B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les châteaux d’Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Le château d’Ortenbourg

L’histoire du château
Descriptif du château

Les derniers sursauts du massif de l'Ungersberg forment, vers le Sud, la montagne du Rittersberg dont la crête culmine à 475 m d'altitude. L’Ortenbourg couronne un piton qui dresse sa pointe granitique à 433m d'altitude. Elle forme le pilier de droite de cette grande porte ouverte à l'orient qu'est le Val-de-Villé, jumelé avec la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines.

3.2. Descriptif du château

« Sommet des réalisations militaires dans l'alsace médiévale » (C.L. Salch, « Nouveau dictionnaire des châteaux forts d'Alsace »), l’Ortenbourg est un château gothique d'une conception très pure. Sa silhouette se reconnaît aisément et ressemble à s'y méprendre à un vaisseau de pierre.

3.2.1. Plan

Comme au Landsberg (1220ss) ou au Bernstein (1230ss), le plan diverge radicalement des époques précédentes et annonce un nouveau type de château, véritable forteresse, capable de résister au travail de destruction des machines de guerre.

Le château est positionné au bout d’une crête et est séparée de la pente naturelle par trois fossés successifs, dont le dernier présente une contrescarpe retaillée à la verticale dans le granit, qui a du servir de carrière. Sur trois côtés, le burg domine l’abrupt. Le quatrième côté, séparé de la montagne par le large fossé, présente un donjon pentagonal servant de bouclier à l’habitat enserré étroitement derrière lui entre deux murs qui sont à la fois façades, remparts et gouttereaux.

3.2.2. Le donjon

Orienté du coté de l'attaque (nord), le donjon pentagonal est une magnifique tour en granit lisse de 32m de haut qui sert de protection à l'habitat construit derrière lui. Telle une proue de navire, il présente son angle le plus aigu coté attaque, de sorte que les pierres et autres projectiles ripent sur ses murs sans les frapper de plein fouet.

Le donjon comporte 5 étages ; l’épaisseur de ses murs atteint 3,50m alors que les salles mesurent 4 x 4m. Dans sa face arrière sont percées des fentes de tir sur tous ses étages, au cas où le haut château serait investi, et sa porte d’entrée est placée à 7 mètres au dessus du niveau du sol, pour rendre son accès à partir du logis seigneurial encore plus difficile. Son sommet était complété de hourds, équipements en bois escamotables assurant une très bonne défense.

3.2.3. La chemise

La chemise (mur enveloppant le château) est typique et permet une circulation extrêmement rapide des défenseurs sur le chemin de ronde en enveloppant le donjon. Après 1300, cette chemise est surélevée et transformée en mur-bouclier de 20 mètres de hauteur lui permettant de couvrir la moitié du donjon contre les projectiles et de le protéger d’un éventuel travail de sape. Ce mur présente également une formidable accumulation de postes de tir, car il est équipé de trois rangées d'archères à niches posées en quinconce. C'est l'un des premiers châteaux à posséder en Alsace ces meurtrières à niche (muraille évidée derrière la fente de tir pour faciliter le maniement de l'arc et de l'arbalète).

Le donjon n'interrompt pas ce formidable mur qui possède un chemin de ronde continu et qui, comme le donjon, est complété de hourds comme en témoigne la présence des trous de boulins.

Les remparts sud, qui datent du milieu XIIIè sont partout au même niveau, ce qui facilite les déplacements sur le chemin de ronde.

3.2.4. Le Palas

Derrière le « Bergfried » (donjon) et sous sa protection s'ouvre un logis de dimensions modestes, le « Palas », le lieu de résidence seigneurial. Il abrite à l’étage sur le front oriental une grande salle seigneuriale ornée d’une belle rangée de baies gothiques sous laquelle se trouve la salle de garde chauffée par une cheminée murale et éclairée par d'étroites fenêtres - meurtrières à niches et banquettes. L'une d'elles est équipée d'un urinoir.

Au sud, une imposante cheminée désigne l'emplacement des anciennes cuisines ; on y découvre aussi un évier. L'espace intérieur est délimité en deux étages dominés ensuite par le chemin de ronde. Sur la face ouest, une grande cheminée conserve ses colonnettes latérales.

Le Palas est réaménagé vers 1425 par l’adjonction d’une tour de flanquement à laquelle on accède par un pont mobile depuis une rampe d’accès.

Entre le palas et le donjon, un fossé sert en même temps de citerne et se trouve enveloppée par la haute chemise. En contournant le donjon, on retrouve les demi-arches qui supportent le plancher des deux niveaux défensifs.

« Coincée » entre le mur est du donjon et la chemise, la petite chapelle castrale est éclairée par l’une des deux fenêtres gothiques.

3.2.5. La basse cour

La basse-cour, maçonnée au XIVème siècle, est accessible par une porte gothique surmontée d’une archère cruciforme. Elle occupe le côté le plus abrupt. Elle abrite les communs et bâtiments annexes.

On accède au château lui-même par une rampe, un « chemin de défilement » qui longe le mur bouclier et permet éventuellement au défenseur de le bombarder du haut des hourds. La porte d'accès aux logis seigneurial est protégée par un châtelet édifié en 1425. Le plancher même du châtelet est amovible (pont levis) et renforce la défense du passage.



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)