B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Giotto di Bondone

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Les Fresques de l'église San Francesco à Assise

Fresques de l'église inférieure
Fresques de l’église supérieure

Giotto a commencé son apprentissage auprès Cimabue entre dix et quatorze ans. Un voyage à Rome a probablement complété la formation du jeune peintre, après quoi il a suivi son maître sur le plus grand « chantier » en Italie de l’époque, l'église Saint François à Assise.

Giotto : Vue de l’église Saint François realisée en 1228. Assise, couvent Saint François
Giotto : Vue de l’église Saint François realisée en 1228. Assise, couvent Saint François

Cimabue est en charge de la décoration de l’église supérieure, nouvellement érigée. Lorsqu’il quitte Assise pour s'acquitter d'autres obligations, plusieurs de ses assistants et journaliers, dont Giotto, restent sur le chantier. Au même moment arrivent des peintres romains, dirigée par Jacopo Torriti : ainsi plusieurs groupes travaillent les uns à côté des autres. Rapidement la personnalité de Giotto et la qualité de son travail se dégagent et il devient indépendant. Les Franciscains lui demandent rapidement de devenir le maître d’oeuvre du chantier de décoration.

Giotto : Eglise inférieure Saint François d’Assise : vue depuis l’ouest sur le chœur
Giotto : Eglise inférieure Saint François d’Assise : vue depuis l’ouest sur le chœur

Le sanctuaire Saint François à Assise se compose de deux églises superposées, l’église inférieure et l’église supérieure. La première pierre de l’église inférieure est posée par le pape Grégoire IX, au lendemain de la canonisation de saint François, le 17 juillet 1228. Deux ans plus tard, le corps du saint, déposé provisoirement dans l'église San Giorgio est inhumé dans la basilique en secret, par crainte des pillages et des profanateurs de tombes, l’église étant. La date du début des travaux de l’église supérieure n’est pas connue mais le chantier a probablement débuté après la retraite en 1239du supérieur de l’ordre et successeur de saint François, Frère Elia, qui avait jusque-là réalisé des travaux de la basilique romane inférieure. Les deux églises sont consacrées par le pape Innocent IV en 1253.

Giotto : Assise, église supérieure Saint François : vue de l’intérieur
Giotto : Assise, église supérieure Saint François : vue de l’intérieur

2.1. Fresques de l'église inférieure

Giotto : Situations des fresques de Giotto dans la basilique inférieure Saint François d’Assise
Giotto : Situations des fresques de Giotto dans la basilique inférieure Saint François d’Assise

C’est probablement dans la chapelle sainte Madeleine qu’a débuté le travail réalisé par Giotto dans l’église inférieure, travaux poursuivis sur la voûte de la nef et le bras droit du transept. Ces zones ont été décorées de fresques avant que Pietro Lorenzetti ne peigne des scènes de la Passion dans le bras gauche du transept, œuvre exécutée avant 1320. Dès que les fresques de la chapelle de la Madeleine sont achevées, Giotto et son atelier décorent la voûte du transept droit, précédemment déjà décorées de fresques de la fin du XIIIe siècle, comme en témoigne la grande fresque de Cimabue qui a été épargnée, celle de la Vierge trônant avec des anges et Saint-François. Au début et au milieu du XXè siècle, les fresques de l'église inférieures ont été soigneusement nettoyées et restaurées.

La voûte assez basse est soutenue par de massives colonnes ; les travées sont plutôt compressées. À gauche et à droite, les escaliers ouvrent de chaque coté sur les chapelles latérales.

Giotto : Eglise inférieure Saint François d’Assise : vue panoramique des fresques. 1320-1340
Giotto : Eglise inférieure Saint François d’Assise : vue panoramique des fresques. 1320-1340

Voici, à partir de l’abside et vers la nef, les fresques de l'église inférieure Saint-François. De chaque côté, deux scènes panoramiques de la Crucifixion : celle de gauche (bras droit du transept) est de l'atelier de Giotto, celle de droite (bras gauche du transept) de Pietro Lorenzetti. A côté de la crucifixion de Giotto, vers la nef, la fresque de Cimabue représentant la Vierge trônant avec l'Enfant, saint François et quatre anges a été gardée par Giotto qui a décoré tout le reste du bras du transept. Les fresques de la croisée surmontant le maître-autel représentent les allégories des vertus franciscaine et la glorification de saint François, œuvre de l'école (ou d’un élève) de Giotto.

2.1.1. Fresques du transept nord

C’est à l’occasion du premier centenaire de la mort de saint François (1226) que les Françiscains décident de faire entreprendre une nouvelle décoration de l'église inférieure d'Assise. Ils confient à Giotto et à son atelier la réalisation des fresques dans le transept nord.

Le cycle des fresques comprend des grandes scènes de la vie de la Vierge et de l'enfance du Christ et des scènes de la Passion du Christ ; Les scènes sont séparées par des bandes décoratives avec des bustes de prophètes. Sur le mur nord, de part et d’autre de l’arche ouvrant sur la chapelle du transept, des scènes représentant le Miracle de saint François à Sessa (deux parties) et l'Annonciation.

Giotto : Assise, église inférieure Saint François : vue sur le transept nord, partie ouest
Giotto : Assise, église inférieure Saint François : vue sur le transept nord, partie ouest
Giotto : Assise, église inférieure Saint François : vue sur le transept nord, partie est
Giotto : Assise, église inférieure Saint François : vue sur le transept nord, partie est
Giotto : Assise, église inférieure Saint François : voute du transept nord, partie ouest
Giotto : Assise, église inférieure Saint François : voute du transept nord, partie ouest

La voûte du transept nord est décorée de fresques représentant des scènes de la vie du Christ. La paternité directe de Giotto en est très débattue : ces scènes ont probablement été exécutées par son atelier, mais sous la direction du maître. Un chef-d'oeuvre de Cimabue, la Vierge trônant avec l'Enfant (Maesta) a été épargné par Giotto et maintenu en place.

La lecture se fait de haut et bas et de droite à gauche : la visitation, la nativité, l’adoration des mages, la présentation au temple, la crucifixion, et enfin la Maesta de Cimabue.

Giotto : La Visitation. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La Visitation. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La Nativité. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La Nativité. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : L’adoration des Mages. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : L’adoration des Mages. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La présentation du Christ au Temple. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La présentation du Christ au Temple. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le massacre des Innocents. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le massacre des Innocents. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La fuite en Egypte. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La fuite en Egypte. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le retour du Christ à Jérusalem. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le retour du Christ à Jérusalem. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le Christ parmi les docteurs de la Loi. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le Christ parmi les docteurs de la Loi. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La Crucifixion. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La Crucifixion. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La mort de l’enfant de Sessa. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : La mort de l’enfant de Sessa. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le Christ ressuscite l’enfant de l’enfant de Sessa. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord
Giotto : Le Christ ressuscite l’enfant de l’enfant de Sessa. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord

2.1.2. Fresques de la croisée

Sur la voûte de la croisée de l'église inférieure qui domine l’autel, Giotto créé une impressionnante fresque, point culminant à la fois de la peinture et de l'iconographie franciscaine. Autour de la clef de voûte où est représenté le Christ de l'Apocalypse, 3 voûtains sont décorés des allégories des trois vertus franciscaines et le quatrième, celui qui donne sur l’abside, de la gloire de saint-François. Les nervures de la voûte portent des motifs de l'Apocalypse appliqués à François.

Giotto : Les vertus franciscaines. 1330. Fresque de la croisée. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines. 1330. Fresque de la croisée. Assise, église inférieure Saint François

Dans les quatre compartiments de la voûte, la gloire de saint François et les trois vertus franciscaines, pauvreté, chasteté et obéissance, sont représentées et expliquées par des inscriptions sur les arches du mur. Depuis les travaux et les écrits de saint Bonaventure (1218-1274), François est identifié à l'ange du « sixième sceau » de l’Apocalypse. C'est la raison pour laquelle ces images sont peintes dans un cadre dont les éléments figuratifs font allusion à l'Apocalypse, et dont le motif central est le Christ du Jugement de la clef de voûte.

La gloire de saint François

Giotto : Les vertus franciscaines : la gloire de saint François. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : la gloire de saint François. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

Sur l’un des quatre voûtains, le cortège triomphal de saint François est réalisé sur un fond or. François est intronisé au centre de la surface triangulaire et attiré vers le ciel par les anges. Sa personne, et en particulier son visage semblent appartenir à un autre monde. Les rayons dorés qui émanent de sont corps accentuent l'effet chatoyant d’or de sa dalmatique brodée. Les auréoles et les cheveux chatoyants des anges amplifient encore cette atmosphère cérémoniale que rendent très vivante les visages festifs des anges, leur musique et leur danse où ils se tiennent main dans la main.

La pauvreté

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

La pauvreté est représentés par une pauvre femme ailée en haillons à qui les enfants jettent des pierres ou menacent de leurs des bâtons. Le Christ lui-même marie cette femme à Saint-François. Devant de nombreux témoins : une foule d’anges, ainsi que les personifications de l'espoir et de chasteté. Comme offrandes, deux anges portent des biens terrestres vers le ciel. De chaque côté, la fresques décrit les réactions terrestes que suscite cette vertu : à un jeune homme imite Francois en donnant son manteau, mais sur la droite les riches tournent la pauvreté en ridicule, s’accrochant à leurs sacs d’argent…

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

La pauvreté apparaît au monde terrestre comme une pauvre femme blême vûtue de haillons. Elle est symbolisée par le buisson aride d’épine devant elle. Mais pour le monde céleste, elle est la plus belle des roses comme le symbolise le rosier derrière elle. Avant Giotto, ce type de représentations symboliques ne se retrouve que dans les œuvres littéraires.

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté, détail : les riches. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la pauvreté, détail : les riches. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

Les riches ne souhaitent pas connaître l’exigence de pauvreté que le conseille l’ange. Ils s'accrochent à leurs sacs d'argent, et l'élégant fauconnier se moque du messager céleste avec un geste obscène. Une telle vivacité dans l'art narratif est totalement nouvelle dans l’art pictural.

Allégorie de l’obéissance

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de l’obéissance. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de l’obéissance. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

Dans la salle capitulaire d'un cloître, entre deux observateurs, la Prudence (Prudentia) à double face et l’Humilité (Humilitas), l’Obéissance règles ordonne le silence et place son joug sur les épaules du jeune moine qui s'agenouille devant elle. François, qui se tient sur le toit du bâtiment comme une apparition entre deux anges agenouillés, porte également le joug.

L'incarnation de la vanité, sous la forme d’un centaure cornu, se voit refuser l'entrée des lieux. Deux jeunes hommes, un moine de l'ordre et un laïc, vont suivre les traces du saint. Un ange a déjà pris l'un d'eux par la main. Ce n’est pas par hasard que les deux postulants sont placés sous l’allégorie de la prudence qui, avec sa double face, voit passé et avenir. Elle tient un miroir, symbole de la connaissance et son astrolabe signifie le monde plus étendu qu’elle est capable de connaître : sans elle, il est difficile de s’engager à la suite de François et des exigences de la vie qu’il prône.

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de l’obéissance, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de l’obéissance, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

Allégorie de la chasteté

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

Dans un château bien fortifié et bien défendu, la chasteté : seuls les anges peuvent entrer ici. Afin de l’atteindre, un long chemin doit être suivi. Trois représentants de l'ordre franciscain (un frère laïc, un franciscain et une clarisse) ont grimpé la colline. Eux aussi, comme le montre la scène du milieu, seront lavés, purifiés et habillés par des anges. De l'autre côté, de bizarres démons sont rejetés dans l'abîme. Ce sont l’Immunditia (la fornication) avec sa tête de sanglier, le désir ardent avec une tête enflammée, l’amour charnel aux pieds de dragon avec une ceinture de cœurs et les yeux bandés, la mort avec ses pattes d’araignée.

Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François
Giotto : Les vertus franciscaines : allégorie de la chasteté, détail. 1330. Fresque. Assise, église inférieure Saint François

2.1.3. Fresques de la chapelle sainte Madeleine

La chapelle saint Madeleine de l’église inférieure se trouve entre le transept nord et la nef. Sa décoration à fresque prend différentes formes : médaillons avec personnages à mi-corps, sur les voûtains, saints debout sur les arches d’entrée, scènes narratives sur les murs et les lunettes, portraits des donateurs sur les murs de clôture.

L'authenticité et la datation des fresques de la chapelle sainte Madeleine est débattue. Il est généralement admis que les fresques ont été exécutées par l’atelier de Giotto, ce dernier planifiant les travaux et ne contribuant personnellement que très peu à leur réalisation. Il ressort même de l’analyse deux personnalités d’artistes : le surnommé « Giotto di Parente » et le « Maître del Vele » qui traduisent les idées de Giotto dans leur propre style.

Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : Marie Madeleine et le Cardinal Pontano. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : Marie Madeleine et le Cardinal Pontano. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine

Cette scène représente la sainte, Marie Madeleine, à qui la chapelle est dédiée. Elle tient les mains du Cardinal Teobaldo Pontano, qui a commandé la décoration de la chapelle. La scène est entourée d'un cadre peint imitant le marbre rouge et d’incrustations de mosaïque.

Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : l’ermite Zosime remet une cape à Marie Madeleine. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : l’ermite Zosime remet une cape à Marie Madeleine. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : la résurrection de Lazare. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : la résurrection de Lazare. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine

Par comparaison avec la scène similaire peinte par Giotto dans la chapelle de l’Arena, les caractéristiques communes des deux œuvres font pencher pour une attribution à Giotto lui-même. D'autres critiques penchent cependant pour une imitation servile du maître par un de ses élèves. Le débat n'est pas clos.

Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : la résurrection de Lazare, détail. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : la résurrection de Lazare, détail. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : « Noli me tangere ». 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : « Noli me tangere ». 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : « Noli me tangere », détail. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : « Noli me tangere », détail. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : Marie Madeleine converse avec les anges. 1320s. Fresque de la lunette. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : Marie Madeleine converse avec les anges. 1320s. Fresque de la lunette. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : le voyage de Marie Madeleine à Marseille. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
Giotto : Scènes de la vie de Marie Madeleine : le voyage de Marie Madeleine à Marseille. 1320s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, chapelle sainte Madeleine
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)