B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Maly Trostinec

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Les massacres

Comme c’est le cas pour tous les camps de l’« Aktion Reinhard » les bâtiments sont construits à usage provisoire. A côté de la production agricole, Maly Trostinec n’a en définitive qu’un seul objectif : l’assassinat d’hommes et le pillage de leurs biens. La grande différence d’avec les camps de l’« Aktion Reinhard » ou d’avec Auschwitz, c’est qu’ici il n’y a pas de chambres à gaz installées dans un bâtiment. Dans cette perspective, on ne peut comparer Maly Trostinec qu’avec Chelmno, bien qu’à Maly Trostinec les SS procèdent principalement par fusillades. Les camions à gaz, s’ils sont aussi employés, ne jouent pas le rôle qu’ils jouent à Chelmno.

Tout au début, les détenus sont emmenés à Minsk pour y être exécutés : cette ville devait en effet jouer un rôle très important pour Reinhard Heydrich dans le cadre de l’« Endlösung der Judenfrage », la solution finale. Mais les déboire de la Wehrmacht sur le front est contrarient les plans du Reichsprotektor, et de nombreux convois prévus en direction de Minsk au départ du Reich et du Protectorat de Bohème Moravie sont détournés de leur but initial ou reportés.

Comme c’est le cas dans tous les camps de l’« Aktion Reinhard » les SS débarquent les convois de déportés dans la gare de marchandise de Minsk. On dit aux Juifs qu’ils vont être relogés à Minsk et dans ses environs. Ils doivent cependant laisser là leurs affaires et leurs bagages, qui seront transportés par camions. De même ils doivent remettre argent liquide, passeports et autres objets de valeur contre un reçu. Les victimes ne se doutent absolument pas de leur destin. Dans chaque convoi, entre 20 et 80 ouvriers spécialisés aptes au travail sont sélectionnés et envoyés dans le ghetto de Minsk ou dans le camp de Maly Trostinec. Entre 1942 et 1943 tous les autres sont chargés sur des camions et conduits sur des sites d’exécution dans la forêt de Blagowshtchina. Avant de la abattre, les SS obligent les victimes à se déshabiller et à déposer leurs derniers objets de valeur. En sous vêtements, elles doivent se rendre vers la fosse de 60m de long et de 3m de profond. Près de 100 hommes de la SS et de la Police de sécurité les attendent, les font s’agenouiller au bord de la tranchée et les abattent d’un coup de feu dans la nuque.

Un kommando spécial de prisonniers de guerre soviétiques avait préalablement creusé la tranchée. En hiver, sur le sol gelé, on utilise de la dynamite pour le creusement. Après les exécutions, le kommando recouvre les fosses de terre qu’un bulldozer tasse et égalise…

Lorsque les SS déchargent leur cargaison d’être humains des camions, ils le font avec une extrême brutalité, terrorisant tant les gens qu’ils en deviennent totalement passifs. Les salves et coups de feu sont couverts par des hauts parleurs crachant de la musique à pleine voix, de sorte que dans les villages ou hameaux voisins les habitants n’entendent pas les tirs… Tout est remarquablement organisé pour empêcher toute résistance, et chaque homme sait parfaitement ce qu’il avait à faire. Cela est nettement ressorti des minutes des procès.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)