B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Les « Primitifs » italiens (Histoire de l'art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. L’école de Rimini

Généralités
Artistes et œuvres

5.2. Artistes et œuvres

5.2.1. Giovanni da Rimini

Peintre italien, actif entre 1292 et 1309, Giobvanni da Rimini est le chef de l'école qui fleurira à Rimini dans la première moitié du XIVe siècle. On lui attribue de nombreuses œuvres :

  • un Crucifix signé et daté de 1309 se trouvant à l'église San Francesco de Mercatello ;
  • un diptyque avec des scènes de la vie des saints Jean, Catherine et François (collection du duc de Northumberland à Alnwick Castle) et des scènes de la vie du Christ (Rome, Galleria Nazionale d'Arte Antica) ;
  • un crucifix (Rimini Pinacothèque) ;
  • les fresques du cycle de la vie de la Vierge de la chapelle du Campanile de l’église San Francesco de Rimini ;
  • un retable de l’Assomption dont il reste quelques panneaux (Musée du Louvre)…

Giovanni da Rimini est l’un des interprètes les plus originaux de l'art de Giotto, qu’il a probablement fréquenté entre 1300 et 1303.

Giovanni da Rimini : Histoires de la vie du Christ. Vers 1305. Tempera sur panneau de bois, 52,5 x 34,5 cm. Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica
Giovanni da Rimini : Histoires de la vie du Christ. Vers 1305. Tempera sur panneau de bois, 52,5 x 34,5 cm. Rome, Galleria Nazionale d'Arte Antica

Ce panneau a longtemps été attribué à Giotto, puis à un disciple de Giotto. Ce n’est qu’en 1935 que son auteur a été reconnu comme étant Giovanni da Rimini, l'un des plus importants représentant du style giottesque à Rimini. Il date des années 1304-1305 et montre clairement l’influence subie par le peintre, qui à sans doute bien connu Giotto, puisque ce dernier a travaillé entre 1300 et 1303 au « Tempio Malatestiano » de Rimini.

Ce panneau constitue l’autre moitié d'un diptyque dont l’autre partie, qui illustre des scènes de la vie de la Vierge et des saints, se trouve à Alnwick Castle dans la collection du duc de Northumberland (Angleterre).

Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : l’Ange apparaît à Joachim et la naissance de la Vierge. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : l'Ange apparaît à Joachim et la naissance de la Vierge. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre

Ce panneau appartient à un ensemble aujourd’hui incomplet évoquant douze évènements de la vie de la Vierge : l'Ange apparaît à Joachim, la Naissance de la Vierge, la Présentation de la Vierge au Temple, la Vierge montant les marches du Temple, saint Joseph et les prétendants, le mariage de la Vierge, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple, la circoncision, la fuite en Egypte, Jésus parmi les docteurs… Ces scènes sont inspirées par la célèbre « Légende Dorée » de Jacques de Voragine.

Ces douze scènes faisaient partie d’un d’un retable dont on ignore la provenance, et encadraient un grand panneau central sculpté ou peint, peut-être une Annonciation, qui manque à cette séquence chronologique de la vie de la Vierge. Influencé par la peinture vénitienne et la culture padouane, visiblement au courant des nouveautés toscanes, le peintre pourrait être Giovanni da Rimini, originaire de Rome, présent à Padoue de 1441 à 1442.

Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la Présentation de la Vierge au Temple et la Vierge montant les degrés du Temple. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la Présentation de la Vierge au Temple et la Vierge montant les degrés du Temple. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la présentation de Jésus au temple et la Circoncision. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la présentation de Jésus au temple et la Circoncision. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la fuite en Egypte et Jésus parmi les docteurs au Temple. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Cycle de la vie de la vierge : la fuite en Egypte et Jésus parmi les docteurs au Temple. Entre 1440 et 1450. Huile sur bois, 30 cm x 59 cm. Paris, Musée du Louvre
Giovanni da Rimini : Crucifix de l’église San Francesco de Mercatello. Vers 130
Giovanni da Rimini : Crucifix de l'église San Francesco de Mercatello. Vers 130

5.2.2. Maître de la Vie de Saint Jean Baptiste

Peintre actif entre 1325 et 1350 à Rimini.

Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art
Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art

Ce tableau faisait partie d'un grand retable qui a été démembré et dispersé à une date inconnue. Au centre se trouvait une Vierge à l'enfant (National Gallery of Art, Washington) flanquée de scènes de la vie de Saint Jean-Baptiste. Les autres scènes représentent la rencontre entre le Baptiste et l'ange Uriel (Vatican), l'annonce à Zacharie (Street Collection de Bath), la naissance de Jean-Baptiste et le Baptême du Christ (National Gallery of Art, Washington), Saint Jean interrogé par les pharisiens (Seattle Museum of Art), saiont Jean en prison (Londres), la décapitation de Jean-Baptiste (Metropolitan Museum of Art, New York), et Saint Jean dans les limbes (Florence, Loeser Collection).

Le panneau du Vatican représente la rencontre entre le Baptiste et l'ange Uriel sur la Montagne de pénitence en Jordanie (suggéré par l'eau jaillissant sur la droite) et sa vocation précoce à l'âge de sept ans. Sur la gauche, Saint Jean, enfant, est accompagné d’un ange qui de son bras indiques l’épisode suivant : Jean adulte en prière sur la montagne.

 Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art
Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art

Ce panneau fait partie d’un sous-ensemble relatant l’enfance et le baptême du Christ, avec d’autres panneaux qui se trouvent dispersés dans divers musées. Le retable en sa totalité illustrait la vie de Jean-Baptiste et a peut-être été commandé pour un baptistère. Ce qui permet d’identifier les différents panneaux dispersés du retable, ce sont les auréoles quasi identiques que portent les différents saints personnages. De tels indices permettent souvent à l’identification d’œuvres réalisées dans un même et seul atelier et à la reconstitution des œuvres qui ont été démontées et dispersées.

Le panneau ci-dessus dépeint trois événements distincts de la petite enfance du Baptiste. Tout d'abord, deux femmes admirent le nouveau né, alors qu'un enfant épie derrière la porte. Ensuite, le père de Jean, Zacharie, rendu muet, écrit « son nom est Jean » sur un parchemin. Tout en écrivant il recouvre la parole, qui lui avait été prise parce qu'il doutait de la promesse de Dieu, celle de la conception de son épouse malgré son grand âge. A ses côtés, un témoin regarde à droite la troisième scène, celle de la circoncision de Jean.

Ce panneau narratif avec ses figures très simples trahit l’influence de Giotto. Mais les couleurs fortement contrastées et riches en détails, les motifs de fond, les lourds rideaux et la décoration architecturale démontrent l’originalité de ce « Maître de la vie de Jean Baptiste ».

 Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art. Ce panneau fait lui aussi partie du retable illustrant la vie de Jean-Baptiste et décrit le baptème du Christ par Jean
Maître de la vie se Saint Jean Baptiste : Scènes de la vie de Saint Jean Baptiste. Vers 1330-1340. Tempera sur panneau, 49 x 41 cm. Washington, National Gallery of Art. Ce panneau fait lui aussi partie du retable illustrant la vie de Jean-Baptiste et décrit le baptème du Christ par Jean

5.2.3. Maître de la Résurrection « Noli me tangere »

Crucifixion avec saints et « Noli Me Tangere ». Vers 1350. Tempera et or sur bois, 56 x 38 cm. Vatican, Pinacothèque
Crucifixion avec saints et « Noli Me Tangere ». Vers 1350. Tempera et or sur bois, 56 x 38 cm. Vatican, Pinacothèque

Cette oeuvre est attribuée à l'école de Rimini, essentiellement parce qu'elle peut être comparée à un polyptyque du Museo Civico de Rimini. C’était probablement un retable de l'autel dédié à Sainte Marie Madeleine, qui occupe une place très importante dans les deux parties qui composent le panneau.

Le panneau est divisé horizontalement en deux parties. En haut est représentée la Crucifixion avec saint Pierre et saint Paul sur les côtés, saint Jean et les femmes au pied de la croix ; autour de celle-ci, de nombreux anges qui rappellent les figures d'anges créés d'abord par Giotto, comme les anges de la fresque de la Lamentation sur le Christ mort dans la Chapelle des Scrovegni à Padoue, ou dans le Retable Stefaneschi du Vatican. Ces anges sont capables d'exprimer des émotions, et dans ce cas précis, le chagrin.

En bas du panneau est peinte une double scène : les trois femmes au sépulcre et le « Noli me tangere ». L'ange assis sur le tombeau est différent dans l'apparence et la taille et il est plus distingué que les anges de la Crucifixion. Il a un rôle actif et important dans la scène, qui relie les deux parties. Il n'est donc pas représenté comme les anges de la partie supérieure, et, contrairement à eux, il a les jambes.

5.2.4. Pietro da Rimini

C’est à partir du Crucifix qui porte sa signature (Urbania, Chiesa dei Morti), qu’il a été possible de reconstituer la personnalité de Pietro da Rimini, actif entre 1300 et 1350, la plus forte et la plus influente de la seconde génération de peintres de l'école de Rimini. Ce Crucifix, réalisé vers 1320, est très proche dans sa conception, dans le modelé et le délicat clair-obscur, dans le traitement de l'anatomie, à une œuvre similaire attribuée à Pietro Lorenzetti (Cortona, Museo Diocesano). La lourdeur du gigantesque corps crucifié contraste avec la fragilité des bras tendus, renforçant ainsi le pathos du thème. La précision des traits du visage, le traitement des cheveux et du périzonium semi-transparent dénotent une technique picturale raffinée.

On retrouve d’ailleurs ce raffinement d'une luminosité tendre et unie, dans les admirables fresques (exécutées vers 1330) de la chapelle Santa Chiara de Ravenne : Annonciation, Nativité, Adoration des mages, Crucifixion, Baptême du Christ, Jardin des Oliviers, Saints ; les Évangélistes et les Docteurs de la voûte ont été transportés au musée de Ravenne.

Il est l’auteur d’autres fresques : son nom et la date 1333 ont été lus autrefois sur une fresque figurant Saint François à l'église San Niccoló de Jesi (maintenant au couvent San Francesco de Montottone) ; de nombreux critiques lui attribuent la paternité ou la responsabilité principale de plusieurs cycles de fresques : le chœur de San Pietro in Sylvis à Bagnacavallo, les fresques de l'abbaye de Pomposa, l'ensemble mural considérable du Cappellone de San Nicolà à Tolentino, et les fresques de Santa Maria in Portofuori à Ravenne, détruites en 1944. Ainsi, Pietro da Rimini apparaît comme la personnalité majeure, après Giovanni, de l'école de Rimini.

Il est enfin l’auteur de quelques panneaux illustrant la puissante évolution de sa carrière : la Déposition de croix du Louvre, un diptyque avec la Dormition de la Vierge et la Crucifixion de Hambourg, des Scènes de la vie du Christ de Berlin et de Madrid (musée Tyssen-Bornemisza), un Christ au jardin des Oliviers de la collection Henckell de Wiesbaden.

Pietro da Rimini : La nativité et autres scènes de l’enfance du Christ. Vers 1330. Tempera sur panneau de bois, 17 x 20 cm. Pedralbes, Fundación Colección Thyssen-Bornemisza
Pietro da Rimini : La nativité et autres scènes de l’enfance du Christ. Vers 1330. Tempera sur panneau de bois, 17 x 20 cm. Pedralbes, Fundación Colección Thyssen-Bornemisza

Cette scène faisait probablement partie d'un groupe de panneaux consacrés à la vie du Christ ; elle regroupe en un seul espace divers épisodes de l'enfance du Christ, conférant ainsi un grand intérêt à la peinture narrative. Avec la Nativité (traitée de la manière traditionnelle, avec la Vierge couchée et Joseph sur un niveau inférieur), l'artiste a également inclus les bergers à l'arrière-plan, deux femmes qui lavent le nouveau-né et l'Adoration Des Mages.

Pietro da Rimini : Déposition de la croix. 1330s. bois, 43 x 35 cm.Paris, Musée du Louvre
Pietro da Rimini : Déposition de la croix. 1330s. bois, 43 x 35 cm.Paris, Musée du Louvre

Sur ce petit panneau, l'influence de Giotto est manifeste. Giotto a en effet séjourné à Rimini vers 1300.

Pietro da Rimini : La nativité. 1325-1530. Tempera sur panneau de bois, 20 x 16 cm. Collection privée
Pietro da Rimini : La nativité. 1325-1530. Tempera sur panneau de bois, 20 x 16 cm. Collection privée

L'iconographie de ce petit panneau, dans laquelle l'annonce aux bergers, la Nativité, et le bain de l'enfant sont tous représentés dans un même espace, trouve sa source dans l'art byzantin.

5.2.5. Giovanni Baronzio

Peintre italien actif entre 1340 et 1362, Giovanni Baronzio est l'un des principaux artistes de l'école de la Rimini. Il travaille à Rimini, où il est fortement influencé par les fresques de Giotto dont il interprète de manière originale les enseignements.

On conserve de lui un polyptyque signé et daté de 1345, représentant la Vierge et l’enfant, actuellement à la Galleria Nazionale delle Marche à Urbino. Dans ses œuvres, Baronzio témoigne d'une fidélité obstinée aux formules de la tradition locale, qu'il s'efforce de concilier avec un idéal giottesque entaché d'archaïsme.

Son œuvre reste aujourd’hui très discutée, car de nombreux panneaux de l'école de Rimini lui furent longtemps attribués. Aujourd’hui, la critique lui reconnaît :

  • Une série d'œuvres jadis groupées sous le nom de « Maître de l'Adoration Parry » : Adoration des mages du Courtauld Institute de Londres, scènes de la vie du Christ du musée de Berlin et de l’Accademia de Venise ;
  • Oeuvres du « pseudo-Baronzio » : scènes de la vie du Christ, de la Galleria Nazionale deRome et d’une collection particulière ;
  • Oeuvres du « Maître de la Vie de saint Jean-Baptiste » : polyptyque avec la Madone de la National Gallery de Washington ; scènes de la vie de saint Jean de la National Gallery de Washington, du Metropolitan Museum de New York, de la Pinacothèque du Vatican et du musée de Seattle.

Histoires de la vie de sainte Colombe

Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe : sainte Colomba sauvée par un ours. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera
Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe : sainte Colomba sauvée par un ours. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera

Autrefois ce panneau, avec deux autres panneaux représentant toutes les histoires de la vie de sainte Colombe, fut attribué à un peintre anonyme, le « Maître de Sainte Colomba ».

Les trois panneaux de la Brera peints par un maître anonyme, disciple de Giotto, représentent des scènes de la vie de sainte Colombe ; ils appartenaient à un triptyque, probablement exécuté pour la vieille cathédrale de Rimini, dédiée à Sainte Colomba et démolie en 1815. Le panneau appartenait à une composition à double face placée sur le maître-autel de la cathédrale. Les autres panneaux de l’œuvre se trouvent au Musée Jacquemart-André de Paris, à la Galleria Sabauda de Turin, et dans la collection Friedenthal à Ingenheim.

Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe, détail : sainte Colomba sauvée par un ours. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera
Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe, détail : sainte Colomba sauvée par un ours. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera

Sainte Colombe était une vierge de Sens, martyrisé sous le règne de l'empereur Aurélien. Enfermée pour être livrée à la prostitution, elle est sauvée de déshonneur par un ours. Le même animal la sauve à nouveau lorsqu’on tente de la brûler dans sa cellule. Finalement l'empereur, poussé par le démon, la fait traîner hors de la ville, où elle est décapitée par les soldats.

Dans les trois petits panneaux de la Brera, les principaux épisodes de cette légende sont représentés avec de subtiles variations dans la composition et le rythme.

Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe, détail : la décapitation de sainte Colomba. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera
Giovanni Baronzio : Scènes de la vie de sainte Colombe, détail : la décapitation de sainte Colomba. 1340s. Tempera sur bois, 53 x 55 cm. Milan, Pinacothèque de la Brera

Plus libre et plus animée, la composition de la décapitation de Saint Colombe est basée sur la répétition rythmique des personnages, des lances, des boucliers et des arbres. La ligne de collines trouve un écho dans le frêle corps de la sainte décapitée, ce qui constitue une élégante structure ondulante.

Polyptyque de Mercatello

Giovanni Baronzio : Polyptyque. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur

Le polyptyque est constituée de neuf panneaux représentant au centre la Madone avec l'Enfant et, sur les côtés, Catherine d'Alexandrie, Paul, Louis d’Angers, Pierre, Jean l’Evangéliste, François, l’archange Michel et Claire.

Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : la Madone. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : la Madone. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : Catherine d’Alexandrie, Paul, Louis d’Angers, Pierre. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : Catherine d'Alexandrie, Paul, Louis d’Angers, Pierre. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : Jean l’Evangéliste, François, l’archange Michel et Claire. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur
Giovanni Baronzio : Polyptyque, détail : Jean l’Evangéliste, François, l’archange Michel et Claire. Vers 1345. Tempera sur bois. Museo de Mercatello sul Metaur


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)