B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

L’Occident du Xè au XIIIè siècle

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

1. Caractères généraux du « Moyen Age » au XIè siècle

Un « monde rural »
Le château
La Chevalerie
La Féodalité
Seigneurs et paysans

1.2. Le château

1.2.1. Lieu de pouvoir

La peur paysanne explique le rôle et le prestige du château, symbole par excellence de cette époque, ainsi que l'acceptation de la domination des seigneurs.

Le château est le lieu symbolique d'affirmation du pouvoir du seigneur : fonction hautement ostentatoire, car plus le bâtiment est imposant et plus il est doté de moyens de défense (souvent exagérés dans leur forme ou leur nombre), plus le seigneur impressionne et affirme sa puissance. Il assoit ainsi son rang face aux châtelains voisins ou aux paysans qui dépendent de son autorité. Il n’est pas étonnant que la période historique la plus riche en châteaux est précisément celle où le pouvoir central, impérial ou royal, est le plus faible, le plus défaillant et le plus morcelé face à la puissance des « grands », ducs, comtes, barons… qui entendent rester « maîtres chez eux » après la période d’anarchie et des invasions des X et XIè…

1.2.2. Une forteresse imprenable

Au IXème, les châteaux sont des tours de bois construits sur une butte couronnée d'une palissade (Motte féodale). Puis la pierre remplace le bois pour résister au feu : fosses, murailles, tours rondes, pont-levis, donjon suivent... Le château est presque imprenable. Seule la trahison ou un long siège peuvent en venir à bout.

Le château est le lieu de refuge et de protection face aux agressions extérieures : fonction militaire qui sert à protéger les biens et les habitants du fief, fonction qui va déterminer les caractéristiques architecturales de l’édifice devant faire obstacle aux assauts de l’adversaire. Sa construction, en tant que forteresse militaire, répond à quatre critères :

  • Critère de protection : la fortification doit assurer une couverture contre les projectiles ennemis et faire obstacle à l'assaut de l’assaillant. L’ouvrage associe donc d’épaisses maçonneries (les remparts) pour protéger l’assiégé et des fossés et/ou des palissades pour ralentir l’assiégeant. La combinaison de ces deux types permet de frapper l'assiégeant au moment où il est arrêté par un assiégeant bien abrité.
  • Echelonnement en profondeur : en second lieu, ce type de fortification répond au besoin de prolonger la résistance même si l'ennemi s’empare d’une zone de défense : on construit des doubles remparts puis des lices, des barbacanes et des donjons constituant un réduit.
  • Sûreté des accès : résultant de la crainte de voir l'ennemi surgir par surprise et pénétrer dans la forteresse en forçant les portes, les fortifications sont adaptées aux entrées. Des constructions en chicane, des portes successives, des herses ou des ponts-levis sont autant de barrages rendant difficile l'accès aux places fortes.
  • Le flanquement : enfin le système du flanquement répond à l'obligation de recouper les vues et les tirs de défense. Très tôt, on construit des tours et ouvrages faisant saillie vers l'extérieur ou des remparts suivant un tracé en crémaillère.

1.2.3. Lieu de refuge et de domination

En cas de danger, les paysans emmènent l'essentiel et se réfugient au château, abandonnant le village au pillage. Contre sa protection, le seigneur impose taxes et réquisitions: les Manants paient très cher le prix de leur sécurité.

1.2.4. Lieu de justice

Le château est un lieu où s'exerce la justice du seigneur pour tous les problèmes survenus sur son fief. Un motif de construction d'un château est la protection d'un territoire et de ses habitants. Un seigneur a intérêt à maintenir la paix dans ses domaines afin de garantir les meilleures conditions de vie et de travail de ses paysans : l'importance de ses revenus basés sur la justice et la fiscalité en dépend. La paix est un avantage pour tous, et on évite soigneusement de s'attaquer à un voisin dont la riposte pourrait être trop dangereuse.

De son château le seigneur assure à ses sujets justice et protection, qu'il se fait payer au moyen de redevances. Le poids des impôts a naturellement tendance à grandir... Le seigneur doit s’employer à trouver un équilibre raisonnable entre la pression fiscale et le « rendement » de ses sujets (paysans, marchands...) : il ne peut se permettre des les ruiner sans courir lui-même à sa ruine… il s'agit de leur permettre de travailler dans de bonnes conditions, les désordres ne pouvant que diminuer les revenus de tous. Le service de guet auquel est appelée la population masculine se place dans cette perspective. Il signifie pour les sujets la garantie de protection de leur seigneur et la possibilité de trouver refuge dans les murs de son château en temps de troubles.

1.2.5. La résidence du seigneur

Le château est un lieu d'habitation, où le seigneur et ses proches résident avec toute leur domesticité : fonction résidentielle qui évolue rapidement et sera bientôt dominante avec d’une part l’évolution des modes de vie axés sur le confort et la régression de la fonction militaire, particulièrement avec l’apparition des armes à feu.

Le plus souvent, seigneur et chevaliers passent leur temps en plein air, n'habitant le château qu'en époque d'intempéries. Le château devient plus complexe avec le temps : chapelle, chambre du seigneur et de la famille, salles de garde, cuisines...

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)