B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Mycènes et les achéens

Chronologie et histoire des fouilles
Les Achéens
L’organisation des royaumes mycéniens
Société et économie
Religion et pratiques funéraires
Les cités mycéniennes
L’art mycénien

5.5. Religion et pratiques funéraires

5.5.1. La religion des Achéens

La question du fait religieux est assez difficile à cerner dans la civilisation mycénienne, l’archéologie ayant beaucoup de difficultés à repérer avec certitude les lieux de culte et les textes ne font état que de quelques listes d'offrandes, renseignant certes sur des noms de dieux, mais muettes sur les pratiques religieuses.

Le panthéon mycénien comporte de nombreuses divinités qui seront celles de la Grèce classique. Poséidon occupe une place de choix, particulièrement à Cnossos, sous les traits d’une divinité chtonienne liée aux tremblements de terre. Il y a aussi de nombreuses « Dames » ou « Madones » (Potnia), liées à des lieux de culte, comme la « Dame du Labyrinthe » en Crète, ou la Déesse Mère « Diwia ». D'autres divinités sont identifiées, comme le couple Zeus-Héra, Arès, Hermès, Athéna, Artémis, Dionysos, Erinya. Par contre, on ne trouve pas trace d'Apollon, d’Aphrodite, de Déméter (divinités d'origine orientale et sans doute doriennes) et d'Héphaistos.

Aucun grand lieu de culte n’a été mis à jour pour l'époque mycénienne. Par contre, certains bâtiments retrouvés dans des citadelles comportent une pièce centrale de forme oblongue entourée de petites pièces : ils ont sans doute servi de lieux de culte. Certains sanctuaires, dont celui de Phylakopi, ont livré un nombre important de statuettes (offrandes ?). Il est probable enfin que des sites comme Delphes, Dodone, Délos ou Eleusis étaient déjà des sanctuaires…

5.5.2. Pratiques funéraires

Les Achéen pratiquent l’inhumation de leurs morts, les enterrant soit sous le sol même des maisons, soit à l'extérieur des zones résidentielles dans des cimetières, et quelquefois dans des « tumuli » (????? / thólos). Cette dernière forme d’inhumation remonte aux plus anciennes périodes de peuplement indo-européen en Grèce; leur origine remonte aux cultures balkaniques du IIIè millénaire, voire jusqu'à la culture des Kourganes.

Les tombes individuelles sont en forme de ciste (tombe en coffre de pierres), avec un parement de pierres. Un mobilier funéraire, jusqu’alors absent, apparaît dès 1550. Il est difficile à établir si les différentes formes d'inhumation traduisent une hiérarchisation sociale, les tholoï étant réservées les aux dirigeants, les tombes individuelles aux classes aisées et les tombes communes au petit peuple.

Quant à la crémation, très rare au début de la période, elle ne cesse de gagner du terrain pour devenir très importante à l'HR III C. C’est sans doute la preuve de l'arrivée d'une nouvelle population en Grèce, peut-être les Doriens...

Les tombes les plus impressionnantes de l'époque mycénienne sont les tombes monumentales de Mycènes, sans doute destinées à la famille royale de la ville. La plus célèbre est la « tombe d'Agamemnon » ou « Trésor d'Atrée » à Mycènes, en forme de tholos, du « cercle A ». Toutes proches, d'autres tombes dites du « cercle B », celles dites « de Clytemnestre » et « d'Egisthe ». Elles ont toutes livré d'impressionnants trésors, exhumés par Schliemann lors des fouilles de Mycènes (« Masque d’Atrée »).



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)