B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les châteaux d’Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Annexes

La situation des châteaux de montagne
Quelques sièges célèbres
Les châteaux d’Alsace
Glossaire

4.4. Glossaire

Abside :
Petite construction en arc de cercle formant l'extrémité du choeur de la chapelle castrale.
Archère :
Fente verticale, étroite et haute permettant le tir de l'archer et de l'arbalétrier. Puis le constructeur ajoute une « niche de tir » pour permettre aux défenseurs un plus grand angle de tir. L'archère cruciforme ajoute la possibilité d'un champ de tir plus ouvert.
Assommoir :
Ouverture dans une voûte couvrant l'entrée et du haut de laquelle le défenseur peut prendre l'assaillant sous le jet de ses armes.
Barbacane :
Ouvrage de défense avancé couvrant la porte d'entrée.
Bossage :
Taille de la pierre de construction en forme de bosse proéminente. Le terme « en miche de pain » indique un bossage allongé. L'utilité du bossage est discutée. Pour les uns, ce décor doit impressionner l'adversaire par sa solidité ; pour les autres, le bossage renforce la résistance de la pierre face aux boulets des engins de siège.
Basse-cour :
Cour avancée enclose dans les remparts et placée en contrebas du château même.
Braie :
Défense installée sur la contrescarpe qui est le côté du fossé qui fait face à la place.
Bretèche :
Petite construction placée en saillie d'un mur afin d'en défendre l'approche.
Chemin de défilement :
Pour défendre l'accès au château, l'architecte oblige l'assaillant à longer le plus longtemps possible les défenses afin d'être pris sous le tir défensif.
Chemise :
Il s'agit du mur qui enserre le donjon pour le protéger, ce mur « l'habille comme une chemise ». Equivalent de « Mur bouclier ».
Communs :
Bâtiments qui servent de logement aux valets.
Corbeaux :
Grosse pierre en forme de poutre placée en avancée dans un mur et soutenant souvent une bretèche, une poivrière ou, plus simplement, les poutres maîtresses aux étages.
Courtine :
Mur des fortifications faisant la jonction entre les tours.
Crapaudine :
Ancrage taillé aux angles du seuil et servant de logement au pivot de la porte.
Echauguette :
Petite construction en saillie qui permet de surveiller l'approche d'un mur.
Fente d'éclairage :
fente verticale pratiquée le plus souvent à la base des murs et qui permettait d'éclairer l'intérieur des pièces grâce à leur forte embrasure à l'intérieur.
Herse :
Grille en fer ou en bois, coulissant dans des rails, qui permet de fermer les portes d'accès.
Hourd :
Galerie de bois posée sur des corbeaux et placée en encorbellement afin de pouvoir battre le pied des murs à défendre grâce aux ouvertures pratiquées dans le plancher.
Lice :
Espace entre le mur d'enceinte extérieur et l'enceinte intérieure du château.
Mâchicoulis :
Galerie de pierre posée en surplomb au sommet des enceintes sur des corbeaux ou arcs de maçonnerie. Elle permet, comme les hourds en bois, de défendre la base des murailles et d'en interdire l'approche aux assaillants.
Merlon :
Le mur crénelé est composé d'une pièce pleine, le merlon, et d'une pièce vide, le créneau.
Mur bouclier :
Muraille, en général sans ouverture, qui protège les bâtiments placés derrière elle. Le mur bouclier fait parfois office de donjon.
Mur de refend :
Mur de séparation de pièces d'habitation. En général, il n'est pas directement ancré dans les murs extérieurs, mais adossé à ceux-ci.
Paix castrale :
Charte signée entre plusieurs seigneurs et énumérant les règles à respecter pour garantir la paix dans le château et ses abords, parfois dans un rayon assez vaste.
Palas :
Il s'agit des appartements du seigneur. C'est, au fond, le « palais » , mais il n'en a quand même pas les dimensions. Le terme est parfois également utilisé pour désigner la salle des chevaliers.
Pentagonal :
S'applique en général au donjon à cinq côtés.
Pont-levis
Pont mobile qui permet de franchir le fossé placé devant l'entrée. En général, le pont-levis est en deux parties : l'une mobile qui se relève pour couvrir la porte, l'autre fixe et s'arrêtant sur la « pile », le pilier qui soutient également le tablier mobile lorsque celui-ci est abaissé.
Poivrière :
Edicule placé en général au-dessus d'une porte pour une meilleure défense verticale.
Poterne :
Petite porte dérobée à la vue d'un éventuel assaillant.
Redans :
Canonnières ou meurtrières pour armes à feu. Présente, de l'ébrasement extérieur à l'ouverture intérieure, une succession de ressauts en forme d'escalier.
Trou de levage :
Sur la surface des pierres entrant dans la construction, on remarque des trous. Ils permettaient d'y fixer les pinces à levage ou la « louve » pour hisser les blocs sur le chantier.
Trou de boulin :
Trou ou encastrement taillé dans un mur et destiné à recevoir une poutre.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre PrécédentChapitre suivant >>>


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)