B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Giotto di Bondone

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Fesques de Santa Croce de Florence

Fesques de la chapelle Peruzzi
Fesques de la chapelle Bardi

Giotto : Vue des chapelles Bardi (à gauche) et Peruzzi (à droite) à Santa Croce de Florence
Giotto : Vue des chapelles Bardi (à gauche) et Peruzzi (à droite) à Santa Croce de Florence

3.1. Fesques de la chapelle Peruzzi

Giotto : Giotto :  Plan des fresques de la chapelle Peruzzi dans l’église Santa Croce de Florence
Giotto : Giotto : Plan des fresques de la chapelle Peruzzi dans l’église Santa Croce de Florence

La construction de la Chapelle Peruzzi, la deuxième chapelle à droite du transept, a été rendue possible grâce l'influent banquier Donato di Arnoldo Peruzzi, qui donné l'argent supplémentaire pour cette chapelle dans son testament en 1299. C'était probablement son petit-fils Giovanni di Rinieri Peruzzi qui a financé la réalisation des fresques en l'honneur de Jean l'Evangéliste et de Jean le Baptiste : ce sont les premières œuvres créées par Giotto à Santa Croce.

La juxtaposition des cycles des deux Jean est inhabituelle, et les chercheurs estiment qu'il contient de l'iconographie à la fois laïque et religieuse : Jean l'évangéliste était le patron du donateur ; Jean-Baptiste était le saint patron de la ville de Florence et de saint François, à qui est dédiée l’église Santa Croce. Dans cette chapelle-mémorial de la famille Peruzzi, le banquier a donc fait réaliser un programme qui relie sa propre mémoire et celle de sa famille avec le milieu religieux des Franciscains, et avec la ville de Florence, dans laquelle les Peruzzis sont l'une des plus influentes familles.

L’annonce à Zacharie.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : l’annonce à Zacharie. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : l’annonce à Zacharie. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Zacharie s’incline devant l'ange, qui lui annonce la naissance d'un fils. Les musiciens d'un côté et les femmes de l'autre ne semblent pas du tout cet avis. La représentation de la femme en particulier révèle un changement dans la façon dont les personnages sont vêtus par rapport à la chapelle de l’Arena.

Giotto a également mis au point sa représentation de l'espace. Ainsi, les immeubles disparaissent derrière le cadre peinte de la lunette, donnant l'impression que la vue a été tronquée.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : l’annonce à Zacharie, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : l’annonce à Zacharie, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

L’a naissance de Jean.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : la naissance de Jean. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : la naissance de Jean. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Cette image contient deux scènes que Giotto relie par le biais du cadre architectural et de l'environnement domestique qui leur sont communs. A droite, Elisabeth est en train d’accoucher ; à gauche, son père, muet, est en train d'écrire son nom sur une tablette. Le monde de cette maison est constitué principalement de femmes, femmes bourgeoises aux vêtements coûteux, beaucoup plus « citadines » que les femmes des fresques de Padoue.

Le banquet d’Hérode.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Hérode reçoit deux convives tandis qu'Hérodiade s'est retirée dans une cellule voisine pour recevoir la tête du Baptiste. À la porte de la salle, deux servantes satisfont sa curiosité. Sur la gauche un joueur de viole se détache du groupe. Une silhouette de tours symbolise la ville de Florence.

Le banquet se déroule dans une splendide salle ouverte, décorée de petites figures de marbre. Jean Baptiste vient d’être décapité à la demande de la danseuse Salomé. Contrairement à la festivité de la scène, Giotto insiste sur la brutalité des événements à travers les gestes, qui culminent dans la rencontre entre Hérode et le bourreau, qui lui tend la tête comme s'il s'agissait d'un plat à consommer. Même si la fresque est très endommagée, ce moment d'horreur et d'indignation est très clair : les assiettes, les mains, la vaisselle et la tête forment une brutale unité qui veut montrer l’horreur de la situation ; les regards échangés entre le roi et le soldat ajoutent à la cruauté de la scène.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode, détail : musicien accompagnant Salomé. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode, détail : musicien accompagnant Salomé. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean Baptiste : le banquet d’Hérode, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Saint Jean à Patmos.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : saint Jean à Patmos. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : saint Jean à Patmos. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Pacifique et solitaire, l'évangéliste se trouve sur l'île de Patmos. Seule la manière dont il se tient sa tête montre qu'il est profondément plongé dans ses visions. Aux angles inférieurs de la lunette, les anges calment le vent, afin que le calme puisse être rétabli. Le dragon qui menace la femme et l’enfant, et le fils de l'homme sont les principales figures de la vision de la fin du monde et de la parousie du Christ.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : saint Jean à Patmos, détail. Fresque, 89 cm de large. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : saint Jean à Patmos, détail. Fresque, 89 cm de large. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

La résurrection de Drusiana.

À l'extérieur des murs de la ville d'Éphèse, Jean l'Evangéliste ressuscite la fidèle Drusiana. La fermeté et la plasticité des figures, qui s'harmonisent avec l'architecture, renforcent la présence dramatique de leurs mouvements, à travers laquelle l'œil est conduit à l'événement central. La tension, qui se trouve déjà dans la rencontre entre les deux groupes, en est donc encore accrue.

Bien que groupées, les personnes manifestent des réactions très différentes, qui vont de la stupéfaction muette jusqu’à l'horreur.

On peut admirer le seul fragment bien préservée dans la chapelle, la main de saint Jean l'Évangéliste dans la scène où il ressuscite Drusiana. Ce travail est d'une telle force qu’il fait penser à Masaccio.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : la résurrection de Drusiana, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

L’ascension de saint jean.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : l’ascension de l’évangéliste. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : l’ascension de l’évangéliste. 1320. Fresque, 280 x 450 cm. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi

Giotto illustre le miracle de l'ascension de l'évangéliste Jean en utilisant les réactions étonnés et surprises du groupe penché sur la tombe ouverte. L'autre groupe semble aveuglé et comme victime d’une onde de choc. L'ascension se déroule entre ces deux groupes : le Christ, entouré d'hôtes céleste, apparaît au-dessus du bâtiment. De son corps émanent des rayons dorés qui enveloppent le corps de l'évangéliste et, plus que les gestes, c’est le regard du Christ qui attire Jean dans l’intemporalité.

Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : l’ascension de l’évangéliste, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
Giotto : Scènes de la vie de saint Jean l’Evangéliste : l’ascension de l’évangéliste, détail. 1320. Fresque. Florence, Santa Croce, Chapelle Peruzzi
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)