B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Introduction
1.1. L’Egypte, un « don du Nil »
1.2. Datation

2. « Avant l’histoire »
2.1. L'Egypte de la préhistoire
2.2. La formation de la civilisation égyptienne : 4500 - 2650

3. L’ancien empire memphite : 2650 – 2033 av. J.C.
3.1. Introduction
3.2. La IIIè Dynastie (2650 - 2575 avant J. C.)
3.3. La IVè dynastie (2575 - 2465 avant J. C.)
3.4. La Vè dynastie (2465 - 2323 avant J. C.)
3.5. La VIè dynastie (2323 à 2150 avant J. C.)

4. La Première Période Intermédiaire (2150 – 2133)
4.1. Généralités
4.2. Les dynasties

5. Le Moyen Empire thébain (2133 – 1786)
5.1. Introduction
5.2. La XIè dynastie (2133 - 1963 avant J. C.)
5.3. La XIIè dynastie (1963 - 1786 avant J. C.)

6. La seconde période intermédiaire (1783 -1550 avant J.C.)
6.1. Les HyksĂ´s
6.2. Les dynasties
6.3. La fin de la domination HyksĂ´s (1650 Ă  1550 avant J. C.)

7. Le nouvel empire (1550 – 1069)
7.1. Introduction
7.2. ReconquĂŞte et consolidation
7.3. Vers l’hégémonie
7.4. L’intermède amarnien : Amenophis IV – Akhenaton
7.5. L’empire hégémonique
7.6. Le déclin (1186 – 1069 avant J. C.)
7.7. Les dynasties du Nouvel empire

8. La Troisième période intermédiaire (1069 - 664 avant J.C.)
8.1. Introduction
8.2. La XXIè dynastie de Tanis (1069 – 945)
8.3. La XXIIè dynastie « libyenne » (945 – 715)
8.4. Les XXIIIè et XXIVè dynasties
8.5. La domination Nubienne : les XXVè et XXVIè Dynasties (715 – 664)
8.6. Les dynasties

9. La basse Ă©poque (664 - 330 avant J.C.)
9.1. L’invasion assyrienne : 671-660
9.2. La XXVIè dynastie « saïte » (664 à 525 avant J. C.)

10. L’époque ptolémaïque (332 avant J.C. – 30 avant J.C.)
10.1. Alexandre le Grand (331 Ă  322 avant J. C.)
10.2. Les Lagides (322-30 avant J.C.)
Bas de boite

Diffusé par CashTrafic

Histoire de lÂ’Egypte ancienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. Le nouvel empire (1550 – 1069)

Introduction
ReconquĂŞte et consolidation
Vers l’hégémonie
L’intermède amarnien : Amenophis IV – Akhenaton
L’empire hégémonique
Le déclin (1186 – 1069 avant J. C.)
Les dynasties du Nouvel empire

7.5. L’empire hégémonique

L’intermède amarnien passé, l’Egypte se relève très vite, et avec la nouvelle dynastie des Ramsès, va atteindre le faîte de sa puissance, repoussant les limites de l’empire à des frontières jamais atteintes, accumulant les richesses et couvrant le pays de magnifiques temples et palais. Les deux règnes de Séthi I et de Ramsès II constituent l’âge d’or de l’Egypte du Nouvel Empire.

7.5.1. La XIXème dynastie thébaine (1295 - 1186 avant J. C)

Bubastis. Bracelet à deux têtes de canard au nom du couronnement de Ramsès II. XIXè dynastie. Or et lapis lazuli. 7cm de diamètre. Musée du Caire. (Site Egypte antique)
Bubastis. Bracelet à deux têtes de canard au nom du couronnement de Ramsès II. XIXè dynastie. Or et lapis lazuli. 7cm de diamètre. Musée du Caire. (Site Egypte antique)
L'intermède amarnien d'Akhenaton a été mis à profit par le roi Hittite Suppiluliuma pour étendre son hégémonie sur le Mitanni, la Palestine et la Syrie. Cette situation est inacceptable pour l’Egypte, et déjà Horemheb, après avoir rétabli la situation à l’intérieur du pays, a commencé un travail de reconquête des territoires perdus, notamment en Palestine. N'ayant pas d'héritier mâle, Horemheb transmet le pouvoir à un autre militaire, Ramsès I (1295 à 1294), un général originaire du Delta qui fonde une nouvelle dynastie, celle des Ramessides.

7.5.1.1. Séthi I (1294 – 1279)

Abydos : le temple funéraire de Séti I, l’Osireion. La grande salle souterraine. (XIXè dynastie, 1294-1279). (Site Egypte antique)
Abydos : le temple funéraire de Séti I, l’Osireion. La grande salle souterraine. (XIXè dynastie, 1294-1279). (Site Egypte antique)
Séthi I, Men-Maat-Rê, « stable est la vérité de Rê », succède à son père. Fin politique, il réside à Memphis tout comme son père mais Thèbes reste la capitale de l'empire. Il part en campagne pour pacifier la Palestine et poursuit jusqu'au Liban. Une seconde campagne le mène jusqu'à Qadesh où il pacifie la région d'Amourrou ; une troisième le mène en Libye et une quatrième le voit affronter les Hittites qu’il parvient à contenir sans toutefois les vaincre définitivement.

Gourna : le temple de Séthi I. Magasins et portique. (Site Egypte antique)
Gourna : le temple de Séthi I. Magasins et portique. (Site Egypte antique)
Il poursuit l'exploitation des mines de turquoise du Sinaï et met en valeur les mines d'or du désert d'Edfou et de Nubie. Il lance de grands chantiers de construction : sanctuaire de Rê à Héliopolis, début des travaux de la grande salle hypostyle à Karnak, construction du temple de Gebel Barkal en Nubie, temples funéraires de Gourna et d'Abydos, temple funéraire d’Osiris (Osireion) à Abydos.

Abydos : le temple funéraire de Séti I (XIXè dynastie, 1294-1279). (Site Egypte antique)
Abydos : le temple funéraire de Séti I (XIXè dynastie, 1294-1279). (Site Egypte antique)
L'art reprend l'essentiel de la tradition amarnienne. On en retrouve des témoignages dans son hypogée de la Vallée des Rois, dans les temples funéraires de ainsi que dans l'Osireion, le tombeau d'Osiris, édifié à proximité.

7.5.1.2. Ramsès II (1279 – 1213)

7.5.1.2.1. Le conquérant

Louxor : le temple d’Amon-Rê : colosse de Ramsès II.  (Site Egypte antique)
Louxor : le temple d’Amon-Rê : colosse de Ramsès II. (Site Egypte antique)
Ramsès II devient pharaon à l'âge de 25 ans. D’abord co-régent, il assume ensuite seul le pouvoir jusqu'à l'âge de 90 ans. Considéré comme l’un des plus grands personnages de l’histoire de l’humanité, il hérite de l'empire constitué par son lointain prédécesseur, Touthmôsis III et renforcé par son père Séthi Ier. Son royaume s'étend des rives du Tigre et de l'Euphrate, à l'Est, à la Libye, à l'Ouest, au Soudan, au Sud et aux îles de la mer Egée, au Nord. Il se marie à six reprises, dont une fois avec sa soeur et trois fois avec ses filles. Son harem ne compte pas moins de deux cents concubines qui lui donneront au total plus d'une centaine d'enfants.

Karnak, le domaine d’Amon Râ. Bas relief. XIXè dynastie. Ramsès II à la bataille de Qadesh. (Site Egypte antique)
Karnak, le domaine d’Amon Râ. Bas relief. XIXè dynastie. Ramsès II à la bataille de Qadesh. (Site Egypte antique)
Ramsès II poursuit d’abord la politique d’hégémonie de son père. Il conduira plus de vingt campagnes militaires. Après avoir repoussé dans le Delta occidental une invasion de peuples égéens, il réunit de gros effectifs sur terre et sur mer et part en campagne contre les Hittites et leurs alliés. Les Hittites, en effet, avaient réuni une forte coalition de princes de Syrie et enrôlé dans leurs rangs les nouveaux venus indo-européens qui avaient envahi à cette date l'Asie Mineure. Ramsès II livre bataille au roi Hittite Mouwatalli II (1310 à 1270) à Qadesh sur les rives de L'Oronte en Syrie, vers 1275 avant Jésus-Christ. Cette bataille constitue son fait d'arme le plus marquant. Maintes fois représentée sur des bas-reliefs à la gloire du pharaon (Louxor, Karnak, Ramesseum, Abou Simbel...), elle est décrite en détail dans un long poème épique connu sous le nom de « Penthaour ». Elle y est naturellement présentée comme une victoire due au sang-froid et à la valeur personnelle du roi. En réalité, la bataille reste indécise et le statu quo se maintient. Il faudra encore 16 ans à Ramsès et de nombreuses campagnes militaires pour soumettre la Palestine et la Syrie. En fin de compte les Hittites, menacés par l'Assyrie signent la paix avec pharaon : un traité est conclu entre Ramsès II et Hattousil III, ouvrant une période de 40 ans de paix profitable aux deux puissances. Cette paix est scellée plus tard par le mariage de Ramsès II avec la fille du souverain hittite, Maâthornéferourê.

7.5.1.2.2. Le bâtisseur

Derr : le spéos de Ramsès II. (Site Egypte antique)
Derr : le spéos de Ramsès II. (Site Egypte antique)
Lorsque Ramsès II accède au pouvoir, Thèbes, la capitale de l'Empire a perdu un grand nombre de ses prérogatives. Séthi I avait déjà déplacé plusieurs organes du pouvoir en Haute-Egypte, à proximité du Delta. Ramsès II crée une ville nouvelle, baptisée « Pi-Ramsès » (« le domaine de Ramsès »), la dotant de temples grandioses, d'un grand palais, d'un port et d'arsenaux, s'assurant ainsi un poste avancé pour préparer ses expéditions dans le levant. Ce sera la future Tanis.

Memphis : temple de ptah : colosse de Ramsès II. XIXè dynastie. (Site Egypte antique)
Memphis : temple de ptah : colosse de Ramsès II. XIXè dynastie. (Site Egypte antique)
Grand bâtisseur, le pharaon entreprend de nombreux chantiers à travers l'ensemble du pays, n'hésitant pas à agrandir les monuments existant et à s'en attribuer la paternité. Il commande un grand nombre de statues colossales à son effigie, le représentant dans la force de l'âge et sans défaut physique. Il contribue à la renaissance de la ville de Memphis dont l'un de ses fils était le grand prêtre d'Amon et y fait édifier un colosse de dix mètres de hauteur.

Karnak : le grand temple d’Amon : Grande salle hypostyle. (Site Egypte antique)
Karnak : le grand temple d’Amon : Grande salle hypostyle. (Site Egypte antique)
A Thèbes, il fait effectuer de nombreux travaux : il fait achever la grande salle hypostyle du temple d'Amon-Rê à Karnak, construire un temple de taille plus modeste précédé d'un pylône gigantesque et de colosses à Karnak, ajouter une grande cour à portique au temple d'Amon-Min à Louxor et un grand pylône (65m de large) précédé de deux obélisques (dont l’un est celui de la place de la Concorde à Paris). Mais il fait aussi recouvrir les cartouches de Ramsès I et de Séthi I dans la salle hypostyle de Karnak par le sien afin d'en apparaître l'instigateur. La falsification, très imparfaite, ne laisse aucun doute sur la tentative de supercherie. Partout sur ces constructions, des reliefs de la bataille de Qadesh.

Louxor : le Ramesseum. Vue sur le côté sud. A gauche, les salles voûtées des magasins. (Site Egypte antique)
Louxor : le Ramesseum. Vue sur le côté sud. A gauche, les salles voûtées des magasins. (Site Egypte antique)
Face à Thèbes, de l’autre côté du fleuve, il fait édifier le temple destiné à son culte funéraire dans la Vallée des Rois, le « Ramesseum », naturellement gravé d'une représentation de la bataille de Qadesh et doté d'une statue colossale aujourd'hui effondrée de 18m de haut et d'un poids de plus de 1.000 tonnes, la plus imposante connue à ce jour.

Abydos : le temple funéraire de Ramsès II ou Memnonium. Vue générale des ruines. Dessin de la fin du XIXè siècle. (Site Egypte antique)
Abydos : le temple funéraire de Ramsès II ou Memnonium. Vue générale des ruines. Dessin de la fin du XIXè siècle. (Site Egypte antique)
Il achève les travaux du temple d'Osiris à Abydos dans lequel il est représenté en compagnie de tous ses prédécesseurs depuis Ménès, dialoguant avec les dieux sur une série de piliers. Avec les matériaux récupérés dans les ruines de l'ancienne capitale d'Amarna, il rebâtit le temple de Thot d'Hermopolis, l'antique Khemenou. A Memphis, il agrandit le temple de Ptah avec l'adjonction sur son axe ouest d'une grande salle hypostyle précédée d'un grand pylône devant lequel il dresse des colosses, mais en édifiant aussi une série de temples et chapelles sur le grand parvis du sud de l'enceinte où il élève au moins un grand colosse à son effigie, colosse qui gît actuellement sur le dos. A Bubastis, il fait refaire et décorer la salle hypostyle du temple de Bastet. On y a retrouvé une statue colossale à l'image d'une de ses épouses royales, aujourd'hui a été redressée et visible dans le champ de ruines de la cité antique.

Abou Simbel : vue générale du site. (Site Egypte antique)
Abou Simbel : vue générale du site. (Site Egypte antique)
La construction des temples d'Abou Simbel, sauvés des eaux après la construction du haut barrage d'Assouan sur le Nil, constitue son œuvre la plus magnifique. Quatre statues colossales de 21 mètres de hauteur gardent l'entrée du « Grand temple » creusé à même la falaise. Le roi est représenté à l'intérieur sous les traits d'Osiris. Le « Petit temple » est dédié à la déesse Hathor et à Néfertari, première épouse du roi, la « Dame de Charme », la « Riche d'Éloges », la « Belle de Visage » et la « Douce d'Amour ». Sa façade est ornée de six colosses de 10 mètres de hauteur sculptés dans le roc. Quatre d'entre eux représentent le roi et deux la reine.

Gerf Hussein : l’hémispéos de Ramsès II. XIXè dynastie.  (Site Egypte antique)
Gerf Hussein : l’hémispéos de Ramsès II. XIXè dynastie. (Site Egypte antique)
En Nubie, il fait creuser un spéos à Beit-el Wali, dédié à Amon Rê, un autre spéos à Derr, dédié à Rê « Maître du Ciel », un temple consacré à Ptah à Gerf Hussein, un temple consacré à Rê et à lui-même à Wadi es Seboua, un temple dédié à Amon-Rê, Khnoum et lui-même à Amada. Dans la vallée des rois enfin, il fait creuser sa tombe (KV7) ainsi que celle, gigantesque, de ses fils qui renferme 67 chambres funéraires (KV5). La momie du roi sera découverte dans la fameuse cache de Deir el-Bahari où des prêtres de la XXIè dynastie cacheront son corps.

7.5.1.3. La fin de la dynastie

Ouadi es-Seboua : l’hémispéos de Ramsès II. XIXè dynastie. (Site Egypte antique)
Ouadi es-Seboua : l’hémispéos de Ramsès II. XIXè dynastie. (Site Egypte antique)
Avec Ramsès II l'ère des conquêtes s’achève et après sa mort débute une lente et longue régression, ponctuée par quelques règnes d’exception, comme celui de Ramsès III. Dès le début de son règne, Meren Ptah (1213 à 1203), fils de Ramsès II est sur la défensive : il doit réprimer une révolte en Palestine et surtout faire face, sur la frontière occidentale, à une formidable coalition de peuples libyens et de peuples égéens, que les textes égyptiens appellent « peuples de la mer et des îles du Nord », qui déferle sur le pays avec femmes et enfants. Meren Ptah parvient à les contenir et à les vaincre près de Memphis mettant les uns en fuite et réduisant les autres en esclavage. A sa mort, la dynastie sombre dans des problèmes et des querelles de succession.


Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)