B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Les « Primitifs » italiens (Histoire de l'art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3.2. Peintres et œuvres

Le Maître de Tressa
Simone et Machilon
Dietisalvi de Speme
Guido di Graziano
Guido da Siena
Maître inconnu de la fresque du Palais Public
Duccio di Buoninsegna
Segna di Buonaventura
Maître du Palazzo Venezia
Niccolo di Segna
Ambrogio Lorenzetti
Pietro Lorenzetti
Ugolino da Nerio
Lippo Memmi
Ugolino Lorenzetti
Niccolo ser Sozzo
Lippo Vanni
Andrea Vanni
Bartolomeo Bulgarini
Barna da Siena
Luca di Tomme
Simone Martini
Bartolo di Fredi
Paolo di Giovanni Fei
Taddeo di Bartolo
Andrea di Bartolo
Martino di Bartolomeo
Sassetta
Giovanni di Paolo

3.2.28. Sassetta

3.2.28.1. Biographie

Sassetta, de son vrai nom Stefano di Giovanni di Consolo da Cortona (1394-1450), est peut-être le plus grand des peintres siennois du début du XVè siècle déjà pré-renaissant. Probablement élève de Paolo di Giovanni Fei, il est un peintre reconnu par ses condisciples autant à Sienne qu'à Florence.

Il mêle un conservatisme inné, en particulier dans ses structures architecturales, avec les formes délicates et sveltes de ses personnages du gothique international, et une conception de l'unité de l’espace pictural déjà de la première Renaissance. Son art allie onirisme et réalité, de calme gracieux et ferveur visionnaire, que l’on retrouve dans son chef-d'œuvre démembré, le retable à double face de 1337-1344 qu’il a créé pour l’église San Francesco de Borgo San Sepolcro, et dont une partie se trouve au Louvre, et l’autre à la National Gallery de Londres.

Il est influencé, comme les autres peintres de l’école siennoise, par le style du gothique international de même que par la nouvelle culture qu'élaborait alors Florence, orientée vers la perspective et le naturalisme. Son oeuvre possède les qualités traditionnelles du style gothique : trait élégant, fonds dorés et atmosphère pieuse et poétique. Certains détails, comme le souci de la perspective, trahissent toutefois l'influence florentine et situent Sassetta à la transition des styles gothique et Renaissance.

Sassetta meurt alors qu'il peint à fresque les « Anges Musiciens » de la Porte Romaine de Sienne. Il fut le plus grand peintre siennois de son siècle et un interprète très sensible de cette culture du début du XVe siècle.

Œuvres :

  • Polyptyque de la « Corporation des lainiers » de Sienne (1423-1426) ;
  • Madone et enfant (pinacothèque nationale de Sienne et musée de Grosseto) ;
  • La rencontre de saint Antoine et de saint Paul Ermite (1440) de la National Gallery of Art de Washington ;
  • La vision de saint Thomas d’Aquin (1423) de la pinacothèque du Vatican ;
  • Saint Thomas inspire par la colombe du saint Esprit du musée de Budapest ;
  • La Madone de la Neige (1432) des Offices ;
  • Le grand retable polyptyque à deux faces de San Francesco à Borgo san Sepolcro (1437-1444) : 26 fragments dispersés dans 10 musées à travers le monde ;

3.2.28.2. Le polyptyque de la « Corporation des lainiers » de Sienne

Ce retable, nommé aussi « Polyptyque de l’Eucharistie » est la première œuvre connue de Sassetta et a été commandé en 1423 par la « Arte della Lana », la corporation des lainiers de Sienne pour l'église du Carmel à l’occasion de la fête du Corpus Christi. Son thème est celui de la doctrine de la transsubstanciation, selon laquelle le pain et le vin sont changés lors de l'Eucharistie en Corps et Sang du Christ.

Le triptyque a été démembré en 1777 et le panneau central a été perdu ; il est cependant possible de reconstituer sa disposition originale à partir de descriptions antérieures. Le panneau central représentait le Saint Sacrement dans une ostensoir, entouré d’anges en adoration. Au-dessus du panneau central, la scène du Couronnement de la Vierge, et sur les côtés, saint Antoine abbé et saint Thomas d'Aquin qu’encadre une Annonciation en deux panneaux.

La prédelle est constituée de sept petits panneaux comportant deux scènes de la vie de saint Antoine (dont la tentation de la pinacothèque de Sienne), l’exécution d'un hérétique sur un bûcher (Musée de Melbourne), La Cène (pinacothèque de Sienne), le miracle du Saint Sacrement (Barnard Castle, Bowes Museum), Saint Thomas d'Aquin en prière devant l'autel de la Vierge (Budapest, Musée des Beaux-Arts) et enfin Saint Thomas d'Aquin en prière devant le Crucifix (Pinacothèque du Vatican).

Le polyptyque comprenait encore huit panneaux se trouvant sur les piliers extérieurs du grand retable, panneau représentant quatre « Docteurs de l'Eglise », Jérôme, Grégoire, Ambroise et Augustin, et les quatre saints patrons de Sienne, Ansano, Victor, Savino et Crescentius. Enfin deux pinacles surmontaient l’ensemble, représentant les prophètes Elie et Elisée (pinacothèque de Sienne). Sous le panneau central, une inscription dont l’interprétation est très controversée : « Hinc opus omne ad Patres Stefanus construxit aras Senensis Johannis agent citra lapsus adultos ».

Le programme iconographique du retable fut probablement composé par les moines Carmélites. C'est pourquoi les deux prophètes, Elie et Elisée, les « Dux et Pater » des Carmes étaient représentés dans l’habit des carmélites. Quelques moines Carmélites sont aussi représentés dans la prédelle.

Sassetta : La tentation de saint Antoine. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 39 cm. Sienne, Pinacothèque Nationale
Sassetta : La tentation de saint Antoine. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 39 cm. Sienne, Pinacothèque Nationale
Sassetta : mort d’un hérétique sur le bûcher. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24,6 x 38,7 cm. Melbourne, National Gallery of Victoria
Sassetta : mort d’un hérétique sur le bûcher. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24,6 x 38,7 cm. Melbourne, National Gallery of Victoria
Sassetta : la cène. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 38 cm. Sienne, Pinacothèque Nationale
Sassetta : la cène. 1423. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 38 cm. Sienne, Pinacothèque Nationale
Sassetta : le miracle de l’eucharistie. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 38 cm. Barnard Castle, Bowes Museum
Sassetta : le miracle de l’eucharistie. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 24 x 38 cm. Barnard Castle, Bowes Museum
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : saint Thomas insiré par la colombe du saint Esprit, détail. 1423. Tempera sur bois. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 23,6 x 39 cm. Budapest, Musée de beaux Arts
Sassetta : Saint Thomas en prière devant la croix. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 25 x 28,8 cm. Vatican, pinacothèque
Sassetta : Saint Thomas en prière devant la croix. Panneau de la prédelle du polyptyque de la corporation des Lainiers. 25 x 28,8 cm. Vatican, pinacothèque
Sassetta : Saint Jérôme, détail. 1423. Panneau. Sienne, Pinacothèque Nationale. Ce panneau figure l’un des huit personnages sur les piliers extérieur du retable de l’Eucharistie
Sassetta : Saint Jérôme, détail. 1423. Panneau. Sienne, Pinacothèque Nationale. Ce panneau figure l’un des huit personnages sur les piliers extérieur du retable de l'Eucharistie

3.2.28.3. Le retable de Borgo San Sepolcro

En 1437, Sassetta reçoit une des plus importantes commandes de la peinture siennoise du XVè siècle : un polyptyque à double face pour l'église franciscaine San Francesco à Borgo San Sepolcro, la ville natale de Piero della Francesca. Il y travaille pendant sept ans. Le retable est peint sur plusieurs panneaux pour faciliter le transport de Sienne à Borgo San Sepolcro, où il est livré en 1444. Il sera démembré en 1752, et au XIXè les divers fragments sont vendus à de nombreux musées.

Le retable originel a pu être reconstitué : Comme la Maestà de Duccio, la façade principale est tournée vers la nef des fidèles et montre la Vierge et l'Enfant trônant entourée de six anges. A coté, les divers panneaux représentent le bienheureux Ranieri Rasini et saint Jean-Baptiste (Settignano, Villa I Tati), saint Antoine de Padoue, saint Jean l'Evangéliste et la damnation de l'âme de l'avare de Citerna (Musée du Louvre), l'apparition du bienheureux Ranieri Rasini au cardinal Romain (Gemäldegalerie de Berlin-Dahlem), saint Augustin (collection privée à New York), un saint Evangéliste (Fondazione Cini de Venise).

La façade arrière, tournée vers le chœur des frères, représente Saint François triomphant de l’insubordination, du luxe et de l’avarice (Settignano, Villa I Tati), et entouré de huit petites scènes de sa vie étagées de chaque côté sur deux rangs. Sept de ces scènes sont aujourd’hui à la National Galleryde Londres : saint François donne son manteau et a une vision, saint François renonce à son père terrestre, saint Francois devant le Pape Honorius III, saint François reçoit les stigmates, saint François devant le Sultan, saint François et le loup de Gubbio, les funérailles de saint François. La huitième scène, représentant François épousant la pauvreté, se trouve au musée Condé de Chantilly.

Sassetta : l’extase de Saint François. 1437-1444. Tempera sur bois, 190 x 122 cm. Settignano, Villa i Tatt
Sassetta : l’extase de Saint François. 1437-1444. Tempera sur bois, 190 x 122 cm. Settignano, Villa i Tatt

Ce panneau faisait partie du retable initialement placé sur le maître autel de l'église Saint François à Borgo San Sepolcro. Il constituait le panneau central de la face arrière du polyptyque aujourd’hui démembré et dispersé. Ce grand tableau est plutôt en bon état. Sassetta maintient un équilibre entre un réalisme exigeant, comme le brillant traitement des mains et des pieds de saint François, et un traitement « ésotérique » dans l'auréole qui entoure le saint et le fond or.

Sassetta : l’extase de Saint François, détail. 1437-1444. Tempera sur bois, 190 x 122 cm. Settignano, Villa i Tatt
Sassetta : l’extase de Saint François, détail. 1437-1444. Tempera sur bois, 190 x 122 cm. Settignano, Villa i Tatt
La tête du saint en extase est la preuve que Sassetta contrôle parfaitement la technique picturale à tempera et retraduisant les moindres détails. Chaque cil est distingué comme les poils de la barbe. Pourtant, la forme quelque peu étrange renvoie à un traitement géométrique abstrait.

Sassetta : la stigmatisation de saint François. Retable de Borgo san Sepolcro, panneau de la face arrière. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 52 cm. Londres, National Gallery
Sassetta : la stigmatisation de saint François. Retable de Borgo san Sepolcro, panneau de la face arrière. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 52 cm. Londres, National Gallery

Ce panneau de la face arrière du retable est l'un des mieux conservés. Il montre l'un des événements majeurs de la vie de François, cité dans le processus de sa canonisation : l'impression sur son corps des cinq plaies du Christ, ou la stigmatisation. Le miracle s'est produit le 14 septembre 1224 à La Verna. Cette colline couverte de forêts près d’Arezzo a été donnée à François en 1213. Il y fonda un couvent qui devient rapidement un lieu de pèlerinage.

Il existe de nombreuses sources sur la biographie de François ; Sassetta fonde son interprétation sur la tradition artistique. Par exemple, alors le saint était seul quand le Christ lui apparut, il était d'usage dans la peinture et la sculpture de montrer le frère Léon assistant à l'événement, comme c’est le cas ici. Giotto avait déjà dépeint Saint François dans la même pose, à genoux et levant les bras vers le Christ entouré d’ailes d’anges. Mais Sassetta y ajoute sa propre expérience picturale, faite de tradition giottesque et siennoise, de l’influence des miniatures et du gothique international, si importants dans le nord de la péninsule. On retrouve ici ces influences diverses et paradoxales dans la forme ornementale des arbres, dans les rochers si peu réalistes, dans la manière dont il présente la chapelle nichée dans la montagne, une méthode du XIVè de suggérer la perspective, dans les ombres de la chapelle et du saint à genoux…

Sassetta : le mariage de saint François avec Dame Pauvreté. Panneau de la face arrière du retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 52 cm. Chantilly, Musée Condé
Sassetta : le mariage de saint François avec Dame Pauvreté. Panneau de la face arrière du retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 52 cm. Chantilly, Musée Condé

Ce groupe, l'une des huit petites scènes qui accompagnent le panneau central de l’extase de saint François, montre le saint en train de passer l’anneau au doigt de « Dame pauvreté », qui se tient entre la chasteté et l'obéissance, puis les trois vertus franciscaines qui volent vers les régions célestes, la pauvreté regardant en arrière vers son époux. Les courbes des vertus s’harmonisent avec les courbes du cadre. Entre François et les Vertus part une blanche route sinueuse à travers la vallée vers un magnifique fond naturel de montagnes.

Sassetta : saint François renie son père terreste. Panneau de la face arrière du retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 53 cm. Londres, National Gallery
Sassetta : saint François renie son père terreste. Panneau de la face arrière du retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur peuplier, 88 x 53 cm. Londres, National Gallery
Sassetta : Vierge et enfant entourée de six anges. Retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 205 x 119,5 cm. Paris, Musée du Louvre. Ce panneau est le panneau central de la face avant du retable de San Francesco à Borgo San Sepolcro
Sassetta : Vierge et enfant entourée de six anges. Retable de Borgo san Sepolcro. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 205 x 119,5 cm. Paris, Musée du Louvre. Ce panneau est le panneau central de la face avant du retable de San Francesco à Borgo San Sepolcro
Sassetta : apparition en rève du bienheureux Ranieri Rasini à un cardinal romain. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 44 x 60 cm. Berlin, Staatliche Museen
Sassetta : apparition en rève du bienheureux Ranieri Rasini à un cardinal romain. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 44 x 60 cm. Berlin, Staatliche Museen
Sassetta : le bienheureux Ranieri délivre les pauvres d’une prison de Florence. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 63 cm x 43 cm. Paris, musée du Louvre. Cet élément de la prédelle postérieure du retable de San Francesco à Borgo San Sepolcro représente le bienheureux Ranieri délivrant les quatre-vingt-dix pauvres gens, retenus dans une prison de Florence et qui avaient sollicité son aide
Sassetta : le bienheureux Ranieri délivre les pauvres d'une prison de Florence. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 63 cm x 43 cm. Paris, musée du Louvre. Cet élément de la prédelle postérieure du retable de San Francesco à Borgo San Sepolcro représente le bienheureux Ranieri délivrant les quatre-vingt-dix pauvres gens, retenus dans une prison de Florence et qui avaient sollicité son aide
Sassetta : la damnation de l’âme de l’avare de Citerna. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 59 cm x 45 cm. Paris, musée du Louvre. Le bienheureux Ranieri Rasini montre aux frères l’âme de l’avare de Citerna emportée par les démons
Sassetta : la damnation de l'âme de l'avare de Citerna. 1437-1444. Tempera à l’oeuf sur bois, 59 cm x 45 cm. Paris, musée du Louvre. Le bienheureux Ranieri Rasini montre aux frères l'âme de l'avare de Citerna emportée par les démons

3.2.28.4. Autres oeuvres

Sassetta : La vierge à l’enfant et des saints. 1430-1432. Tempera sur panneau, 240 x 216 cm. Florence, Palazzo Pitti, Collection Contini Bonacossi
Sassetta : La vierge à l’enfant et des saints. 1430-1432. Tempera sur panneau, 240 x 216 cm. Florence, Palazzo Pitti, Collection Contini Bonacossi

Ce retable, connu sous le nom de « Madonna delle Nevi » (la Vierge de la Neige) a été commandé pour orner l'un des plus vieux et des plus vénérés autels de la cathédrale de Sienne, qui se trouve immédiatement à gauche de la « Porta del Perdono », l'entrée latérale de la cathédrale qui donne à la fois sur le baptistère, le Palazzo Pubblico et la Piazza del Campo.

Sassetta reçoit la commande en 1430 de Ludovica Bertini, la veuve de Turino di Matteo, le responsable de la sacristie de la cathédrale et des fonts baptismaux, mort en 1423 et enterré en face de la Porta del Perdono. Dans le contrat, il est stipulé que le retable est réalisé pour la mémoire de Turino, mais aussi pour Ludovica, membre du Tiers ordre francisain. Ainsi leurs armoiries sont représentées sur le tissu ornant le trône de la Vierge. L’attachement de Ludovica à l'Ordre franciscain est encore affirmé par le saint François représenté à l'avant-plan droit du panneau principal du retable. Les autres figures du retable sont par contre totalement « Siennois » : le thème familier de la Vierge trônant avec l’enfant sur ses genoux et entouré d'anges et de saints. Le retable fait écho à deux « icônes » particulièrement chères à Sienne : la façade avant de la « Maestà » de Duccio, et la « Maestà » de Simone Martini dans le hall du Palazzo Pubblico, association encore explicitée par l'inscription gravée sur l’auréole de la Vierge : « Si vous avez confiance en moi, Sienne, vous obtiendrez grandes grâces ».

L'imagerie du retable a été élaborée afin d'honorer deux titres de la Vierge : « Reine du Ciel » et « Notre-Dame des Neiges ». Deux anges derrière le trône tiennent une couronne sur la tête de la Vierge. L'ange à gauche du trône tient une soucoupe remplie de neige et celui à droite fait une boule de neige. Les sept scènes narratives de la prédelle décrivent en détail la légende de Notre-Dame des Neiges. Ils montrent comment, sous le règne du pape Libère (352-366), la Vierge a fait tomber la neige par miracle en pleine chaleur du mois d'août sur l'Esquilin à Rome. Cette neige a en plus formé sur le sol le plan d'une église. La Vierge a donc demandé à un riche laïc et à son épouse, ainsi qu’au pape Libère, de construire une église en son honneur sur ce site : ce sera l’église de Santa Maria Maggiore, une des basiliques les plus importantes de Rome.

Sassetta : la fondation de l’église Santa Maria Maggiore. Panneau de la prédelle du retable de la « Madonna delle Nevi ». 1430-1432. Panneau de bois, 33 x 29 cm. Florence, Palazzo Pitti, Collection Contini Bonacossi
Sassetta : la fondation de l’église Santa Maria Maggiore. Panneau de la prédelle du retable de la « Madonna delle Nevi ». 1430-1432. Panneau de bois, 33 x 29 cm. Florence, Palazzo Pitti, Collection Contini Bonacossi

A la différence de l’aura hiératique de la scène principale, ce panneau de prédelle de la Madonna delle Nevi est plein d'éléments naturalistes et la représentation des personnages se réfère directement à la vie quotidienne.

Sassetta : la journée des Mages. Vers 1435. Tempera et or sur bois, 21,6 x 29,9 cm. New York, Metropolitan Museum of Art
Sassetta : la journée des Mages. Vers 1435. Tempera et or sur bois, 21,6 x 29,9 cm. New York, Metropolitan Museum of Art

Ce panneau montre les trois Rois Mages et leur cortège sur le chemin de Bethléem. Il constituait à l’origine la partie supérieure d'une petite Adoration des Mages qui se trouve maintenant au Palais Chigi-Saraceni à Sienne. (La partie supérieure du toit de l'étable est visible le long du bord en bas à droite.)

Sassetta était l'un des peintres les plus enchanteurs et des plus populaires du XVè siècle ; ainsi il imagine ce cortège comme une sorte de voyage folklorique contemporain, qu’il décrit avec de nombreux détails de mode et de geste contemporains : habits, chasse au faucon, singe sur le dos d'un âne, détails architecturaux… Les autruches sur la colline symbolisent la naissance miraculeuse du Christ.

Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain

Au centre de ce polyptyque trône une exquise Vierge à l'Enfant. Sur le côté gauche, saints Nicolas et saint Michel dans de raffinés et précieux vêtements. Saint-Nicolas en chasuble porte une Pieta. Les deux saints, sur le côté droit sont saint Jean-Baptiste et sainte Marguerite de Hongrie. Au-dessus des panneaux latéraux, deux tondi représentent l'Annonciation.

Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la vierge. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la vierge. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la tête de saint Michel. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la tête de saint Michel. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la tête de saint Nicolas. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain
Sassetta : Vierge à l’enfant et quatre saints, détail : la tête de saint Nicolas. Vers 1435. Tempera sur bois, 132 x 52 cm. Cortone, Musée Diocésain

Le triptyque était placé sur un autel latéral de l'église saint Dominique de Cortone. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il a été emmuré dans le beffroi et le bois a subi d’importants dégâts en raison de l'humidité. Il a été nécessaire de détacher la surface peinte et de la transférer sur une nouvelle base. La restauration a été très délicate.

Sassetta : la rencontre entre saint Antoine et saint Paul. Vers 1440. Bois. Washington, National Gallery of Art
Sassetta : la rencontre entre saint Antoine et saint Paul. Vers 1440. Bois. Washington, National Gallery of Art

En charmant conteur, Sassetta choisit d'ignorer les lois récemment découvertes de la perspective et les méthodes de rendu réaliste des formes. Sur cette oeuvre, qui fait partie d'une série peinte autour de 1440, il est revenu à la technique médiévale des illustrateurs de livres qui montrent simultanément les événements consécutifs et représentent les légendes des premiers chrétiens dans les paramètres contemporains.

Sassetta : Vierge d’humilité. Vers 1440. Panneau de bois, 79 x 46 cm. Venise, Collection Vittorio Cini. L’iconographie de la Vierge assise sur un coussin provient de l’œuvre de Simone Martini et a été très populaire au XIVè dans toute l’Europe occidentale. Le thème a été repris au siècle suivant par des artistes tels que Giovanni di Paolo
Sassetta : Vierge d’humilité. Vers 1440. Panneau de bois, 79 x 46 cm. Venise, Collection Vittorio Cini. L'iconographie de la Vierge assise sur un coussin provient de l'œuvre de Simone Martini et a été très populaire au XIVè dans toute l'Europe occidentale. Le thème a été repris au siècle suivant par des artistes tels que Giovanni di Paolo
Sassetta : Vierge d’humilité. Vers 1432-1436. Panneau de peuplier, 47 x 25 cm. Berlin, Staatliche Museen. Ce panneau est la partie centrale d’un triptyque, ses volets se trouvant à la National Gallery of Art de Washington et au Frick Art Museum de Pittsburgh
Sassetta : Vierge d’humilité. Vers 1432-1436. Panneau de peuplier, 47 x 25 cm. Berlin, Staatliche Museen. Ce panneau est la partie centrale d'un triptyque, ses volets se trouvant à la National Gallery of Art de Washington et au Frick Art Museum de Pittsburgh
Sassetta :Vierge et l’Enfant entourés d’anges. Entre 1445 et 1450. Tempera sur bois, Feuille d’or. New York, Metropolitan Museum of Art
Sassetta :Vierge et l'Enfant entourés d'anges. Entre 1445 et 1450. Tempera sur bois, Feuille d'or. New York, Metropolitan Museum of Art
La Vierge et l’Enfant entourés de sainte Appoline et sainte Marguerite. Vers 1435. Tempera sur bois. Washington, National Gallery of Art
La Vierge et l'Enfant entourés de sainte Appoline et sainte Marguerite. Vers 1435. Tempera sur bois. Washington, National Gallery of Art


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)