B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

L’idéologie de Hitler

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Le parti et l’Etat

Le parti
L’état
Le « Führerprinzip »
Le système administratif de l’Etat
Les lieux de décision

5.5. Les lieux de décision

La constitution et la forme de ce nouvel Etat restent secondaires aux yeux de Hitler. Ainsi l’ancienne constitution de la République de Weimar reste en place, mais est vidée de tous son sens et ne sera aucunement respectée. Parti et Etat sont des outils utilisés par le Führer pour accomplir ses objectifs. L’Etat n’est plus le centre de la vie de la nation : le gouvernement n’est plus au service de l’Etat constitutionnel : c’est l’inverse qui est vrai.

« La question de la forme extérieure de cet Etat, donc son couronnement, n’a pas d’importance fondamentale, elle n’est conditionnée que par des questions d’opportunité pratique ».
Mein Kampf - Adolf Hitler

La politique intérieure est dictée par les principes idéologiques de la pureté de la race en vue de son affirmation sur le plan international.

« La politique intérieure doit assurer les forces internes d’un peuple en vue de son affirmation en politique étrangère »
Zweites Buch, 1928.

La politique économique, agraire et industrielle, est commandée par le principe idéologique de l’autarcie : elle débouche sur un agrarisme primitif et romantique (autosuffisance alimentaire) et une politique économique visant à l’indépendance industrielle : c’est un capitalisme dirigé dont l’objectif premier est au service de la politique d’expansion du Reich, et donc orientée principalement sur les industries d’armements. C’est le principe « Butter oder Kanonen », « Du beurre ou des canons »...

La politique sociale est régie par le principe de la popularité. Hitler base en effet son autorité absolue (et donc sa politique d’expansion et de purification raciale) sur le principe du pouvoir et sur celui de sa popularité : sa politique sociale vise donc à devenir, être et rester populaire pour faire « passer » sa politique d’expansion guerrière. Il y réussira remarquablement jusqu’aux derniers jours du régime. Son thème central vise à favoriser le « relèvement national » qui permette de souder indissolublement le « Volk » pour préparer la conquête du « Lebensraum » et éliminer l’anti-race Juive. Tous les domaines de la vie sociale doivent servir ces objectifs, et il faut favoriser les éléments les plus importants du « Volk » : les paysans, les ouvriers, la jeunesse, la famille, « réservoir » pour la « préparation technique » du combat et réservoir des futurs bataillons de combat.

« Le premier fondement de l’autorité, c’est toujours la popularité. Pourtant, une autorité qui ne repose que sur ce fondement est encore extrêmement faible, incertaine et vacillante. Tout détenteur d’une autorité reposant purement et simplement sur la popularité doit, de ce fait, tendre à améliorer la base de cette autorité et à l’assurer en constituant un pouvoir. C’est donc dans le pouvoir, dans la puissance, que nous voyons le second fondement de toute autorité. Elle est déjà nettement plus stable, plus sûre, mais pas toujours plus vigoureuse que la première. Si la popularité et le pouvoir s’unissent, et peuvent subsister ainsi un certain temps, alors il peut naître une autorité encore plus solidement fondée, l’autorité de la tradition. Si enfin popularité, force et tradition s’unissent, cette autorité peut-être considérée comme inébranlable. »

Mein Kampf - Adolf Hitler

La politique raciale se base sur l’élément clé qu’est le maintien absolu de la pureté de la race : il s’organise autour de trois axes principaux :

  • une politique du mariage à l’intérieur de la race : mariage et maternité n’ont pas d’autre but que de garantir la pureté de la race. Il faut donc absolument lutter contre toute forme de métissage et interdire absolument les mariages entre allemands et autres races (Juifs, Noirs...)

    « L'Etat populaire doit instaurer la race au centre de la vie et prendre soin de la garder pure... veiller à ce que seuls les individus bien portants aient des enfants. Car la pire faute est d'en mettre au monde lorsqu'on est malade ou malsain ; rien n'est alors plus honorable que de s'en abstenir. De même, il faut tenir pour répréhensible de priver la nation d'enfants bien portants. C'est là que l'Etat doit se comporter en protecteur d'un avenir millénaire, devant lequel les désirs et l'égoïsme sont insignifiants et n'ont qu'à s'incliner... Un Etat populaire doit, par conséquent, ne pas tolérer que le mariage reste un perpétuel outrage à la race, mais au contraire le consacrer comme une institution appelée à produire des êtres faits à l'image du Seigneur, et non pas des monstres, mi-hommes, mi-singes. »
    Mein Kampf - Adolf Hitler
  • une politique d’épuration et d’assainissement de la race de ses éléments viciés: éléments viciés principalement par le mélange avec d’autres races : Juifs, communistes, sociaux-démocrates, a sociaux...
    « Avant de vaincre les ennemis du dehors, il faut avoir exterminé l'ennemi du dedans ; sinon, malheur au peuple dont la victoire ne récompense pas, dès le premier jour, les efforts. Il suffit que l'ombre d'une défaite passe sur le peuple qui a gardé dans son sein des éléments ennemis pour que sa force de résistance se trouve brisée, et que l'adversaire du dehors l'emporte définitivement. »
    Mein Kampf - Adolf Hitler
  • une politique d’élimination de ses éléments improductifs, anormaux, dictée donc par l’eugénisme. Hitler fera tout pour réaliser « ce bien suprême : une race obtenue selon les règles de l'eugénisme » (Mein Kampf). Il faut entre autre isoler les syphilitiques, les alcooliques, les criminels et avoir recours à la stérilisation des impurs raciaux et des éléments nocifs et potentiellement dangereux... ainsi que tous ceux dont « la vie est indigne d’être vécue » : les « a-sociaux », malades mentaux, aliénés…
    « La préservation de la nation est plus importante que la préservation de ses infortunés. »
    („A. Hitler, Sämtliche Aufzeichnungen“, 1905-1924, édité par E. Jäckel et A. Kuhn, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1980, p. 1025ss).
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre PrécédentChapitre suivant >>>

Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)