B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. La mise en place de la politique exterminationniste
1.1. Introduction
1.2. L’environnement de l’opération Barbarossa
1.3. De la « transplantation » à l’extermination

2. Histoire des Einsatzgruppen
2.1. Origines
2.2. La composition des Einsatzgruppen
2.3. L’Einsatzgruppe A
2.4. L’Einsatzgruppe B
2.5. L’Einsatzgruppe C
2.6. L’Einsatzgruppe D

3. Les méthodes des Einsatzgruppen
3.1. Les fusillades
3.2. Les camions à gaz
3.3. Les camps d’extermination

4. Les rapports

5. Les grands massacres
5.1. Le massacre des Juifs de Lettonie
5.2. Babi Yar
5.3. La forêt de Krepiec
5.4. Le massacre des juifs de Przemysl dans la forêt de Grochowce

6. Les victimes

7. L’« Aktion 1005 »
7.1. Origine et objectifs
7.2. Le travail du kommando
7.3. Les procès du « Sonderkommando 1005 »

8. Témoignages
8.1. Les rapports des EG
8.2. Babi Yar, par un officier allemand
8.3. Himmler : Extraits des discours de Poznan
8.4. Massacres à Minsk
8.5. L’Accord OKW-RSHA du 26 mars 1941
8.6. Un chef des EG témoigne
8.7. Le rapport Graebe
8.8. « Les camions de la mort »
8.9. Note pour l’entretien des camions à gaz

9. Le procès des Einsatzgruppen
9.1. Les procès
9.2. Les verdicts du procès de Nuremberg
9.3. Verdicts des autres procès
9.4. Procès en Allemagne de l’Est
9.5. Autres destins

10. Les bourreaux. Biographies
10.1. Achamer- Pifrader Humbert
10.2. Alvensleben Ludolf-Hermann Emmanuel Georg Kurt Werner von
10.3. Baatz Bernhard
10.4. Bach Zelewski Erich von dem
10.5. Barth Horst
10.6. Bassewitz-Behr Georg-Henning, comte de
10.7. Becker August
10.8. Behrends Hermann Johann Heinrich
10.9. Biberstein Ernst
10.10. Bierkamp Walther
10.11. Blobel Paul
10.12. Bluhm Wilhelm
10.13. Blume Walter
10.14. Bock Wilhelm
10.15. Böhme Klaus
10.16. Bradfisch Otto
10.17. Braune Fritz
10.18. Braune Werner
10.19. Buchardt Friedrich
10.20. Christensen Theodor
10.21. Christmann Kurt
10.22. Ehlers Ernst
10.23. Ehrlinger Erich
10.24. Fegelein Herrmann
10.25. Fendler Lothar
10.26. Filbert Albert
10.27. Findeisen Wilhelm
10.28. Fuchs Wilhelm
10.29. Gottberg Curt von
10.30. Haensch Walter
10.31. Hafner August
10.32. Hans Kurt
10.33. Hausmann Emil
10.34. Herrmann Günther
10.35. Hubig Hermann
10.36. Isselhorst Erich
10.37. Jäger Karl
10.38. Janssen Adolf
10.39. Jeckeln Friedrich
10.40. Jost Heinz
10.41. Klingelhöfer Waldemar
10.42. Kutschera Franz
10.43. Landau Felix
10.44. Lange Herbert
10.45. Lange Rudolf
10.46. Meier August
10.47. Meyszner August Edler von
10.48. Naumann Erich
10.49. Nebe Arthur
10.50. Nosske Gustav Adolf
10.51. Ohlendorf Otto
10.52. Ott Adolf
10.53. Pechau Manfred
10.54. Prützmann Hans-Adolf
10.55. Rapp Albert
10.56. Rasch Emil Otto
10.57. Rauca Helmut
10.58. Rauff Walter
10.59. Roch Heinz
10.60. Sandberger Martin
10.61. Schäfer Oswald Theodor August Wilhelm
10.62. Schimana Walter
10.63. Schöngarth Karl
10.64. Schulz Erwin
10.65. Seetzen Heinrich Otto
10.66. Seibert Willi
10.67. Six Franz
10.68. Stahlecker Franz Walter
10.69. Steimle Eugen
10.70. Strauch Eduard
10.71. Suhr Friedrich
10.72. Weinmann Erwin
10.73. Woyrsch Udo Gustav Wilhelm Egon von
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Les grands massacres

Le massacre des Juifs de Lettonie
Babi Yar
La forêt de Krepiec
Le massacre des juifs de Przemysl dans la forêt de Grochowce

Einsatzgruppen : massacres entre le 17 juillet et le 31 août 1941
Einsatzgruppen : massacres entre le 17 juillet et le 31 août 1941
Einsatzgruppen : massacres entre le 22 juin et le 6 juillet 1941
Einsatzgruppen : massacres entre le 22 juin et le 6 juillet 1941
Einsatzgruppen : massacres à l’est entre juin 1941 et novembre 1942
Einsatzgruppen : massacres à l'est entre juin 1941 et novembre 1942
Einsatzgruppen : massacres entre septembre et octobre 1941
Einsatzgruppen : massacres entre septembre et octobre 1941

5.3. La forêt de Krepiec

5.3.1. Les premières exécutions

La forêt de Krepiec est située 11 kilomètres de Lublin, près de la route principale reliant Lublin à Zamosc et à Chelm. Pendant l’occupation nazie, la forêt est l’un des plus grands emplacements de massacres collectifs dans la zone de Lublin. Le 3 mai 1940 a lieu la première exécution : un groupe d'otages polonais et juifs est éliminé à Krepiec pour venger l'assassinat d'un fonctionnaire SS de Lublin, le Hauptsturmführer Loska. Un autre groupe de prisonniers polonais et juifs, sorti de la prison de la Gestapo « le château » de Lublin, est probablement exécuté à Krepiec en 1941. Après la guerre, les témoins du village de Krepiec relatent aussi que des prêtres et des religieuses se trouvaient parmi les victimes des premières exécutions dans la forêt de Krepiec. Le nombre exact de victimes de ces premières exécutions n'est pas connu et les sources détaillées sur ces meurtres n’existent plus.

5.3.2. Les exécutions de 1942

On connaît par contre mieux le détail des exécutions et des crémations de 1942 concernant des prisonniers de KL Majdanek qui avaient été gazés ou tués d’une autre manière. La première, et sans doute la plus grande exécution de masse en 1942 a été organisée par les SS et le SD de Lublin les 21 au 22 avril 1942, après les déportations du ghetto de Lublin vers Belzec. Les Juifs ayant survécu aux déportations doivent abandonner le grand ghetto de Podzamcze pour le petit ghetto de la banlieue de Majdan Tatarski, près de Majdanek. Entre 7 000 et 8 000 Juifs de Lublin sont confinés dans le ghetto fermé de Majdan Tatarski. Parmi eux, un grand nombre de personnes « illégales », ne possédant aucun « J-Ausweis » leur permettant de demeurer à Majdan Tatarski. Le Judenrat établit une liste de tous les juifs « reclassés » dans le nouveau ghetto, présumant que tous les Juifs obtiendraient la permission de rester à Lublin, car les déportations avaient stoppé.

Le jour après l'enregistrement, le ghetto est cerné par des SS et des « Hiwis » de Trawniki, commandés par Hermann Worthoff, le responsable des déportations du ghetto de Lublin. Une a sélection à lieu sur la liste déjà préparée par le Judenrat : 2 500 à 3 000 Juifs qui ne possèdent pas un « J-Ausweis » sont transférés à Majdanek, emprisonné dans deux casernes et de là emmenés par convois de camions à Krepiec. Les SS affirment aux victimes qu'ils les transfèrent dans un grand domaine agricole au delà de la forêt, domaine dans lequel ils seraient employés. La plupart des Juifs accorde foi à ces dires, jusqu’au moment ou parviennent les premiers bruits de fusillades et les cris des premières victimes… A Majdanek restent 200 à 250 jeunes Juifs qui sont enregistrés et enfermés dans le camp, survivant ainsi au massacre. Au dernier moment un groupe de femmes et d’enfants est libéré par les SS et revient au ghetto : ce sont principalement des femmes et des enfants dont les maris travaillent au Judenrat au service de l’administration allemande, et dont le président du Judenrat, Dr. Marek Alten, a réussi à négocier la vie sauve. Parmi elles, Anna Bach, veuve d'un avocat célèbre de Lublin, Aron Bach, et sa fille Diana, qui réussiront à fuir le ghetto et à survivre.

Les Juifs de Lublin survivants du petit ghetto sont très rapidement au courant du destin de leurs parents et voisins, informés par les paysans polonais témoins des exécutions. Deux ou trois jours après l'exécution, des prisonniers de guerre soviétiques et quelques Juifs slovaques - membres du Sonderkommando de Majdanek – sont emmenés dans la forêt pour enterrer les corps des Juifs assassinés. Les affaires, les vêtements, l'argent et les objets de valeur des victimes sont transférés à Majdanek. Durant ce travail, plusieurs membres du Sonderkommando se révoltent. Quelques prisonniers de guerre soviétiques attaquent les gardes lithuaniens ivres et plusieurs prisonniers s’échappent. Leur destin n'est pas connu.

La vague suivante de massacres dans la forêt de Krepiec a lieu à la fin de l'été et à l'automne de 1942. Une épidémie de typhus éclate à ce moment à Majdanek. Les médecins SS organisent dans le camp une sélection générale des prisonniers qui ne peuvent travailler ou sont malades. Il est difficile de dire combien ont été choisis. Les plus nombreux sont les Juifs slovaques, polonais, tchèques et allemands. Les sélections durent fin août et tout au long du mois de septembre 1942. Comme les chambres à gaz de Majdanek sont encore en chantier, les prisonniers sélectionnés sont chargés sur des camions et conduits dans la forêt de Krepiec où les SS les exécutent. On ne sait pas combien de personnes ont été exécutées, mais il y en, a probablement plusieurs centaines.

5.3.3. La forêt, lieu de crémation

Les exécutions cessent à Krepiec en octobre 1942 après la mise en service des les chambres à gaz de Majdanek. Mais début 1943 la forêt connaît à nouveau de terribles évènements : comme les crématoires de Majdanek s’avèrent beaucoup trop petits, les Allemands décident d'utiliser la forêt comme lieu de crémation des corps des juifs gazés au camp de concentration. Des bûchers grossiers, construits avec des rails de chemin de fer, fonctionnent pratiquement chaque jour de janvier jusqu'à l'été de 1943. Très tôt chaque matin les camions chargés de cadavres viennent livrer leurs macabres chargements dans la forêt. Toute la zone de la forêt de Krepiec est emplie de la puanteur des corps se consumant et de la fumé flottant au-dessus des arbres, visible de très loin...

En même temps que les corps des personnes gazées, les corps des victimes exécutées dans les fosses en 1942 sont également incinérés. Les prisonniers du « Sonderkommando » de Majdanek exhument les corps les jettent dans les bûchers.

Un des témoins de ces crémations, Jozefa Lutynska, raconte :

« Je me rappelle également comment alors que je voyageais à Lublin en 1942 et 1943 j'ai vu peut-être 12 camions transporter les corps humains couverts de feuilles. Il y avait de la neige et du vent qui dispersait les feuilles au loin et nous avons vu les corps nus, les uns sur les autres. Il y avait beaucoup de sang, le sang frais et rouge, preuve que ces personnes étaient vivantes peu avant… Les corps transportés dans la forêt de Krepiec ont été brûlés par les Allemands sur des bûchers construits avec des rails de chemins de fer. Mon oncle Adam Nowak, qui est forestier, habite à Krepiec et travaille dans la forêt dans laquelle les Allemands ont brûlé les corps. Il m'a dit une fois « viens ! Ainsi toi aussi tu verras ce que les Allemands font et comment ils brûlent les corps. » Je suis allée par le passé avec mon oncle et j'ai vu des rails de voies ferrées, distant d’environ 50cm les un des autres, formant quelque chose comme une grille. Sous chaque grille les traces de crémations étaient visibles, avec beaucoup de cendres et des fragments de mains et de jambes qui n'étaient pas été totalement consumées. Je n’ai pas regardé avec trop de précision, car j’ai tellement été horrifiée que je n’ai pas voulu en voir plus… »

La crémation des corps des victimes de Majdanek dure jusqu'à l'automne 1943, date à laquelle un crématoire plus grand est mis en service dans le camp. A Krepiec, les emplacements des exécutions et des incinérations n'ont pas été totalement détruits pas les nazis. Même en 1946 ils étaient encore en évidence dans la forêt. En 1970 un mémorial a été construit dans la forêt de Krepiec. Sur le mémorial, est inscrit le chiffre de 30 000 personnes massacrées ou brûlées… En fait, personne ne sait exactement combien de victimes ont été assassinées ou incinérées à Krepiec....

5.3.4. Témoignages

Il y a des témoins de ces massacres des juifs de Lublin en avril 1942 parmi les Polonais des villages de Krepiec et de Kazimierzowka vivant à proximité de la forêt. Ils viennent témoigner en 1945 auprès de la commission soviéto-polonaise et en 1966-1967 lors d’une nouvelle enquête : Andrzej Wojcik a observé les exécutions durant une journée entière en avril 1942 :

« Le 22 avril 1942 j'étais à la maison et soudain j'ai noté que six ou sept camions, pleins d’enfants entre 2 et 14 ans sont arrivés dans la forêt. Les enfants ont été entraînés au bord des fosses et les Allemands les ont exécutés par balles. On a pu entendre les cris perçants des enfants provenant du lieu du massacre. Cela a duré de 2 heures à 6 heures du matin. Les Allemands étaient en uniformes bleus et casqués. Il m’est difficile de dire à quelle formation ils appartenaient. Il était difficile d’y voir au début à cause de l’obscurité. J'ai observé le massacre d'une distance d’environ de 50m. Je ne sais pas combien d'enfants ont été tués. Ils ont été transportés sur des camions complètement surchargés.

« Vers 8 heures du matin environ, 9 camions chargés de Juifs arrivent dans la forêt. Le secteur a été cerné par des soldats lituaniens. Je le sais parce que des gens me les ont décrits comme des lituaniens. Les juifs ont été obligés de descendre et ont été menés au même endroit où les enfants ont été assassinés. Certains Juifs portent leurs enfants dans leurs bras. J'ai observé le massacre d'une distance environ 150m mais d'une autre direction qu'avant. Les Allemands obligent les Juifs à descendre dans les fosses. Il y avait d’horribles cris perçants. Un groupe de six officiers SS et de Lituaniens tire alors sur les Juifs dans les fosses. Je suis sûr qu'ils sont SS parce que sur leurs casquettes et leurs uniformes il y avait les insignes de la mort… L'exécution a duré de 8 heures du matin jusqu'à 8 heures du soir, et j'ai observé ces massacres durant tout ce temps. J'ai appris par des personnes qu'un Juive à réussi à s’extraire vivante de la montagne de cadavres mais que plus tard, en tentant de s'échapper, elle a été tuée dans un champ.

« Le jour suivant je suis allé sur le lieu des exécutions et j'ai noté que les fosses avaient été recouvertes pour partie de terre, pour partie de buissons. Des jambes, des mains et des têtes dépassaient... La terre autour des fosses baignait dans le sang. Je suis resté là environ 20 minutes. » 

Au même moment, un autre habitant de village de Krepiec, Adam Czupryn, a vu comment les transports des juifs dans des camions se sont arrêtés à l’orée de la forêt :

« (...) Les transports sont composés de 3 à 5 camions. De chaque camion, peut-être 30, peut-être 50 personnes sont déchargées. Parmi les prisonniers il y a des hommes, des femmes et des enfants de tous âges, ainsi que des bébés. Je n'ai pas parlé avec ces personnes. J'ai seulement entendu des fragments de conversations en Yiddish. Le transport de ces personnes et leur déchargement ont duré plusieurs jours. Comme je l'ai mentionné, ces personnes ont été emmenées dans la forêt, mais elles n’en sont jamais revenues. La forêt résonnait du bruit des mitrailleuses et des explosions de grenades, ainsi que des que des cris perçants des gens. Environ 20 minutes se sont écoulées entre le départ du groupe depuis la route et le moment du début de l'exécution. Ceux qui attendaient à l'entrée de la forêt pouvaient entendre le bruit des armes et les hurlements des victimes. Ces personnes ont été cernées de tous les côtés par les soldats en uniformes noirs. Combien de personnes ont été tuées, je ne le sais pas. On a interdit l'accès à la forêt de Krepiec. Plusieurs personnes qui ont voulu voir le lieu du massacre ont été tuées. »



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)