B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’art roman en France

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Le second âge roman

Les nouveautés
Ile de France, Vermandois, Champagne
Alsace Lorraine
Normandie
Pays de Loire, Maine
Bretagne
Aquitaine
Limousin
Auvergne
Velay et Forez
Languedoc et Midi pyrénéen
Roussillon
Eglises des routes de pèlerinage
Bourgogne et pays adjacents
Alpes, Corse et Provence

Dès la fin du XIè siècle et au début du suivant, les efforts des premiers Capétiens pour organiser leur royaume, encore peu étendu mais qui s'agrandira rapidement, et y ramener la prospérité, commencent à porter leurs fruits. L'union intime de la royauté capétienne et du clergé régénéré permet au magnifique mouvement religieux réformé de se manifester dans la construction de grandes et belles églises, non seulement dans les villes, mais aussi dans les campagnes.

L’âge roman « classique » se caractérise essentiellement par ses voûtes appareillées et par le choix de solutions internes à l'édifice pour absorber et dévier les poussées engendrées par ces voûtes. Elle se distingue selon des variétés régionales (Demi berceaux sur tribunes en Auvergne et Bourgogne, berceaux brisés en Provence, absence de voûtement en Normandie…) mais aussi en fonction des routes de pèlerinages (Saint Sernin et Saint-Jacques de Compostelle sont construites sur le même modèle) et parfois en fonction des ordres auxquels elles sont affiliées (Cluny, Cîteaux…)

2.6. Bretagne

Carte du Pays de la Loire, du Maine et de la Bretagne romans
Carte du Pays de la Loire, du Maine et de la Bretagne romans

2.6.1. Particularités de l’art roman breton

Alors que dans les pays voisins, Poitou, Anjou et Normandie, les églises romanes sont nombreuses, il en reste très peu en Bretagne : en effet, fuyant l'invasion anglo-saxonne, les habitants, venus de Grande Bretagne par petits groupes s’installent sur les côtes de l’Atlantique puis remontent les fleuves côtiers. Gardiens des traditions celtiques, les communautés restent isolées, sans presque aucun rapport avec leurs voisins. Habiles charpentiers, les Bretons construisent en bois églises, maisons, châteaux et donjons : ces constructions sont à la merci des incendies allumés par la foudre, et surtout des redoutables Normands qui au IXè dévastent et ruinent la région.

Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido

De plus, les effets de la commende (concession des revenus d'un monastère à un ecclésiastique ou même à un laïc, ne résidant pas) sont désastreux en Bretagne car ils ruinent les abbayes romanes et gothiques. La fièvre de reconstruction est tardive et se fait lors de la longue période de prospérité que connut la Bretagne aux XVè-XVIè siècles et bien après, car les reconstructions adaptent les monuments au goût du jour, trait originale du particularisme local plutôt que manifestation du pouvoir central des comtes, ducs, roi.

Les rapports maritimes continus entre la Bretagne et les pays voisins expliquent les caractères généraux de l'architecture bretonne. Après les ravages des invasions normandes, les grandes abbayes de la vallée de la Loire, Saint Serge, Saint Nicolas, Saint Aubin d'Angers, Saint Florent de Saumur, Marmoutier, Saint Benoît sur Loire contribuent puissamment à réparer les ruines de leurs soeurs bretonnes. Puis s'ajoutent les apports des fondations cisterciennes et les influences venues d'Angleterre, du Poitou, de Saintonge (décor sculpté).

2.6.2. Caractéristiques générales

Les églises romanes de Bretagne ont généralement une nef flanquée de collatéraux très élevés, sans tribune ni triforium mais avec des fenêtres hautes. Elles sont couvertes de charpente ; le chœur se termine par une abside entourée ou non d'un déambulatoire et de chapelles rayonnantes ; construites en schiste, les églises ont un chevet plat.

Loctudy (Finistère) : église saint Tudy. Déambulatoire
Loctudy (Finistère) : église saint Tudy. Déambulatoire

La façade est percée à sa base d'une porte et dans le pignon d'une fenêtre ; pas de tympan, (sauf à Notre Dame de Kernitron en Lanmeur et à Perros-Guirec), le décor demeure une exception (Saint Sauveur à Dinan). Souvent déjà, sur le flanc sud, s'ouvre un porche, en faible saillie à l'époque romane ; devenu monumental aux siècles suivants, il sera une constante de l'architecture bretonne gothique, renaissance et classique.

Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur. Façade occidentale
Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur. Façade occidentale

Le clocher porche, peu fréquent, est tardif (Lochrist) ou rajouté après coup devant une façade primitive. En général, une tour carrée s'élève en avant du chœur, assise sur les grandes arcades montées sur les fortes piles qui déterminent la croisée du transept.

La Bretagne reste originale par le choix des matériaux - notamment le beau granit qui donne tant de caractère aux églises du pays, - par la technique, et par bien des détails de construction et de décoration.

2.6.3. Les Ă©difices

  • Dans le Finistère, l'Ă©glise de Pont Croix, lÂ’Ă©glise de Languidou (ruinĂ©e), lÂ’Ă©glise de Loctudy, lÂ’Ă©glise de Fouesnant, celle de Lambour, de MerlĂ©venez, Sainte Croix de QuimperlĂ© (coupole), Notre Dame de KĂ©rinec en Poullan ;
  • Loctudy (Finistère) : Ă©glise saint Tudy. Vue gĂ©nĂ©rale
    Loctudy (Finistère) : église saint Tudy. Vue générale
    Loctudy (Finistère) : église saint Tudy. Vue générale
    Loctudy (Finistère) : église saint Tudy. Vue générale
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido. Rose gothique
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido. Rose gothique
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Languidou (Finistère) : chapelle saint Kido
    Quimperlé (Finistère) : abbaye de Sainte Croix
    Quimperlé (Finistère) : abbaye de Sainte Croix
    Quimperlé (Finistère) : abbaye de Sainte Croix. Décors de l’abside
    Quimperlé (Finistère) : abbaye de Sainte Croix. Décors de l’abside
    Eglise Notre Dame de Kérinec en Poullan (finistère)
    Eglise Notre Dame de Kérinec en Poullan (finistère)
  • En Ille et Vilaine : Saint-Sauveur de Redon (coupoles sur trompes) ;
  • Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. La tour de croisée
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. La tour de croisée
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. Nef et collatéral nord
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. Nef et collatéral nord
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. La croisée du transept
    Redon (Ile et Vilaine) : abbaye du Saint Sauveur. La croisée du transept
  • En Morbihan Saint Gildas de Rhuis, Saint-Gilles de Malestroit ;
  • Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : le chevet
    Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : le chevet
    Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : la nef
    Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : la nef
    Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : le chœur
    Eglise abbatiale de Saint Gildas de Rhuis : le chœur
    Saint-Gilles de Malestroit (Morbihan) : l’église
    Saint-Gilles de Malestroit (Morbihan) : l’église
  • En CĂ´te du Nord : Dinan, Perros Guirec, Lanmeur, Lanleff, Daoulas.
  • Dinan (CĂ´tes du Nord) : Ă©glise saint Sauveur. Façade nord
    Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur. Façade nord
    Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur.
    Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur.
    Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur. Intérieur
    Dinan (Côtes du Nord) : église saint Sauveur. Intérieur


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)