x 80 cm. Cambridge, Fitzwilliam Museu
Armand Guillaumin : paysage de neige à Crozant. Vers 1895. Huile sur toile, 60 x 73 cm. Le Havre, musée André Malraux
Armand Guillaumin : paysage de neige à Crozant. Vers 1895. Huile sur toile, 60 x 73 cm. Le Havre, musée André Malraux
Berthe Morisot : sur l’herbe, Edma et ses enfants. 1874. Paris, petit Palais
Berthe Morisot : sur l’herbe, Edma et ses enfants. 1874. Paris, petit Palais

Mais peu à peu, et surtout à partir de 1880, que l’opinion commence à virer de bord et que quelques critiques soutiennent leur art dans leurs papiers comme Théodore Durer et Georges Rivière. Et même si leurs ennemis ne désarment pas, Renoir et Monet trouvent un amical accueil chez Charpentier, l'éditeur de Zola et de Daudet. Renoir devient le familier de la famille Bérard. Manet obtient une médaille au Salon de 1881 et, l'année suivante, la Légion d'honneur, grâce à son ami Antonin Proust, ministre des Beaux Arts dans le ministère Gambetta. Le Salon s’ouvre à Renoir et admet son « portrait de Jeanne Samory » et celui de « Madame Charpentier et ses enfants ». Mais on continue à bouder Pissarro et Sisley. Quant à Cézanne, il demeure plus longtemps encore un objet d'horreur.

Auguste Renoir : madame Georges Charpentier (Marguerite-Louise Lemonnier, 1848-1904) et ses enfants, Georgette-Berthe (1872-1945) et Paul-Emile-Charles (1875-1895). 1878. Huile sur toile. New York, Metropolitan Museum of Art
Auguste Renoir : madame Georges Charpentier (Marguerite-Louise Lemonnier, 1848-1904) et ses enfants, Georgette-Berthe (1872-1945) et Paul-Emile-Charles (1875-1895). 1878. Huile sur toile. New York, Metropolitan Museum of Art
Edouard Manet : La musique aux Tuileries. 1862. Huile sur toile, 76 x 118 cm. Londres, National Gallery
Edouard Manet : La musique aux Tuileries. 1862. Huile sur toile, 76 x 118 cm. Londres, National Gallery

4.5.2. Dissensions et défections

Plus grave : d’interminables et incessantes dissensions et chamailleries agitent le groupe : aux réunions du café Guerbois succèdent celles du café de la Nouvelle Athènes, place Pigalle, mais que les « anciens » ne fréquentent plus, préférant leur banlieue parisienne ;

Renoir et Sisley sont absents de la quatrième exposition (1879) où apparaît un nouveau venu, Paul Gauguin. A l’expo de 1880, en plus de Renoir et Sisley, manquent Monet et Cézanne qui préfèrent exposer au Salon… Degas, quant à lui, continue à affirmer la domination du dessin par rapport à la couleur, et se refuse à peindre en plein air. Renoir quitte le mouvement au cours des années 1880, avant de le rejoindre à nouveau, mais sans jamais regagner totalement la confiance de ses membres. Edouard Manet lui-même, l'un des fondateurs du groupe, se refuse à exposer ses œuvres avec les autres impressionnistes, préférant continuer à insister pour entrer au Salon de Paris.

Auguste Renoir : Les Canotiers à Chatou (1879) Washington National Gallery of art
Auguste Renoir : Les Canotiers à Chatou (1879) Washington National Gallery of art
Edgar Degas : Portraits à la Bourse. 1878-1879. Huile sur toile, 100 cm x 82 cm. Paris, musée d’Orsay
Edgar Degas : Portraits à la Bourse. 1878-1879. Huile sur toile, 100 cm x 82 cm. Paris, musée d'Orsay
Paul Gaugin : La Fenaison en Bretagne. 1888. Huile sur toile, 73 cm x 92 cm. Paris, musée d’Orsay
Paul Gaugin : La Fenaison en Bretagne. 1888. Huile sur toile, 73 cm x 92 cm. Paris, musée d'Orsay
Eva Gonzales (1849-1883) : la Plage de Dieppe vue du château. 1871. Huile sur toile, 28,5 x 70 cm. Château-Musée, Dieppe
Eva Gonzales (1849-1883) : la Plage de Dieppe vue du château. 1871. Huile sur toile, 28,5 x 70 cm. Château-Musée, Dieppe
Paul Cézanne : Le Pont de Maincy. 1879. Huile sur toile, 58 cm x 72 cm. Paris, musée d’Orsay
Paul Cézanne : Le Pont de Maincy. 1879. Huile sur toile, 58 cm x 72 cm. Paris, musée d'Orsay

Le groupe part peu à peu à veau l’eau, miné de plus par les disputes quant à qui mérite ou non le statut de membre, et malgré les généreux efforts de Pissarro (le seul artiste présent aux huit Expositions) pour en maintenir la cohésion. A la huitième et dernière exposition (1886) qui se tient au-dessus du restaurant de la « maison Dorée », rue Laffitte, Renoir, Monet, Sisley, Caillebotte sont absents, mais apparaissent de nouveaux artistes, parmi lesquels Odilon Redon, Paul Signac et Georges Seurat. Mais Redon introduit dans la peinture la dimension mais métaphysique, ressort de l'imagination et du rêve, alors que Seurat et Signac, poussant l’impressionniste au bout de sa logique, inventent le néo-impressionnisme. La grande période de l’impressionniste s’achève alors, et d’autres choses vont naître, qui n’auraient pas existé sans lui et sans le génie de quelques artistes formés à son école, et dont Cézanne, le père de la peinture moderne, est l’exemple le plus accompli.

Alfred Sisley : Alfred Sisley : pont à Villeneuve la Garenne. 1872. Huile sur toile. New York, collection Ittleson
Alfred Sisley : Alfred Sisley : pont à Villeneuve la Garenne. 1872. Huile sur toile. New York, collection Ittleson
Camille Pissarro : bois de châtaigniers à Louveciennes. 1872. Huile sur toile 41 x 54 cm. Collection particulière
Camille Pissarro : bois de châtaigniers à Louveciennes. 1872. Huile sur toile 41 x 54 cm. Collection particulière
Odilon Redon : Portrait de Violette Heymann. 1910. Pastel, 72 × 92 cm. Cleveland, Museum of Ar
Odilon Redon : Portrait de Violette Heymann. 1910. Pastel, 72 × 92 cm. Cleveland, Museum of Ar
Georges Seurat : la Seine, à la Grande Jatte au printemps. 1888. Huile sur toile, 65 x 82 cm. Bruxelles, Musées Royaux des Beaux Arts
Georges Seurat : la Seine, à la Grande Jatte au printemps. 1888. Huile sur toile, 65 x 82 cm. Bruxelles, Musées Royaux des Beaux Arts
Paul Signac : le port de Saint Tropez. 189. Huile sur toile. Saint Tropez, Musée de l’Annonciade
Paul Signac : le port de Saint Tropez. 189. Huile sur toile. Saint Tropez, Musée de l'Annonciade

4.5.3. L’aube de la reconnaissance

Malgré ces désaccords et l’hostilité toujours aussi vive des « Officiels », les artistes impressionnistes gagnent peu à peu l'acceptation du public comme de leurs pairs, notamment grâce au marchand d'art Paul Durand-Ruel, qui les fait exposer à Londres et New York. Renoir finit par accéder à une relative sécurité financière en 1879, suivi par Monet au début des années 1880 et Pissaro dans les années 1890…

Auguste Renoir : Chemin montant dans les hautes herbes. 1874-1876. Huile sur toile, 60 x 74 cm. Paris, Musée d’Orsay
Auguste Renoir : Chemin montant dans les hautes herbes. 1874-1876. Huile sur toile, 60 x 74 cm. Paris, Musée d’Orsay
Claude Monet : La cathédrale de Rouen. Le portail et la tour St-Romain, plein soleil. Harmonie bleue et or. 1894. Huile sur toile. Paris, Musée d’Orsay
Claude Monet : La cathédrale de Rouen. Le portail et la tour St-Romain, plein soleil. Harmonie bleue et or. 1894. Huile sur toile. Paris, Musée d'Orsay
Claude Monet : les coquelicots à Argenteuil. 1873. Huile sur toile, 50 x 65 cm. Paris, Musée d Orsay
Claude Monet : les coquelicots à Argenteuil. 1873. Huile sur toile, 50 x 65 cm. Paris, Musée d Orsay
Camille Pissarro : Boulevard des Italiens, matin, soleil. 1897. Huile sur toile, 92 cm x 73 cm. Washington, National Gallery of Art
Camille Pissarro : Boulevard des Italiens, matin, soleil. 1897. Huile sur toile, 92 cm x 73 cm. Washington, National Gallery of Art

Mais les difficultés subsistent : Sisley meurt en 1899 dans la pauvreté ; en 1890, l'Etat refuse le don de « l'Olympia » de Manet au Louvre. Monet doit ouvrir une souscription publique pour acheter l'œuvre et l'offrir à l'Etat, et il faudra toute l’autorité de Clemenceau pour que la toile passe du Luxembourg au Louvre.

Plus radical sera le refus en 1894 du fameux « legs Caillebotte », refus soutenu par l'Institut et son véhément porte parole, Jean Léon Gérôme : en 1876, Caillebotte avait fait don par testament de sa collection. Om décède en 1894 d'une attaque d'apoplexie. Mais académistes, conduits par Gérôme, tentent d'empêcher l'entrée dans le patrimoine artistique de la France des œuvres impressionnistes qui furent constamment refusées au Salon Officiel (particulièrement celles de Cézanne) et l'Institut de France refuse dans un premier temps le legs Caillebotte aux Musées Nationaux.

Gustave Caillebotte : Les raboteurs de parquet. 1875. Paris, Musée d’Orsay
Gustave Caillebotte : Les raboteurs de parquet. 1875. Paris, Musée d'Orsay
Claude Monet : Gare Saint-Lazare. 1877. Paris, Musée d’Orsay
Claude Monet : Gare Saint-Lazare. 1877. Paris, Musée d'Orsay

L'Etat finit par obliger en 1896, après de nombreuses démarches de Renoir, les Musées Nationaux à sélectionner dans le legs Caillebotte les toiles « dignes de figurer » au musée du Luxembourg. Les Musées refusent cependant parmi ces « dérives d'un art malsain » 27 des 67 tableaux de la collection, acceptant 7 pastels de Degas, 8 Monet, 6 Renoir, 7 Pissarro, 5 Sisley, 2 Cézanne et 2 Caillebotte. Les œuvres sont exposées dans une annexe du musée du Luxembourg en 1897. L'exposition suscite de violents remous et provoque un scandale politique à l'instigation de Gérôme et de 17 de ses collègues, membres de l'Institut. Le Sénat sera même saisi de l'affaire. La collection ne sera intégrée au Louvre qu'en 1928, et se trouve aujourd'hui au Musée d'Orsay. Les œuvres refusées sont rachetées par un certain Docteur Barnes. Parmi les chefs d’œuvres de ce legs se trouvent la « leçon de Danse » de Degas du Metropolitan Museum, la « cour de Ferme à Auvers » et « l’Estaque vue du golfe de Marseille » (1878-79) de Cézanne, les « Rochers de Belle Ile » (1886), « les Tuileroes » (1875), les « Régates à Argenteuil » (vers 1872), « le Déjeuner » (1872-74), « Un coin d’Appartement » (1875), « Eglise de Vétheuil, neige (1878-79), « le givre » (1880), de Monet ; « les régates à Moseley » (1874) de Sisley ; « Le lavoir, Pontoise » (1872), « La moisson à Montfaucault » (1876) de Pissarro ; « La Seine à Champrosay » (1876), le « Pont du chemin de fer à Chatou » (1881), « Le bal du Moulin de la Galette » (1876), « La balançoire » (1876), « Etude de torse » (1876), la liseuse » (1874) de Renoir ; toutes ces œuvres se trouvent au musée d’Orsay.

Gustave Caillebotte : Le pont d’Argenteuil. Huile sur toile. New York, Metropolitan Museum of Art.
Gustave Caillebotte : Le pont d'Argenteuil. Huile sur toile. New York, Metropolitan Museum of Art.
Claude Monet : le pont d’Argenteuil. 1874. Huile sur toile, 60 x 80 cm. Paris, Musée d’Orsay. Cette toile fut dégradée lors de la « Nuit blanche » du 7 octobre 2007
Claude Monet : le pont d’Argenteuil. 1874. Huile sur toile, 60 x 80 cm. Paris, Musée d’Orsay. Cette toile fut dégradée lors de la « Nuit blanche » du 7 octobre 2007
Auguste Renoir : jeunes filles au piano. 1892. Huile sur toile. Paris, Musée d’Orsay. Ce tableau a été commandé par la direction des Beaux-Arts. Il existe plusieurs autres versions de l’œuvre, dans la collection Walter-Guillaume (Musée de l’Orangerie), au Metropolitan Museum de New York et dans différentes collections particulières
Auguste Renoir : jeunes filles au piano. 1892. Huile sur toile. Paris, Musée d’Orsay. Ce tableau a été commandé par la direction des Beaux-Arts. Il existe plusieurs autres versions de l'œuvre, dans la collection Walter-Guillaume (Musée de l'Orangerie), au Metropolitan Museum de New York et dans différentes collections particulières
Auguste Renoir : jeune fille lisant. 1874-1876. Huile sur toile, 46,5 x 38,5 cm. Paris, Musée d’Orsay
Auguste Renoir : jeune fille lisant. 1874-1876. Huile sur toile, 46,5 x 38,5 cm. Paris, Musée d’Orsay
Auguste Renoir : étude de torse. Vers 1876. Huile sur toile, 65 cm x 81 cm. Paris, Musée d’Orsay
Auguste Renoir : étude de torse. Vers 1876. Huile sur toile, 65 cm x 81 cm. Paris, Musée d’Orsay
Paul Cézanne : Cour de ferme à Auvers. 1879-1880. Huile sur toile, 65 cm x 54 cm. Paris, musée d’Orsay
Paul Cézanne : Cour de ferme à Auvers. 1879-1880. Huile sur toile, 65 cm x 54 cm. Paris, musée d'Orsay
Alfred Sisley : les régates à Moseley. 1874. Huile sur toile, 92 cm x 66 cm. Paris, Musée d’Orsay
Alfred Sisley : les régates à Moseley. 1874. Huile sur toile, 92 cm x 66 cm. Paris, Musée d’Orsay
Edouard Manet : en bateau. 1874. New York, Metropolitan museum
Edouard Manet : en bateau. 1874. New York, Metropolitan museum


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)